Comment j'ai vaincu la leucosélophobie

Publié le par Thaddée

Rassurez-vous, je ne parle pas d'une maladie grave. Enfin ... pas au sens propre du terme. La leucosélophobie, c'est tout simplement l'angoisse de la page blanche, appelée aussi le syndrome de la page blanche ou encore ​le blocage de l'écrivain.

Leucosélophobie - Crainte qu'éprouve un écrivain de ne pas trouver l'inspiration au moment de commencer ou de poursuivre une oeuvre. Exemple : La leucosélophobie peut mener un écrivain à la dépression lorsque l'angoisse dure longtemps.

L'internaute

J'évoquais dans mon article d'hier_▲_ une astuce toute simple susceptible de surmonter cette sensation de vide et d'impuissance, qui consiste à rédiger son texte sur un blog privé. Ce procédé m'a permis de dépasser ma peur de la page blanche et ce matin j'ai franchi le pas en écrivant directement sur la page de Libre Office Writer (version gratuite de Microsoft Word). Je conserve bien sûr le blog privé pour y consigner mes notes personnelles et les liens, images et vidéos en rapport avec le sujet de mon roman.

Comment j'ai vaincu la leucosélophobie

Le meilleur moyen de vaincre l'angoisse de la page blanche c'est, je pense, de s'y mettre sans se poser trop de questions. J'entends par là : se mettre à l'écriture avec les moyens du bord. On peut commencer par rédiger trois lignes, un petit paragraphe, ou même dresser le plan de son histoire. Il s'agit seulement d'écrire quelque chose, n'importe quoi, pour que se dissipe l'appréhension. Pour moi, j'ai mis une semaine avant d'arriver à quelque chose de probant. Maintenant je me sens bien, j'ai confiance en moi, j'ai bon espoir de parvenir à mes fins.

Comment j'ai vaincu la leucosélophobie

Je pense aussi qu'il faut éviter d'avoir des ambitions plus grosses que sa tête, c'est à dire qu'il faut faire ce qu'on sait faire en évitant de se lancer dans des formes d'écriture dont on n'a pas l'entière maîtrise. Moi par exemple, je fais du roman ; je ne sais pas écrire des pièces de théâtre. Je fais du roman noir ; je ne sais pas écrire autre chose que des romans noirs. On éprouve quelquefois l'envie de se renouveler. Mais chassez le naturel, il revient au galop. Si j'évolue, mon écriture évoluera d'elle-même. Ce sont là des mystères, les mystères de l'évolution, qui dépassent notre entendement et ne dépendent pas de notre volonté.

Comment j'ai vaincu la leucosélophobie

Et peut-être est-il temps, pour se donner du courage, de se dire que les manuscrits inachevés entassés dans nos placards et nos cartons ne représentent pas notre impuissance à terminer le travail, mais une somme d'expérience que nous mettrons à profit pour mettre le point final au livre que nous sommes en train d'écrire. Parce qu'au bout du compte, c'est toujours la même histoire qui nous vient sous les doigts et que nous réécrivons sans cesse, avec dix, vingt, trente, quarante ans de plus.

Comment j'ai vaincu la leucosélophobie

Il va de soi que chacun voit midi à sa porte et ce qui vaut pour moi ne vaut pas nécessairement pour les autres. Perso, je ne suis pas tous les jours dans les mêmes dispositions d'esprit. Certains jours il ne sert à rien de m'asseoir devant mon roman, je suis incapable d'écrire une seule ligne. Je ressasse à l'infini ce que j'ai déjà rédigé, jusqu'à saturation. Dans ces moments-là j'accuse une baisse de régime inhérente à la tension nerveuse et la fatigue physique liées à l'acte d'écrire. Comment gérer cette fatigue, je ne le sais pas. Il faudrait m'arrêter de penser. Mais c'est aussi le soir avant de m'endormir que me viennent les idées les plus lumineuses, celles-là même qui sont à l'origine de mon inspiration. Alors même s'il y avait un interrupteur pour éteindre la lumière, je n'appuierais pas dessus. La fatigue fait partie du processus de création. La fatigue, et la désespérance, et l'exaltation.

Publié dans Journal d'un écrivain

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chatdesîles 04/07/2016 22:54

Je ne connaissais pas ce mot moi non plus !
Quelle angoisse en effet, lorsqu'on vit de ses écrits ...
Bonne semaine Thaddée !

lemenuisiart 15/06/2016 05:48

Il y a bien un mot pour tout

maîtresse Poupette 14/06/2016 22:16

Je ne connaissais pas ce mot ! Quoi qu'il en soit, si on n'a pas d'inspiration, il vaut mieux s'abstenir d'écrire...
Bonne soirée et caresses à Félix

kimcat 14/06/2016 19:21

Eh bien je ne connaissais pas ce mot !
Bizzz

Jean-Marc 14/06/2016 18:41

Ben dis donc, c''est pas de tout repos. On dirait un entraînement sportif.
Bon courage, ça a l'air bien parti