Uchronie, cruauté, l'écriture, la solitude

par Thaddée  -  23 Avril 2014, 14:00  -  #Journal d'un écrivain

Punishment Park (relève de l'uchronie)

Punishment Park (relève de l'uchronie)

« (Uchronie) - Terre inconnue, située à côté ou en dehors du temps, (...) et où sont relégués, comme des vieilles lunes, les événements qui auraient pu arriver, mais ne sont pas arrivés »
[ex : Punishment Park)

Wikipédia

Obscurité suite à des pannes de courant, c'est la nuit sur Deir Ezzor. Black-out médiatique sur la destruction de Deir Ezzor.

Obscurité suite à des pannes de courant, c'est la nuit sur Deir Ezzor. Black-out médiatique sur la destruction de Deir Ezzor.

Ce que j'écris n'est pas une uchronie. Même si je pars d'un point très précis de l'Histoire, dont j'ignore encore ce que seront les déroulements et les conséquences, je fais bifurquer le roman du côté de la science-fiction, dans la mesure où je le situe dans l'avenir, un avenir assez proche, mais l'avenir quand même. Je ne réécris pas l’Histoire à partir de la modification d’un événement du passé. Je garde intact, pour ce qu'il est dans l'instant, cet événèment du présent ; événement autour duquel se positionnent les personnages de mon roman.

J'ai attaqué la deuxième partie du livre sur le ton que je souhaitais lui donner. Le temps passe vite. Une vie. Devient destinée.

Uchronie, cruauté, l'écriture, la solitude

Il n'y a pas si longtemps, j'aurais pris un malin plaisir à décrire des scènes de boucherie pires que celle qu'on voit en photo ci-dessus. Mais la roue tourne, et j'ai peut-être compris que ne pas raconter en détail, c'est dire encore plus fort, puisque à la place des mots, il y a un vide qui laisse place à tous les fantasmes, à toutes les frayeurs, ainsi qu'à tous les chagrins. Le silence : il n'y a rien de tel pour tout dire ... Il suffit d'écouter

Uchronie, cruauté, l'écriture, la solitude

Les images, comme la musique, continuent d'alimenter mon imagination. J'ai l'impression d'écrire un film. J'ai toujours eu l'impression d'écrire des films. Un film c'est ce qu'il y a de plus proche de la réalité. C'est une forme d'art on on peut plus complet. Tout est là : visages, mouvements, paysages, le temps ... J'écris un film. Et surtout, surtout, je vis une autre vie. Qui me poursuit dans mes rêves. Me retrouve au réveil. J'appartiens-à-l'écriture.

Uchronie, cruauté, l'écriture, la solitude
JE SAIS que je suis en train de saborder mon blog. Je n'envoie plus de Newsletter : normal, ce serait un peu gonflé de ma part de prévenir mes contacts des dernières parutions alors que je n'ai pas le loisir de les visiter en retour. Je réponds très peu aux commentaires qu'on m'écrit. De temps en temps je visite rapidement quelques blogs, parmi ceux dont les auteurs me visitent encore (et vous n'êtes pas nombreux à le faire, qu'on se le dise).
Mais qu'importe. Je ne peux pas tout faire, n'est-ce pas. Travailler à l'extérieur, m’occuper de mon chez-moi et de mes animaux, me documenter, écrire ... Il faut faire un choix. Pour l'instant, le blog sert de support à l'écriture. Plus tard il redeviendra sans doute un outil de communication. Chaque chose en son temps. Le travail d'un écrivain est égoïste, parce qu'il est solitaire. Sans solitude, il n'y a pas d'écrit. Donc, je ne justifie pas mon silence : il coule de source. Merci à celles et ceux qui l'auront compris.