Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Thaddée

"Ce qui parle le mieux de nous, ce n'est pas ce que nous disons, c'est ce que nous faisons. Je fais des livres qui parlent de moi sans le dire." TS | Actualité OB Kiwi et plates-formes de blogs, Déco blogs, Balades à Sète, Chroniques lyonnaises et fidésiennes, Escapades, Histoires de chats et d'oiseaux, Littérature, Photographie, Société, Poupées, Tricot, La vie ... Communauté : "Victor & Victoria", esprit shabby chic, romantique et cosy.

Mal

Publié le 31 Mai 2009 par Thaddée's dans Poésie 2009 Collapsus

Souterrains froids et noirs

Sous la terre et dans l’eau

Dithyrambiques errances

Au labyrinthe obtus

Des mauvaises consciences

 

M’échauffer les mâchoires

A lamper jusqu’à l’os.

 

©  Mai 2009 Collapsus, TS

commentaires

Accès privé

Publié le 31 Mai 2009 par Thaddée's dans Poésie 2009 Collapsus

 

K. – T’as pas réussi à écrire aujourd’hui.

Moi. – Non

Silence accablant. Mon laconique K.

K. – C’est pas facile aussi d’écrire en public.

Moi. – J’ai plus rien à cacher K.

K. – Quand même.

Il se lève, clope entre les dents. Regard jaune des grands soirs.

K. – Ça sert à quoi de revenir sur ce que t’as pas fait à l’époque ?

Moi, gosier sec. – Quoi, qu’est-ce que j’ai pas fait.

K. – Refuser, te défendre ou t’enfuir.

Moi. – Je veux pas parler de ça avec toi.

K. – Tu préfères te rouler dans les ronces toute ta putain de vie ?

Moi. – C’est toujours moins dur que de vivre avec toi.

Ricanement des sales quarts d’heure.

K. – Il est toujours temps de faire.

Moi. – Je crois pas non.

K. Son regard, son odeur, son pouvoir.

- On était des machines, répond-il avec douceur. Avec un opinel, une chaîne et de la flotte. Ça se résume à ça. N’y vois rien d’autre. Y a pas.

« T’as pas intérêt à démonter la mécanique tu comprends ? »

Moi. – Je sais.

© 2009 Collapsus, TS

commentaires

On était des machines

Publié le 30 Mai 2009 par Thaddée's dans Poésie 2009 Collapsus

Sur des pistes assoiffées

M’enfoncer dans les ronces

Arracher par saccades

Aux broussailles d’acier

L’oripeau rapiécé

De ma peau de ma honte

Délos

Je pouvais refuser

Me défendre ou m’enfuir

Mais

Sur les pilastres en pierre

C’est le soleil qui cogne

Ithyphallique offrande

Toute fleurie d’ophrys

 Viens

 Que je t’instruise encore

Des sombres euphories

Qui flirtent avec le vice.

 © 30.05.09 Collapsus, TS

commentaires

Menaces

Publié le 29 Mai 2009 par Thaddée's dans Poésie 2009 Collapsus

 

Dans tes yeux certains soirs

Y a le reflet noirci

De mon intime drame.

Ils me disent : Venge-toi.

Mais si t’existais pas

Je serais quelqu’un d’autre

A quoi bon faire en sorte

De renaître sans toi.

Ton silence le soir

Me soupçonne et m’accuse

D’être faible et sans foi.

Ton silence me dit :

Lève-toi.

Mais si je me levais

Mon plus fidèle apôtre

Tu verrais Lucifer

Franchir cette porte

Et faire valoir sa loi.

♪♫♪

© 29.05.09 Collapsus, TS

commentaires

Mondes en germe

Publié le 29 Mai 2009 par Thaddée's dans Poésie 2009 Collapsus

 

Je suis le satellite fou qu’on dévisse de l’axe

Et qu’on va fiche au trou de tous les astres morts

L’orgasme et l’agonie des hommes qui se pendent

Engendrent au pied de l’arbre la blanche mandragore.

© 29.05.09 Collapsus, TS

commentaires

Terres lointaines

Publié le 28 Mai 2009 par Thaddée's dans Poésie 2009 Collapsus

 

Mais encore au Maroc

Entre souk et casbah

La Médina l’oued

Mon laconique K.

© 28.05.09 Collapsus, TS

commentaires

Entre impuissance et force

Publié le 26 Mai 2009 par Thaddée's dans Poésie 2009 Collapsus

 

Y a pas de limites

A ce que tu m’inspires

C’est pas de la tendresse

C’est la tempête en pire

Terrible sentiment

D’impuissance et de force

Entre l’agneau qui tremble

Et la bête féroce

L’ancestrale terreur

Du visiteur nocturne

L’élégante hauteur

D’orgueilleux funambules

Tu m’habites en entier

Et les lentilles d’eau

Et les tuyaux de plomb

Du glauque souvenir

Ont fini par vider

Mon vieux cartable en cuir

Comme un guerrier de paille

Hébété, cannibale

Qui se mesure au flanc

Rocailleux des montagnes

Ou là

Comme un sorcier tribal

Dont la gorge se pare

D’ongles bleus en métal

Je t’aime

Entre impuissance et force

Aujourd’hui sur les cimes

Et demain dans la fosse.

Et tu t’appelles K.

·

© 26.05.09 Collapsus, TS

commentaires

Sous les tonnelles de fer

Publié le 25 Mai 2009 par Thaddée's dans Poésie 2009 Collapsus

 

On dormirait sous des tonnelles

En fer qui reflètent la lune

Le monde est crade que veux-tu

De la pluie tomberait dans les urnes

Et leurs cendres

Mon amour

Dans le puits

Les tortures du plaisir

Verraient naître le jour

Laisse-moi mettre au feu

Quelques lettres d’amour

Laisse-moi mettre au four

Quelques langues de bois

Chauffe ! Meurs. Mange. Et bois.

Je t’attendrai s’il faut

Jusqu’aux calendes grecques

On a tout le temps

D’être ensemble à la fête

On gobera des huîtres

Et de ces mouches vertes

Ou bleues

Qui te tournent la tête

Il y a des étoiles au fond de tes yeux

Ça fait un trou noir

A la place de Dieu

Tu ne crois plus en rien

Mais tu souris quand même

Et moi quand je vois ça

Tout bêtement je t’aime.

© 25.05.09 Collapsus, TS

commentaires

Seul

Publié le 24 Mai 2009 par Thaddée's dans Poésie 2009 Collapsus

 

Et le ciel ce linceul

Qui nous tient face à terre

Je doute qu’il entende

Si tant est qu’on l’appelle.

© 24.05.09 Collapsus, TS

commentaires

Mutations, états intermédiaires

Publié le 1 Mai 2009 par Thaddée Sylvant dans Journal d'un écrivain

Je vais où va mon écriture et je ne sais pas toujours où m'entraîne l'écriture. Plus qu'un miroir c'est une porte. Une porte ouverte sur l'inconscient.
Je ne répéterai jamais assez que la micro-création littéraire que je pratique sur les blogs est secondaire et sans importance. Je donne la priorité à l'écriture romanesque. Ces quelques poèmes égrenés ci et là sont un moyen comme un autre de ne pas perdre le contact avec l'écriture, une forme d'entraînement cérébral nécessaire à la rédaction de textes plus conséquents.
J'ai renié les trois-quarts des Crypties et j'en ferai autant pour Collapsus.
Poèmes instantanés, périssables, c'est ainsi que je les ressens. Le gros du travail littéraire, évidemment, ne se fait pas sur les blogs. Il se fait en solitaire, il se fait en silence. Il se fait sans le dire.
Cette année, je n'ai pas écrit un seul roman et ça me manque terriblement. Nous sommes en novembre, il serait temps... Temps de prendre un peu mes distances avec les blogs pour me consacrer à l'écriture d'un nouveau livre. Mais ce n'est pas moi qui décide. Les livres s'écrivent quant ils veulent, et pas comme on veut.
Ce n'est pas l'inspiration qui me manque, ni le temps. Ni l'envie. Juste, je ne parviens pas encore à me poser. LesFragments me tirent en arrière. La vie me fait aller de l'avant. Une période transitoire qui s'éternise...
Ce n'est pas désagréable en soi mais c'est un peu stérile.

commentaires