Peut-on tricoter le dimanche

par Thaddée  -  7 Avril 2019, 11:05  -  #Lecture Au coin du feu

Aujourd'hui il me semble qu'il fait trop mauvais pour sortir me promener mais hier, m'en étant donné à cœur joie (vide-grenier, courses, piscine) je ne regrette rien. J'ai donc bifurqué sur la boîte à livres et là j'ai dégoté un document tout à fait palpitant sur la lignée des Aubry. Il s'agit du Cahier 3 de Nos Ancêtres Aubry, un ouvrage sans doute auto-édité puisque n'apparaît aucun nom d'éditeur. La publication du Cahier date de juin 1999, ce qui remonte à vingt ans. Mais son auteur, René Bergeron, remonte bien plus loin que ça ... au 17ème siècle. A noter, que ne sera malheureusement pas publié le Cahier 4, Les petits-enfants de Joseph Aubry.

Moulin à eau Saint-Louis à Saint-Ursule - Bien que le moulin ne soit pas à Saint-Justin, les ancêtres Aubry ont fait moudre leur blé dans un moulin semblable.

******

Je n'appartiens nullement à la lignée des Aubry et j'avoue, si cet ouvrage a attiré mon attention, c'est parce que ma sœur et moi nous nous intéressons actuellement à l'arbre généalogique d'une branche de notre propre famille ... et vous ne pouvez pas imaginer comme ça remue les souvenirs. Et c'est bien de ça qu'il est question dans le livre de René Bergeron, de souvenirs : c'est bien plus qu'un arbre. Ce sont des cartes des vieilles provinces de France ; l'évocation des Seigneurs De Carufel ; les photos de leurs résidences, dont une dans un ancien presbytère ; l'inventaire des biens faits à la requête de Anne-Marie Juneau veuve de Nicolas Aubry dit Francoeur, dont je vous livre quelques éléments, pour le plaisir :  trois tarrières petits et gros prises ensemble ; un ciseau, un bec d'âne et des tenailles ; six mauvaises faucilles ; une scie de long (?) ; un fusil ; quatre vieux seaux ; trois tinettes et deux barils défoncés ; deux saloirs ; trois cuves ; un van de bois ; un vieux harnois, une mauvaise bride, un collier ; une calèche parée à rouler ; une carriole et une traîne toute ferrée ; une paire de petites lisses ... Vous conviendrez qu'on ne sait absolument rien de certains de ces outils de travail.

Echo de Saint-Justin / Nos Ancêtres Aubry, Cahier 3
Echo de Saint-Justin / Nos Ancêtres Aubry, Cahier 3
Echo de Saint-Justin / Nos Ancêtres Aubry, Cahier 3

Echo de Saint-Justin / Nos Ancêtres Aubry, Cahier 3

Mais le livre de rené Bergeron c'est encore et surtout l'Echo de Saint-Justin (presse périodique québécoise du XXe siècle) ses articles et ses réclames, qui nous immergent dans l'esprit du début du 20ème siècle. En ce dimanche 7 avril 2019 nous allons réfléchir sur un sujet pieux s'il en est : Peut-on tricoter le dimanche en 1922 ?

Questions pratiques

La question s'est posée dans les milieux féminins ; et, comme on ne s'entendait pas sur la solution à donner, on a fait appel aux lumières d'un expert.
Voici comment le Semaine Religieuse de Montréal, après des considérations générales, tranche la difficulté. - Est-il permis de tricoter le dimanche ?
Le tricotage n'est pas une oeuvre libérale. Aucun théologien ne l'a classé ainsi. De plus, il paraît bien que le corps a plus de part que l'esprit dans ce travail et que le tricotage est moins utile à l'esprit qu'au corps. On ne verra jamais une personne présenter un tricot comme une oeuvre d'art et se vanter de savoir tricoter, pas plus que de savoir coudre. Il faut donc dire que le tricotage de bas, chaussettes, gants et autres vêtements est une oeuvre servile et défendue le dimanche, aussi bien que de garnir une robe ou un chapeau.

Echo de Saint-Justin 1922

Je sais que vous êtes nombreuses (par exemple Michelle qui tricote des vêtements pour poupées) à pratiquer le tricot qu'on range aujourd'hui dans la catégorie des Loisirs Créatifs, et dont on est fière et qu'on n'hésite plus à montrer. De quel œil voyez-vous cet interdit religieux, sachant que les dames à l'époque tricotaient moins pour le plaisir que pour habiller leur famille ? Est-il du ressort de la religion de condamner une activité qui ne la concerne en rien ? Pourquoi faut-il que ce soit des hommes isolés du monde qui décident de ce que doit ou ne doit pas faire une épouse, une mère de famille ? - Je vous laisse méditer sur le sujet et vous souhaite un bon dimanche ... sans tricoter bien sûr.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
N
La planche à laver m'a rappelé des souvenirs, je lavais mon lige avec une brosse et une vraie
planche en bois , il y a 61 ans,j'avais 20 ans !
Bisous
Nicole
Répondre
C
eh bien moi je tricote tous les jours de la semaine....et ce n'est pas des hommes, comme les autres, perdus dans leur monde qui vont me dicter ce que je peux ou pas faire....pendant que l'on tricote, mon esprit vagabonde et réfléchit à plein de choses.....j'aime beaucoup ces pages anciennes, la planche à lave, certains ne savent même pas comment s'en servir...heureuse que cette toise te plaise, avec son petit papillon, j'adore peindre ces petites bêtes sur ces toises pour enfants. bises.celine
Répondre
T
Voilà, c'est précisément ce qui me fait grincer des dents, que ce soit des hommes retirés du monde si j'ose dire qui dictent leur loi. Ah la planche à laver, elle m'a beaucoup plu, et c'était moderne à l'époque ! Oui vraiment j'adore ton petit papillon, je n'en finis pas de m'étonner à propos des détails apportés à des sujets aussi minuscules. Je te souhaite une belle journée Céline, bisou et à bientôt !
M
Je n'y connais pas grand chose en tricot (rien du tout même !) mais j'aime le côté désuet de ces anciennes réclames (comme on les appelait autrefois!).
Ronrounnets de Poupette à Félix
Répondre
T
Ah oui j'aimais bien le crochet moi aussi. Et on peut le faire le dimanche hihihi ;-).
M
Je serais davantage tentée par le crochet...
T
Pour moi j'ai tricoté, il y a fort longtemps, une écharpe orange pour mon ours et des petits carrés pour confectionner une sorte de napperon patchwork ;-). Ma connaissance du tricot n'est donc pas très développée mais parfois j'ai envie de m'y remettre. Les réclames, j'aime beaucoup : toute une époque. Félix remercie sa jolie Poupette de ses ronrounnets et l'embrasse sur le nez en retour :-).
E
Saint Justin mon pauvre ami, si je peux me permettre, je crois que vous auriez du vous mettre au tricot CAR ! pendant que les doigts tricotent , éventuellement l'esprit peut méditer et prier :-) Et quoi de plus servile que de faire la vaisselle et tutti quanti hein je vous le demande... Perso : vive le tricot lorsqu'on en a envie ...
j'ai beaucoup aimé cette page ...
Répondre
T
Bien dire :-) L'esprit travaille pendant que les doigts s'activent, rien de tel que le travail manuel pour penser à dix mille choses, et c'est aussi valable pour la vaisselle, et le jardinage, et plein d'autres choses. Le qualificatif de "servile" m'a ébranlée, c'est vraiment réduire la femme à la condition de servante. Or, qu'y a-t-il de plus noble et de plus généreux que d'habiller sa famille avec ses mains ? Merci pour le commentaire et bon après-midi Eglantine.
V
j'aime bien ces vieilles pubs!!! trop drôle l'interdiction de tricoter le dimanche! ben moi ça m'arrive!
Répondre
T
Oh, honte à toi ;-) J'aime aussi beaucoup les vieilles réclames, celle de la planche à laver m'a laissée sans voix tant elle est vraiment d'une autre époque, nous qui lavons le linge en machine à présent, nous sommes littéralement dépassées par "le progrès" de l'ancien temps. Bonne semaine Cathy, gros bisou.
D
J'ai un peu : drap ancien, nappe et serviettes et torchons assortis, un "carré" pour bb (broderie centrale : bébé) et porte-serviettes. Je vois que ça se vend cher !
Répondre
T
Tu pourrais faire un petit vide-grenier ;-)
D
Tu vas aimer ce site : http://www.lelingedejadis.net/description.php?id=6703
Répondre
T
Ah oui j'aime bien l'esprit récup'. Il m'est arrivé d'acheter d'anciens napperons dans les vide-greniers.
D
pensait (faute)
Répondre
D
Hihi l'horreur, les culottes que nous tricotait notre grand-mère maternelle, qui devenaient lâches au fil des heures, mais quelle horreur hihi Nous étions petites mais je m'en souviens ! Elle tricotait bien pourtant, mais le fil employé se distendait ! Une fois lavées, les culottes reprenaient de la tenue. Moi j'ai des petites couvertures pour chats à tricoter ... toujours pas fait. La laine m'attend LOL Il va falloir que je m'y remette ! Florus adore lécher tout ce qui est en laine. Là il a un vieux bonnet de ma belle-mère, que je n'ai jamais mis, il est très épais, alors je le lui ai donné pour son passe-temps favori, le léchage ^-^ En fait j'ai la flegme de tricoter, de crocheter ... mais bon, la laine va se miter !!! Allez je me mets au boulot bientôt (paroles paroles paroles ...) Je fais tout quand j'en ai envie. Je me demande ce que pensais mon grand-père maternel du tricotage le dimanche, car avant d'épouser ma grand-mère, il était séminariste. Bisous Thaddée. Câlins à ta petite tribu ♥
Répondre
D
Mon cousin de Paris, généalogiste, n'arrive pas à savoir pourquoi mon grand-père, qui était séminariste, est parti de sa région (Tarn, Haute-Garonne) et même les parents ont suivi (mes arrière-grands-parents maternels) pour aller s'installer dans l'Aude. Oui, mon grand-père maternel était très gentil, mais avec ses enfants, il était un peu sévère, il ne fallait pas moufter à table, ils ont été élevés dans la droiture. MD'ailleurs ça se ressentait sur ma mère, on n'avait droit à aucun gros mot, même merde, quand on se trompait, était interdit ! Et moi j'ai été éduquée comme ça aussi, pas de gros mots en société, même si je traite mon ordi de c_n, chut faut pas le répéter ^-^ Je n'ai pas connu mon grand-père, il est dcd brutalement d'un problème cardiaque, mon frère (né en 40) n'avait qu'un an quand il est mort. Ma grand-mère faisait ce qu'elle voulait, c'est que c'était une sacrée femme, mon grand-père était son 2ème mari (son 1er : elle a divorcé en 1902 !!! il n'était pas bien du tout, il buvait et dépensait tout l'argent en beuveries) Mémé Augustine tricotait, crochetait, et brodait. J'ai un porte-serviette, fait avec un "tour" de cheminée (alors je ne sais pas comment ça s'appelle, ça se met accroché au rebord de la cheminée, en coton qu'elle avait brodé de petits paniers, peut-on appeler ça un galon ? ou une garniture de cheminée ? Quant aux culottes, je me souviens, pourtant j'étais très petite, que ma mère n'aimait pas qu'elles se lâchent, car lorsqu'on s'asseyait par terre, on nous voyait ce qu'il ne fallait pas voir ;-)) donc on les a mises mais pas longtemps. En plus pour l'école ce n'était pas top du tout !!! Pour Florus, ce n'est pas une culotte qu'il lui faut, c'est une pampers LOL Au fait les culottes étaient fabriquées avec du coton très fin, pas en laine, sinon ça nous aurait gratté les fesses ^-^ Du coton comme pour faire les napperons. Bonne semaine (pour moi c'est avec Sloggi LOL LOL)
T
Je suis morte de rire, un séminariste dans la famille, autorisait-il ta grand-mère à tricoter le dimanche ? Et les culottes en laine ! Moi je n'ai pas eu ça, je crois que je l'ai échappé belle hihihi :-) ! C'est marrant pour un chat de lécher la laine, c'est un peu rugueux quand même. Allez au boulot Dani, fais-nous des petites culottes en laine et des bonnets pour Florus ♥♥♥.
L
coucou Thaddée ; je suis abasourdie par cette réponse ; où la religion se cachait elle ? elle régissait vraiment le moindre acte de nos grands mères ; et quand je vois comment ce monsieur dénigrait le tricot, alors que certaines font du tricot dentelle ; http://du-fil-et-des-aiguilles.over-blog.com/ ;;; de plus le tricot détend et je crois qu'il est bon pour l'esprit comme pour le corps ; et bien je suis catho et j'ai toujours tricoté le dimanche ^^ et pour moi ça n'entre absolument pas dans le domaine du religieux ; je dois dire que pour certains aspects on a de la chance de vivre 100 ans cette époque ; bisous
Répondre
T
Ce qui me choque c'est que l'interdiction émane d'une communauté qui n'est pas confrontée aux réalités du quotidien. Ces hommes qui n'ont pas de femme, qui n'ont pas de fille, comment pourraient-ils savoir ce que représente vraiment le tricot ? Hélas c'est souvent le fait de la religion, se mêler d'arbitrer des sujets auxquels elle ne connaît rien. C'est si facile de mettre le veto sur des activités dont on n'a pas la moindre idée. Je savais que cet article te ferait réagir. Gros bisou pour toi et bonne semaine Michelle, à bientôt.
Z
C'est incroyable jusqu'où les interdits religieux se permettent d'intervenir ! je ne pourrais jamais obéir à des trucs pareils!
J'aimais bien tricoté mais les pb d'arthrose des mains m'ont obligé à renoncer mais j'avoue que parfois ça me manque!
Bises
Répondre
T
C'est ce qui me choque aussi, de quoi la religion se mêle-t-elle ? Surtout qu'à l'époque on ne tricotait pas vraiment pour le plaisir, on tricotait pour habiller le mari, les enfants, les petits-enfants. En quoi le fait de tricoter est-il sacrilège on se le demande. C'est dommage pour toi, que tu ne puisses plus tricoter ... Pour l'arthrose on m'a donné un tuyau qui vaut ce qu'il vaut : l'huile de Foucault (remède de grand-mère comme on dit). A vérifier. Je t'embrasse Zoé, passe une bonne semaine.
K
J'ai tricoté un peu... Cela fait de nombreux mois que je ne touche plus à mes aiguilles...
Bisous ma chère Thaddée et bonne soirée
Répondre
T
Oui j'imagine, un déménagement est sans fin avec tout ce qu'il faut remettre en place. Je te souhaite une bonne soirée, gros bisou :-).
K
Plutôt à cause de mon déménagement avec tout ce que j'ai fait avant... et maintenant !! Je reprendrai les travaux manuels plus tard.
Gros bisous
T
Une raison particulière ? Lassitude, pas le temps, mal aux doigts, problèmes de vue ? Oui je sais j'ai un vilain défaut : la curiosité. Mais nul n'est tenu de me répondre. je t'embrasse très fort ma Kimcat, passe une soirée tranquille avec tes petites puces.
N
Moi je ne tricote pas je crochète, tu le sais, et cela est une vraie passion. Par contre je le fais quand j'en ai envie, non mais!!!!... Gros bisous, ma chère Thaddée et douce fin de journée
Répondre
T
Je sais pas si tu as le droit ;-) Je t'embrasse aussi ma chère Nell et crochète bien, bonne fin de week-end et à très bientôt.
E
ouf!! j' ai échappé au pire!!
bisous
Répondre
T
:-) oui ne t'inquiète pas.
C
Une scie de long est une scie assez longue comportant une poignée à chaque extrémité.
Cela servait à scier les troncs d'arbres, chacun des deux bûcherons tirant à son tour sur la scie.

Un de mes grand pères était scieur de long.
Répondre
T
Ah merci Clodoweg. Il y avait en effet un point d'interrogation dans l'inventaire sur cette scie de long. Je vois ce que c'est maintenant que tu en as donné la définition. Je te souhaite un bon dimanche,à bientôt !
E
je tricote quand je veux tous les jours et même le dimanche, de plus je ne fais plus que du bénévolat pour les plus démunis, alors la religion là dedans!!!!....
bisous et bon dimanche
je vais reprendre mon tricot
Répondre
T
L'interdiction de tricoter le dimanche ne concernait que les femmes de 1920 heureusement. De nous jours, chacune fait bien comme elle veut. Bravo le bénévolat :-). Bon dimanche Eva, bisou.
N
Hou là là , j'ai fait un festival de fautes de frappes et fautes tout court .....
Répondre
T
Tu es pardonnée :-).
N
Et te voilà mordue à la gébnéalogie .... un virus inguerissable ........4
Moi aussi j'adore les vieilles réclames ...

Quand à interdire de tricoter le dimanche ??? C'est avant tout une détente un loisir, même si jusqu'à pas longtemps c'était avant tout utilitaire , comme coudre . Détente dans le tricot, loisir , alors pour moi , quelque soit le jçour si j'ai un truiciot en route , que ce soirt dimanche ou lundi,et que j'en ai envie, je tricote ... Les femmes ont toujours tricoté : les dames patronesses , pour "leurs pauvres" , les femmes pendant les guerres pour leurs soldats et même celles qu'on a baptisé les "tricoteuses" qui tricotés pour les soldats de la révolution, des salles du tribunal jusqu'au pied de l'échafaud ( où elles étaient en spectatrices ) .... J'ai même travaillé avec un homme , administrateur des colonies qui apprenait aux congolaises du temps où elles étaient française à tricoter ........

Caresses à Félix, pluie et froid ici aussi , bises
Répondre
T
Wouahou, tu en connais un rayon sur la pratique du tricot, j'ai effectivement vu des photos des jeunes femmes habillées pareil, toutes en train de tricoter, je pense qu'il s'agissait de tricoteuses "officielles". Je ne sais pas si l'on pouvait considérer le tricot comme du travail dans ces conditions. C'était bien plutôt une oeuvre de charité, de même que les personnes à la retraite et les personnes âgées tricotent maintenant pour les bébés prématurés. La question ne se pose plus de nos jours fort heureusement, on tricote quand on veut et on ne doit en référer à personne. Merci de ton commentaire instructif :-), et oui la sœur et moi on verse dans la généalogie, c'est un travail de mémoire incroyable. Bon dimanche à toute la 'tite famille et Félix salue son copinou Phiphi.
J
Ce livre a l'air très intéressant en effet. J'adore ce qui se réfère aux anciennes "réclames".
Pour le tricot je ne suis pas le meilleur conseiller mais - hors toute notion religieuse - cette sale manie qui consiste à faire travailler les gens le dimanche (magasins et autres) me dérange et m'interpelle.
Imposer aux personnes la seule journée qui peut parfois permettre de se retrouver est bien dans l'esprit de notre époque ... mais pas dans le mien.
Bonne après midi (sans tricot)
Répondre
T
C'est vrai, dans le domaine de l'aide à la personne par exemple on ne peut guère demander aux clients de se passer de toilette et de repas le week-end. Et dans les grandes surfaces on devrait à tout prix laisse le choix aux salariés. C'est quand même de leur vie personnelle qu'on dispose. Le dimanche ça a quelque chose de traditionnellement sacré et intouchable, moi je le sens comme ça. Du reste là je vais l'employer à faire une petite promenade avec mon scooter :-).
J
Je pense qu'il y a des professions qui nécessitent un travail du Dimanche.
Mais au départ on le sait, on l'a choisi et on ne fausse pas les règles en cours de route.
Pour les autres métiers pour lesquels ce n'est pas indispensable et le volontariat est souvent "subi" (ie grandes surfaces), je trouve cela dangereux.
Remarque quand tout le monde travaillera le weekend, ils attendront les clients ...
T
Coucou Jean-Marc, en effet travailler le dimanche est de plus en plus répandu, d'ailleurs il était de plus en plus question de travailler le week-end dans l'association dont je faisais partie. Quelques unes de mes ex-collègues travaillent déjà le samedi. Pas facile. D'un autre coté on peut laisser le choix aux salariés. Par exemple j'avais postulé, fin 2017, pour un poste dans le service à la personne, il était proposé de travailler le dimanche et les nuits ce qui était mieux payé que la journée en semaine. Tant qu'on peut choisir ... "Tout ce qui est obligatoire est mauvais" a dit un jour une ex-collègue quand on nous a imposé la mutuelle du travail. Bon dimanche de repos à toi :-)