Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Papier de Verre, le blog de Kiki, Félix et Thaddée ↫

Papier de Verre, le blog de Kiki, Félix et Thaddée ↫

Ce qui parle le mieux de nous, ce n'est pas ce que nous disons, c'est ce que nous faisons. Je fais des livres qui parlent de moi sans le dire. - TS | Actualité OB Kiwi et plates-formes de blogs, Déco blogs, Balades à Sète, Chroniques lyonnaises et fidésiennes, Histoires de chat, Littérature, Photographie, Société ... Communauté : "Victor & Victoria", esprit shabby chic, romantique et cosy. Blog classé dans la catégorie Lifestyle.

Ecrire d'abord pour soi

Mieux vaut écrire pour soi et ne pas avoir de public plutôt que d'avoir un public et ne plus être soi-même.

Cyril Connolly

Cyril Connolly & The Unquiet Grave

Cyril Connolly & The Unquiet Grave

Mardi 24 mai 2016 - Cette phrase, entendue hier, m'a fait l'effet d'une révélation. Tant de fois l'on m'a répété pour tenter de m'en persuader qu'on écrivait pour être lu ! - Et moi, depuis quarante ans, j'entassais mes précieux manuscrits dans les cartons, les malles et les secrétaires. Au bas mot, j'ai dû écrire quelque chose comme une centaine de romans ; une trentaine de nouvelles ... et d'innombrables poèmes que j'ai mis en ligne sur mes blogs successifs.

En 2007 j'ai pris conscience qu'il n'était pas très gratifiant d'écrire dans ma tour d'ivoire si bien fortifiée messieurs-dames que n'en sortait aucune syllabe. J'ai commencé à écrire de la poésie pour m'adapter au mini-format littéraire du blog. En effet, publier de longs textes sur son blog est un rien rébarbatif pour les visiteurs ; à la longue, j'ai également compris que cela représentait un danger pour soi de mettre à disposition sur son blog des romans qu'on a écrits ; on court le risque de se les faire voler.

En 2009, un peu "sous la pression" de quelques personnes désireuses de me voir éditer ma production, je décidai de m'auto-éditer sur le site The Book Edition. Du jour au lendemain je matérialisai ainsi mon récit "Fragments d'une vie brisée" et mon premier recueil de poèmes "Crypties". J'ai vendu bien quelques exemplaires du premier ; le second n'a pas atteint les cinq ventes.

Avec le recul, je pense que c'était une sage décision, puisque l'auto-édition m'a permis de faire lire ma littérature à mes proches. J'ai concrétisé quelque chose, et c'est plutôt libérateur. Par contre, je me demande si j'ai toujours été moi-même en écrivant des poèmes sur mon blog, je me demande si j'ai toujours été intègre, et je sais que non.

 L' Hélice Terrestre, à l' Orbière, St Georges des 7 Voies,  photo Erwan Le Vourch

L' Hélice Terrestre, à l' Orbière, St Georges des 7 Voies, photo Erwan Le Vourch

Montrer mes poèmes, et je dirai même : écrire des poèmes pour qu'ils soient lus, m'a appris à crypter mon écriture car je ne voulais pas qu'il soit trop facile pour mes lecteurs de saisir le sens de ce que j'avouais. J'ai adopté les jeux d'ombre et de lumière et surtout, sur les blogs, j'ai joué à fond le dédoublement de personnalité. Ma part sombre, fut un temps, a tout envahi, jusqu'à ma vie privée.

Plus tard, en 2010-2011, je pratiquai l'auto-psychanalyse en rédigeant une enquête très poussée sur un événement traumatisant du passé. J'ai si bien réussi que le démon qui m'inspirait est mort dans l'opération.

Aujourd'hui, j'ai un mal fou à écrire.

Récemment j'invoquais le manque de temps : je ne nie pas que ce soit un facteur important de ma panne sèche. Longtemps j'ai cru aussi qu'en tuant mon démon j'avais tué Thaddée Sylvant. Mais l'explication me semble être ailleurs, dans le mécanisme même des blogs et de l'écriture en direct.

Le fait de savoir que vont me lire des gens qui, depuis quelques mois, voire quelques années, commencent à bien me connaître, fait obstacle à ma créativité. J'ai peur, vous comprenez. Peur qu'en laissant remonter à la surface toute cette noirceur qui stagne en moi, j'effraye mes lectrices et lecteurs. Peur qu'inopinément, un membre de ma famille, une collègue, une amie, tombe sur mes écrits. Peur aussi qu'à mon insu, les choses ne sortent pas comme elles devraient sortir, et se travestissent pour avoir le bon goût de plaire.

Il me semble aussi, quand je prends le temps d'y réfléchir, que la poésie n'est pas l'espace propice à mon inspiration, qui a besoin de vastes espaces pour s'épanouir et se fortifier. Quelques minutes d'un poème, sauf exception, ne vaudront jamais des semaines et des mois de rédaction littéraire. Et nous savons tous que l'on n'écrit pas un roman sur un blog. Mieux : on n'écrit pas un roman pour les autres, même si se profile à l'horizon l'idée vaniteuse et stupide d'en faire un best-seller.

A vingt ans je voulais être Rimbaud. A trente, je convoitais un Prix (j'ai reçu 2 fois le Prix Pégase). Aujourd'hui, j'envie Stephen King. Mais surtout, je n'attends plus rien. Ni gloire, ni fortune. Je veux juste écrire ce qui me vient à l'esprit, le jeter sur le papier comme ça me vient, et bien sûr je veux le faire dans mon coin.

Ecrire d'abord pour soi

Samedi 28 mai 2016 - J'ai écrit cet article _▲_ le 24 de ce mois sans oser le publier (on se demande pourquoi). Pourtant, Dieu sait que tout ce que j'y raconte me remontait des tripes. En ces jours de doute (est-ce que je pourrai écrire de nouveau, est-il bien utile que je poursuive la rédaction de ce blog, ne vaut-il pas mieux que je m'ouvre un compte sur Facebook pour gagner du temps ...) deux personnes se sont inscrites à mon blog, ce dont je les remercie, car ces deux inscriptions me redonnent espoir et courage.

Je viens d'explorer le blog de Coralie _▲_ qui s'est abonnée à mon blog. A sa lecture j'avoue ne plus avoir éprouvé la moindre hésitation quant à la publication (différée) de cet article. En effet son blog Esprit Vagabond galvaniserait le plus apathique des écrivains ratés. Le ton, je le trouve d'une fraîcheur revigorante. En outre, elle pose sa voix sur les articles qu'elle met en ligne, autrement dit elle en fait un enregistrement audio, fait rare sur les blogs et d'autant plus précieux. Mais encore elle s'interroge sur le pourquoi du comment elle éprouve le besoin d'écrire, recherche l'origine de cette irrésistible envie d'écrire, et moi j'aime beaucoup ça que les gens qui écrivent se posent des tas de questions sur leur écriture. En plus de ça, son blog est une mine de renseignements pour ceux qui, comme moi, connaissent la panne sèche également nommée syndrome de la page blanche. Ainsi, je vous recommande chaudement son article intitulé : A la recherche de lecteurs.

Dans cet article elle donne plusieurs liens de sites sur lesquels on vous lira, et même on corrigera vos fautes d’orthographe, de syntaxe et de grammaire ! Tout ça pour dire que le blog de Coralie c'est un rayon de soleil au pays de ceux qui traversent l'épreuve non pas de la page blanche, mais du pavé blanc, et franchement, sa découverte tombe à pic en ces moments de grand découragement.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Eric 29/05/2016 10:27

Eh bien, Thaddée, tes pensées suscitent un tas de réflexions chez tes lecteurs et déjà cela est très enrichissant!

Pour ma part je peins pour moi et pour les autres, mais j'écris d'abord pour moi. L'autocensure nourrit la créativité (comment suggérer une chose sans la dire nommément: ceux qui sont murs pour prendre prennent, les autres passeront leur chemin par souci d'auto-protection).

Je publie deux histoires longues sur mon blog: "Histoire d'art et de pavés" (première partie publiée) et "Histoires de faunes" (en cours) qui m'a valu la censure de Facebook pour un dessin numérique.

Parallèlement à ce que je publie sur le net, j'ai publié des nouvelles en très petite édition, 20 à 30 exemplaires pour des admirateurs chevronnés, éditions numérotées. Là il n'y a pas de censure, les exemplaires sont vendus sans problèmes (à des prix assez élevés en raison d'une belle reliure japonaise et de beaux papiers) et il me suffit d'avoir une vingtaine de lecteurs fidèles.

En ce domaine j'aime lire l'expérience des autres, cela peut toujours encourager à partager! Salutations amicales à tous tes commentateurs, rien que leur richesse devrait déjà te prouver que tu fais travail utile en partageant tes questions, tes photos et tes écrits. On a le public qu'on mérite ;-) Bisous à tous et à toutes!

Thaddée 29/05/2016 11:21

Coucou Eric, je viens de te croiser chez Jean-Pierre Laret ;-) Toi aussi tu en écris des choses ! J'ignorais que tu avais publié des nouvelles, illustrées en plus, et sur papier de luxe, et reliées ! Ce doit être un bijou, j'aime tant les beaux livres. Et puis tu vois tu éclaires ma lanterne en me rappelant à bon escient que tu publies sur ton blog des œuvres assez longues. Le format du blog n'est donc pas incompatible avec des écrits plus denses que de la poésie. j'ai moi-même mis en ligne quelques nouvelles. Pour ce qui est du 'cryptage' de certains de mes textes, oui c'est un enrichissement personnel formidable. Merci encore pour tes réactions toujours riches de sens, et bon dimanche mon cher Eric, à bientôt ! PS : tu ne m'avais pas dit que la fête des mères en Belgique c'était le 8 mai ? (lol)

Laret 29/05/2016 09:37

Il y a tant de choses dans ton article...J'écris depuis longtemps, un peu dans tous les sens. Pour moi (expression de sentiments..), mais aussi pour être lu par d'autres. Sur mon "blog", comme on dit. Pour avoir des réactions, des commentaires...Et depuis peu, je me suis lancé dans l'édition tout court, à compte d'éditeur. Pour que soit matérialisée cette passion, que naisse un livre qui pourrait intéresser, avec beaucoup d'espoir. Ce qui me plaisait le plus, mes contes!! Ainsi est né "Les fantaisies pour gentils-vol 1", chez édilivre, pour ne pas le citer. Oui, j'avoue, ces contes, je les avais écrits, un peu, pour me faire plaisir. En espérant ensuite faire plaisir à d'autres lecteurs! Au fait, pourquoi, et pour qui, écrit t'on? En premier, on communique avec soi....PS: j'ai aussi écrit beaucoup de poèmes. Bonnes lectures et bonne journée, Jean-Pierre

Thaddée 29/05/2016 11:12

Re-bonjour Jean-Pierre. Je trouve intéressant de confronter nos expériences de l'écriture.Tu vois, pour moi, même s'il u e quelques uns de mes poèmes que je ne renierais pour rien au monde, ce sont mes romans que je préfère. Ecrire sur un blog est enrichissant, gratifiant, quoique un peu perturbant (pour loi en tout cas). Cédant à la tentation de me faire lire, j'ai écrit de la poésie pendant huit ans, parce qu'il est plus facile sur un blog de mettre en ligne de la poésie qu'un roman. Aujourd'hui la veine est tarie, ce qui m'inquiète et me désole. Il faut que je réapprenne à écrire dans mon coin, d'abord pour moi, un roman. Hélas, le temps me manque la plupart du temps pour me lancer dans un travail de longue haleine. Je sais par expérience que travailler et écrire en même temps c'est épuisant. J'espère quand même pouvoir renouer avec la création romanesque, qui reste mon territoire de prédilection :-). Merci à toi pour ta réaction, bon dimanche !

lemenuisiart 28/05/2016 20:16

Je suis entièrement d'accord

Thaddée 29/05/2016 08:02

Félicitations pour ton livre Christian, passe un beau dimanche.

Poupette 28/05/2016 17:40

Bonjour Thaddée,
Il y a longtemps que ma maîtresse n'écrit plus pour elle même ou dans l'espoir d'être publiée
. Elle se contente de rédiger des articles pour un quotidien régional, et ça lui suffit. Quoiqu'on fasse, l'essentiel est de se faire plaisir.
Câlins à Félix et passe un bon week-end

Thaddée 28/05/2016 17:44

C'est bien ça, de rédiger des articles pour un quotidien régional ! Et tu as bien raison : l'essentiel est de se faire plaisir, il faut s'écouter et se laisser aller à exprimer ce qu'on à dire. Ronron de Félix, caresse à Poupette, beau week-end Maîtresse de Poupette. L'orage arrive chez nous, ça va faire vilain :-)

kimcat 28/05/2016 15:37

Je suis abonnée chez toi...
Voici le dernier jeu d'écritures publié dimanche :
http://kimcat1b58.eklablog.com/epistographique-jeu-de-lettres-n-65-a125808006
Bizzz