La mer heureusement

par Thaddée  -  29 Novembre 2020, 10:39  -  #Photo et Vidéo

La mer heureusement

Nos trois heures de liberté surveillée m'ont permis de retourner dans le centre ville voir la mer et les bateaux. Plus précisément : la réouverture de nos petits commerces a justifié ma sortie en ville. Respirer le bon air du large et les odeurs du port, ça m'a fait du bien. Mais j'avoue avoir déchanté en voyant toutes ces terrasses désertées, tous ces bistrots et restaurants normalement grouillants de monde, désormais fermés, comme en sommeil. Je n'ai pas reconnu la petite ville exubérante et joyeuse pour laquelle j'ai quitté Lyon au printemps de l'année dernière. Le petit peuple débordant de vie que j'ai connu, que j'aimais, c'est maintenant une poignée de zombies masqués. Je ne sais pas quand nous retrouverons le monde d'avant. Je ne sais pas si nous le retrouverons. Heureusement, il reste la mer.

,
,
,
,
,
,

,

Elle était spectaculaire hier après-midi, à l'assaut du Théâtre de la Mer et du brise-lames. L'écume se projetait bien au-dessus de moi. Son roulement profond, c'est comme un exutoire à la souffrance d'être enfermé, privé de notre vie. Comme un appel à la liberté recouvrée. Son chant nous rassure sur la pérennité des choses, la force de la nature, et notre capacité à nous adapter à toutes les situations, même les plus tristes, même les plus décourageantes. On me dira : Il y a eu pire ; il y aura toujours pire. Mais l'important c'est aujourd'hui, c'est demain tel que nous l'envisageons, dans un univers familier qui change à vue d'œil et que nous ne reconnaissons pas. Il faut que notre envie de vivre soit plus forte que notre lassitude de vivre ces jours interminables placés sous haute surveillance. Pourtant, je connais bien des gens sombrés dans la dépression, qui ne survivront peut-être pas à toutes les contraintes, à touts les privations qu'on nous impose. Ils voudraient se révolter. Mais comment ? Ils sont pris de dégoût devant tous ces gens qui marchent au pas selon les règles qu'on leur dicte. Mais comment faire autrement ? Heureusement, il reste la mer.

Le chef cuisinier attend ses clients depuis si longtemps

Planète inhabitée
Planète inhabitée
Planète inhabitée

Planète inhabitée

Quelque chose qui n'a pas changé : l'entassement qui m'a fait aimer Sète

Quelque chose qui n'a pas changé : l'entassement qui m'a fait aimer Sète

Et les bateaux à quai, que j'aime à retrouver à leur place

Et les bateaux à quai, que j'aime à retrouver à leur place

Lui aussi reste à quai. Normal : ce n'est pas la saison des mini-croisières

Lui aussi reste à quai. Normal : ce n'est pas la saison des mini-croisières

La mer heureusement
La mer heureusement
La mer heureusement
La mer heureusement

Arrivée devant la Foire aux Trouvailles où j'achète ma laine pas cher j'ai la désagréable surprise de la trouver fermée. Un samedi ! J'entends un passant dire à sa femme : "De toute façon ils ne rouvriront pas." Je ne veux pas y croire. C'est un des commerces que je fréquente assidûment. La seule pensée qu'il ait coulé à cause des mesures restrictives du gouvernement me rend infiniment triste et me met en colère. Je verrai, cette semaine, s'il rouvre ou pas... Et vous, passez un bon dimanche, peut-être à vous promener un peu, certainement à profiter de la compagnie de vos zanimo. Tous les 5 on vous aime. On vous embrasse.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
Moi je trouve que tu as beaucoup de chance. Tu as la mer a tes pieds alors que pour tant d'autres elle n'est plus que dans le cœur et le gout des embruns un souvenir qui se dissipe. Je peux comprendre qu'en un lieu aussi charmant que celui où tu demeures à présent les restrictions imposées peuvent sembler cruelles et injustes. Jacqueline l'a rappelé, la pandémie est mondiale et tue partout aux quatre coins de la planète. Pour les gens aux semelles de vent, c'est un crève-cœur. Tu as le double talent de la photographie et de l'écriture et tu vis dans un lieu inspirant. Alors, tire partie de ces dons et continue à nous enchanter avec de belles images et des récits emprunts de poésie...
Bisous masqués.
Répondre
T
Bonsoir, je découvre avec joie votre blog. Vous avez beaucoup de chance de vous trouver non loin de la mer, une belle occasion de vous ressourcer. L'air marin nous apporte toujours un bien-être indescriptible. Vos photos nous font voyager virtuellement tout en ayant l'impression de retrouver nos vacances d'été, cette période où l'on pouvait à nouveau sortir sans autorisation. Les jours meilleurs seront bientôt de retour, soyons patients ! Belle soirée à vous
Répondre
M
Tes photos sont magnifiques et tu as raison, la mer et l'ambiance sont encore là, même si il y a des zones sinistrées...La vie reviendra, l'homme oublie vite (parfois trop vite d'ailleurs) regarde l'été dernier la vie a repris le dessus. Bisous et merci pour ces jolies photos, je suis trop loin de la mer pour y aller
Répondre
C
oh voilà de belles photos, tu as pu profiter de la limite augmentée pour les déplacements, je suis fan de tes textes et photos....j'espère que ton magasin pourra réouvrir, normalement il avait le droit d'ouvrir pour le second confinement. carresses à tes poilus et bises pour toi. celine
Répondre
D
Très jolie balade en bord de mer, je pense que la vie d'avant reviendra , faisons preuve de patience, depuis des décennies des épidémies ont décimé des populations et la vie a toujours repris le dessus.
Je te souhaite une bonne journée.
Bises et caresses aux animaux.
Répondre
M
La mer a l'air déchaîné apparemment ! Ne t'inquiète pas trop pour le manque d'animation. Dès que les bistrots et les bars rouvriront, je suis sûre qu'il y aura à nouveau du monde dans les rues de Sète. Moi au contraire, je préfère me balader dans les rues désertes. Félicitations pour ton fond de blog aux couleurs de Noël, il est très joli !
Caresses à Patou et Crapouille
Répondre
L
C'est toujours beau la mer
Répondre
C
La vie d'avant reviendra, Thaddée, avec juste un peu de patience.
J'espère de tout cœur que ton magasin de laines va rouvrir.
Répondre
M
Coucou chère amie ! Je vois que tu as bien pris l'air et tu as eu bien raison d'admirer toute cette belle mer et ce port magnifique ! Oui tu es désabusé toi aussi par toutes ces contraintes pour lesquelles nous devons nous plier plus ou moins bien car elles changent tellement nos habitudes humaines de vie ! Oui, l'humain et ses repères affectifs dont nos commerçants font partie, ceux chez lesquels on aimait tant aller ferment leur porte définitivement pour certains au vu des contraintes budgétaires insurmontables ! Moi aussi je déplore tout ceci ! Cependant, j'essaye de relativiser déjà en appréciant ce que je demandais le plus : "qu'on me rende mes promenades le long des chemins de campagne que j'ai tout près de chez moi mais qui bien sûr s'égrènent sur plusieurs kilomètres pour mon plus grand plaisir retrouvé depuis hier, je galope en les parcourant avec un air béat, je deviens fofolle je crois comme si j'étais libérée d'une certaine prison ! Qu'on me prive de certaines choses, je tâcherai de faire face au mieux, mais mes promenades je crois que c'est sacré, tellement j'aime ça ! Hi hi ! C'est vrai que c'est très sérieux cette crise sanitaire alors on ne peut souhaiter qu'une chose : en être débarrassé le plus rapidement possible, après tout les voeux ça existe ! Alors il faut y croire et garder l'espoir .... Gros bisous et profite au max de nos promenades retrouvées ...... Elles sont si salutaires à notre bien être ! Douces caresses à tes mignons poilus que j'adore !!! Biscotte était dehors et elle m'a demandé de rentrer, elle avait froid à ses petites cuisses je pense hi hi !!!! Elle et mieux au chaud ma petite !!!! ;-) Heureusement que je l'ai tu sais en ces temps confinés qu'on n'a plus le droit d'avoir personne chez soi ....
Répondre
B
Oui heureusement il y a la mer !
Tes photos sont superbes.
Oui on voudrait retrouver la vie d'avant. C'est triste ces cafés et restaurants fermés et tous ces petits commerces qui ne rouvriront pas car ils ne pourront pas se relever de toutes ces restrictions et interdictions...
Bisous ronronnants du dimanche à vous 5
Répondre
Z
Nous sommes entrés dans une ère de mélancolie et de drames.
Et pendant ce temps-là les chasseurs ont des dérogations pour aller semer la mort! Cela me révolte et me fait pleurer .
Bises Thaddée ainsi qu'à tes petiots.
Répondre
J
Ce dénuement est mondial ma pauvre Thaddèe. Nous vivons ensemble une épidémie que seul le vaccin pourra balayer. Dans ma bonne ville de Rome si vivante c'est un vrai désert! L'herbe pousse sur la Place Navone, les commerces ont du mal à survivre. Les impositions n'ont que le but de ralentir les contagions et il me semble qu'en France, comme ici, des résultats ont été obtenus.ALors il faut attendre et faire le "gros dos"!!! Bises
Répondre
P
c'est vrai que c'est une vraie désolation que ces boutiques fermées, ce climat morose........

mais reverrons nous refleurir l'insouciance.......... j'en doute.......
belle journée de printemps ! il est fou , le temps ....
Répondre
P
Je viens de te mettre un lien sur FB :

Ia foire aux trouvailles reouvre lundi 30 ......
Répondre
E
Je rejoins ce que Jean - Marc écrit et je ne pense pas que cela ramènera l'humilité !
Je suis triste moi aussi de voir que certains commerces ne ré ouvriront pas comme une petite boutique de fringue où j'aimais me rendre et qui a fermé !
J'ai mal de voir tous ses gens masqués moi aussi.
Bisous et doux dimanche.
Nous allons profiter du soleil pour aller faire une petite marche autour des étangs.
Répondre
L
Elles sont magnifiques tes photos de la mer. J'aime la voir comme ça ; sauvage ! Elle nous rappelle que nous aussi nous sommes des êtres sauvages et non des robots formatés comme on essaie de nous le faire croire. La mer nous appelle à retrouver notre nature originelle, celle qui sait vivre en harmonie avec les plantes et les animaux. Passe un bon dimanche Thaddée, bisous.
Répondre
J
Ah, la mer...
Dis-toi bien qu'il y a une chose que ces sinistres croque morts ne pourront jamais maîtriser de leur folie, c'est la nature
Et c'est très bien, si seulement cela pouvait leur apprendre l'humilité... Mais je rêve
Répondre