Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Thaddée

"Ce qui parle le mieux de nous, ce n'est pas ce que nous disons, c'est ce que nous faisons. Je fais des livres qui parlent de moi sans le dire." TS | Actualité OB Kiwi et plates-formes de blogs, Déco blogs, Balades à Sète, Chroniques lyonnaises et fidésiennes, Escapades, Histoires de chats et d'oiseaux, Littérature, Photographie, Société, Poupées, Tricot, La vie ... Communauté : "Victor & Victoria", esprit shabby chic, romantique et cosy.

Passé sous silence, Crypties 1980-2009

Publié le 9 Février 2014 par Thaddée in Poésie 1980-2009 Crypties, Poésie Ex-il

© Pierre A.  FRADIN

© Pierre A. FRADIN

C’est un mot noir et vert

cantharide or

et poussière

Quatre murs noirs et verts

un lit-bateau

qui reste à terre

La moitié d’un violon

l’autre moitié : prison

qui met aux fers

Autres mœurs outretemps

mais l’après-coup

vaut bien pendant.

(c) Thaddée, Crypties 1980-2009 (+ Ex-il )

NB - Tous les poèmes regroupés dans la Rubrique Ex-il font état d'un naufrage personnel et d'un traumatisme, lesquels ont été sublimés par l'écriture littéraire avant d'être traités dans des journaux intimes. Je n'en dis pas davantage : les textes parlent d'eux-mêmes. Merci de votre attention.

Commenter cet article
S
Oui, le drame de la Mer d'Aral, sacrifiée sur l'autel de la productivité soviétique, valait bien quelques strophes! Puisse l'"ami" Poutine en être ému...
Répondre
T
Et maintenant ils sont en train de vider la mer morte :-(
L
J en ai vu un reportage sur la TV Allemande, c est fou de constater avec quelle rapidité cette mer a disparu!<br /> Amicalement <br /> Latil
Répondre
T
Çà fait froid dans le dos, une mer toute sèche ...
F
Les mots pour calmer les maux et sublimer les joies et souffrances...<br /> Quant à la mer d'Aral, j'ai suivi le lien et reste traumatisée de constater que malgré les efforts pour sa renaissance des risques liés au nucléaire persistent.<br /> La photo du bateau-épave est très belle et parlante.<br /> Bonne soirée Thaddée. Je t'embrasse
Répondre
T
Ah les mots, ce n'est pas pour rien qu'on les associe souvent aux maux ... La mer d'Aral, une tragédie, assèchement irréversible, et tous ces témoins-bateaux qui parlent de la sécheresse et de la poussière ... ça fait mal au cœur. Et si encore ça nous servait de leçon, mais non, il faut qu'on recommence avec la mer morte.
F
il est bon de coucher ses mots sur le papier pour se libérer cela soulage, libère notre coeur ça ne guérit pas certes mais on s'allège
Répondre
T
Écrire permet de faire la part des choses et d'y voir plus clair. Je crois que c'est une psychothérapie à part entière, si toutefois on s'efforce d'être honnête avec soi-même. L'écriture littéraire a son revers de médaille, elle fausse la réalité, en sublimant le souvenir qu'on en garde, les émotions qui font trace, et l'idée qu'on s'en fait. L'écriture tout court, l'écriture introspective, produit des miracles. J'en sais quelque chose ;-)
M
Je ne peux qu'admirer ton écriture et la capacité que tu as à exprimer traumatisme et souffrance. <br /> Aussi, le choix de l'image, en rapport au &quot; lit-bateau qui reste à terre &quot;, moitié violon moitié prison. Au delà, elle me rappelle un documentaire télévisé sur ce qu'il restait de la mer d'Aral.<br /> À bientôt, Thaddée.
Répondre
T
Merci Midolu. Une épave assez fascinante n'est-ce pas ? - La mer d'Aral, un vrai drame, et la mer morte prend le même chemin, à force d'y puiser du sel ... Peut-on imaginer un monde où il ne resterait plus que des mers asséchées ?<br /> Pour le traumatisme ... heureusement que j'ai eu, et que j'ai, l'écriture. Sans elle, je crois que j'aurais pu me consumer de l'intérieur. C'est elle qui a cassé le silence, et c'est une bénédiction. Je t'embrasse :-) à bientôt.