Pourquoi

Publié le par Thaddée

Pourquoi

On a poussé les murs
Pour te faire de la place.

Thaddée, jeudi 2 février 2017

Je ne suis qu'à moitié. Mes aspirations, mes inspirations tournent court. Deux articles écrits, un trop superficiel, l'autre trop personnel, que je n'ai pas mis et ne mettrai pas en ligne. J'ai pris des photos, je ne vois pas bien pourquoi je les montrerais, celles-ci plutôt que d'autres, pourquoi. Je n'arrive pas à me faire une idée claire du blog que je veux avoir : quelles couleurs, quelle déco, quel style. Ma bibliothèque est arrivée lundi sans prévenir, 18,9kg à traîner jusqu'au 2ème étage, sur la table un monceau de ferraille, je me suis cassé les ongles, écorché les mains pour n'en monter que la partie inférieure à coups de marteau. Les deux armoires étaient livrées le lendemain, mardi, je n'ai pas ouvert la porte au transporteur, je n'ai pas voulu fixer d'autre rendez-vous, j'attends que la commande me soit remboursée. J'ai réservé mon séjour à Sète, je ne sais pas si, dans quinze jours, j'aurai la force physique, la force morale de m'éloigner de chez moi. Mes élans se brisent aussitôt qu'il sont pris. Je retombe sans vie. Hier, un cafard monstre. j'ai pleuré. Pas beaucoup ni longtemps mais c'était la première fois depuis la mort de maman. Je prends la mesure de son absence. Elle me manque terriblement.

Souffrir physiquement
Sans reprendre ton souffle
D'une douleur diffuse
Qui te mord et te bouffe

Et regarder le ciel
Te recherchant sans cesse
Dans l'étoile qui brille
Et le soleil qui baisse.

Thaddée, mercredi 1er février 2017

Il y a eu l'hébétude et la pétrification, la colère, le sentiment de ne servir à rien, les soucis administratifs, la peur de l'avenir, les pensées morbides et maintenant le chagrin. Toujours, aussi, le sentiment diffus de ne plus savoir à quoi ça sert de vivre, qui me poursuit depuis quelques mois déjà. Si l'on n'est que de passage, à quoi bon traîner sur Terre ? Qu'est-ce que je vais faire de plus maintenant ? J'ai écrit, j'ai voyagé, j'ai aimé. Qu'est-ce qui me reste à faire ? J'ai perdu ma jeunesse et ma santé. Je suis dans la dernière ligne droite. Je ne vois pas ce que je pourrais faire de plus, à part reproduire indéfiniment les mêmes gestes.

Oh j'éprouve encore des envies. Je craque sur une belle déco. Chez moi je range consciencieusement, j'entretiens du mieux possible le cocon qui me protège des tourmentes extérieures. La mort n'entrera pas. Mais demain ? Dans un an, dans dix ans ? Mon seul ancrage sur cette putain de terre ce sont mon Félix et ma Kiki. Et l'amour incroyable que je porte à mon frère et mes soeurs depuis que maman est morte. Et peut-être aussi l'étoile dure et froide qui brille dans le ciel, première et dernière étoile de la nuit, Vénus la blanche, que tu habites et d'où tu me fais signe, chaque soir, avec ta fidélité indéfectible de maman.

PS - Excusez-moi de ne pas répondre à vos commentaires, de ne pas visiter vos blogs. Je ne suis pas dans la communication en ce moment. J'ai juste besoin d'exprimer, par moments, l'émotion qui m'étreint. Le doute, et le chagrin. Merci de votre compréhension.

Commenter cet article

An'Maï 08/02/2017 14:26

Te dire que ce que tu vis, je l'ai vécu.... qu'on finit par remonter la pente.... que si l'on n'oublie pas, le souvenir devient moins douloureux au fil du temps.... Que ton étoile abrite aussi ma mère....Ma vieille amie, j'ai juste envie de te dire "Courage, tiens bon !" et de te serre sur mon coeur. Bisous doux ma Thaddée !

Jean-Marc 03/02/2017 08:16

Tu passes par des sentiments que beaucoup d'entre nous ont ressenti, parfois sous des formes différentes mais le fond reste proche, avec chacun notre vécu et nos particularités.
Il n'y a pas de recette, la solution est en toi. Je veux juste te dire que chaque jour passé doit être ressenti comme un petit moment unique et privilégié.
Toutes mes amicales pensée.

Nell 02/02/2017 16:41

Que te dire, Thaddée? Nul ne peut te prendre ton chagrin. Je t'embrasse bien affectueusement.