Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Papier de Verre, le blog de Kiki, Félix et Thaddée ↫

Papier de Verre, le blog de Kiki, Félix et Thaddée ↫

Ce qui parle le mieux de nous, ce n'est pas ce que nous disons, c'est ce que nous faisons. Je fais des livres qui parlent de moi sans le dire. - TS | Actualité OB Kiwi et plates-formes de blogs, Déco blogs, Balades à Sète, Chroniques lyonnaises et fidésiennes, Histoires de chat, Littérature, Photographie, Société ... Communauté : "Victor & Victoria", esprit shabby chic, romantique et cosy. Blog classé dans la catégorie Lifestyle.

Rose et Lilou, monstres ordinaires

Rose et Lilou forment un couple bien propre sur lui, pas très net en dedans. Voilà qui pourrait être le pilote d'une série de nouvelles... ou le premier épisode d'un nouveau feuilleton. Comme un méchant petit air que j'avais dans la tête ce mardi matin, 15 novembre. Les textes sont sujets à modifications.

Thaddée

Le bébé dans la maison

- Lilou je n'ai plus mes règles.

- Tu es malade ma chérie ?

- Je suis enceinte.

- C'est formidable.

"Ma douce, ta tartiflette est un délice" dit-il en se goinfrant de pleines bouchées de reblochon fondu. Cependant qu'elle mesurait leurs pauvres vingt-cinq mètres carrés de studio mansardé sous un éminent froncement de sourcils.

- Ca va pas être évident ici avec un bébé en déduit-elle.

Il avait l'esprit tellement pragmatique. "Y'a qu'à le faire sauter" suggéra-t-il en se resservant une part toute chaude.

- Lilou, tu recommences à être jaloux.

- Mon adorée, tout ce qui vient de toi est un cadeau du ciel.

Il se lécha les babines. Après quoi Ils mangèrent encore un peu sans plus se parler ni se regarder. En fait pendant qu'il bâfrait elle réfléchissait.

- Pour le côté pratique j'ai peut-être un plan, finit-elle par annoncer.

"Y'a la vieille Greluche qui sait pas quoi faire de son rez-de-chaussée. Je pourrais la convaincre de nous le louer contre deux heures de ménage en  plus par semaine. Qu'est-ce que tu en penses ? "

- Tu es si brillante. 

- Parallèlement ça me ferait bien chier de quitter notre petit nid d'amour.

- Et moi donc, marmonna-t-il entre deux fournées.

Image du Blog zezete2.centerblog.net
Source : zezete2.centerblog.net sur centerblog.

Une fois le repas terminé, comme il leur restait quelque trois-quarts d'heure à tuer avant de reprendre l'un et l'autre le travail ils discutèrent du projet d'emménager chez la Greluche. Elle disposait quand même d'un rez-de-chaussée très bien aménagé. Il y avait une cuisine toute équipée et deux chambres avec tout le confort. Des sanitaires et une douche assez proprets. La chaudière, installée à ce niveau, chauffait généreusement l'appartement vide. Pas de jardin, mais le gosse pourrait jouer dans la cour fermée sans risquer d'aller bêtement se faire écraser dans l'impasse. Franchement c'était le rêve.

- Ouais. Mais on va faire quoi de nos meubles, dit-elle en se bouclant une mèche autour de l'index. Ca m'emmerderait de m'en séparer.

Ils méditèrent de concert en se tortillant les cheveux. Son épaisse tignasse brune à lui ne demandait qu'une petit mise en plis vite fait bien fait. Quand il eut bien gambergé, s'alluma dans son crâne l'ampoule du trait de génie. Ne lui avait-elle pas dit et répété que la Greluche l'adorait ? Et puis elle était si malheureuse de ne pas avoir de petit-enfant. Sa feignante de fille tenait bien trop à sa ligne pour accepter l'idée monstrueuse de grossir. 

- Et alors quoi ? le coupa-t-elle, lassée du préambule interminable.

- Réfléchis un peu, prunelle de mes yeux, la supplia-t-il en lui pressant langoureusement la main. Pas de famille qui s'occupe d'elle et miracle, on débarque avec un mirliton d'amour. Tu ne crois pas qu'elle va craquer la vieille ? Son vieux rêve de vivre en famille qui se réalise sans qu'elle ait rien demandé. Qu'est-ce que tu crois qu'elle va faire ?

- Nous coucher sur son testament.

- Précisément ma chérie et nous disposerons alors de toute la maison pour installer nos meubles et nos bibelots.

- Si c'est pas merveilleux la vie, soupira-t-elle rêveusement.

- C'est toi qui es merveilleuse ma Rose, je te le dis tous les jours et je le pense vraiment.

Image libre de droits, Pixabay

Image libre de droits, Pixabay

Sonna l'heure de se préparer pour partir au boulot. Il faisait très froid à l'extérieur, autour de zéro degré, ça prenait un temps fou pour s'habiller. Damart thermolactyl, collants de laine, chaussures après ski, pulls à coll roulé, trois tours d'écharpe, bonnet à pompon de Noël, gants fourrés, doudoune redondante. A la fin tous les deux se voyaient transformés en bibendum. C'était à la fois ridicule et touchant pour l'un et l'autre de s'embrasser dans cet accoutrement, le gros ventre en avant, les joues déjà rouges à la seule pensée du froid de canard qui viendrait les clouer au sol sitôt qu'ils auraient mis un pied dehors. Sauf qu'en ce jour de novembre ils étaient trois et ça réchauffait pas mal le coeur à défaut de réchauffer le reste.

Avant de sortir toutefois une pensée le frappa le plein fouet. Autant dire qu'il pila net une main sur la poignée de la porte.

- Au fait elle a quel âge la vieille ? 

- Dans les quatre-vingt-dix mais je te vois venir. Depuis sa chute dans l'escalier du garage elle n'est plus si vaillante si c'est à ça que tu penses.

- Alors y'a bon espoir qu'on récupère la maison dans pas trop longtemps.

- Seulement il va pas falloir trop traîner pour l'emberlificoter.

- J'adore comme tu parles.

Ils se déposèrent un petit bécot d'amitié sur les lèvres avant de descendre lourdement le colimaçon, emmitouflés comme ils étaient. Dans la rue ils firent une pause. "C'est fou comme j'ai envie d'y aller" grogna-t-il en serrant les poings au fond de ses poches. "Moi pareil, dit-elle, mais pense au bébé et à la maison". Ils se tinrent comme ça un moment face à face à fixer dans le vide une image assez jolie de l'avenir qui leur était promis. Malgré ça, Lilou fit la grimace.

- Tu m'as pas dit qu'il y avait pas un seul commerce dans le coin ? Comment on va faire quand on aura besoin de clopes ou de médocs ?

- T'as raison, c'est galère.

Il n'osait pas le dire. Ce n'était pas son rôle.

- Alors peut-être qu'on ferait mieux de le faire sauter, conclut-elle.

Et c'est le coeur léger qu'ils partirent bosser, chacun de son côté, lui chez Madame Butin qui lui faisait de l'oeil, elle chez la vieille Greluche qui l'avait échappé belle. Elle en riait encore lorsqu'elle sonna à sa porte.

© Thaddée, mardi 15 novembre 2016

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Zoé 18/11/2016 14:33

Gredin et gredine ces 2 là, mais pas tout à fait quand même ! Ouf! J'ai bien hâte de lire la suite de leurs aventures ! J'aime beaucoup le style!
Bises Thaddée

maîtresse Poupette 17/11/2016 20:16

Voilà le premier volet d'un futur recueil de nouvelles !

kimcat 17/11/2016 19:02

Quelle histoire !!!! Ils décoiffent ta Rose et ton Lilou. Pauvre Greluche !
Bisous Thaddée
Béa kimcat

Jean-Marc 17/11/2016 14:36

Tu es prolifique aujourd'hui.
Beaucoup de cynisme dans cette petite nouvelle, et un style très grinçant que j'ai bien aimé.

jean-marc 17/11/2016 15:09

Un très bon début, j'aime bien le style

Thaddée 17/11/2016 15:06

Je n'ai pas beaucoup de temps pour écrire alors j'écris des textes courts. Celui-ci je l'avais en tête en me réveillant mardi matin, je me suis précipitée sur mon blog pour en faire un brouillon que je n'ai publié qu'aujourd'hui parce que j'y ai apporté beaucoup de modifications depuis mardi. Ca me soulage un peu de la frustration de manquer de temps, mais j'aimerais écrire davantage ! Enfin, c'est un début.