Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Thaddée

"Ce qui parle le mieux de nous, ce n'est pas ce que nous disons, c'est ce que nous faisons. Je fais des livres qui parlent de moi sans le dire." TS | Actualité OB Kiwi et plates-formes de blogs, Déco blogs, Balades à Sète, Chroniques lyonnaises et fidésiennes, Escapades, Histoires de chats et d'oiseaux, Littérature, Photographie, Société, Poupées, Tricot, La vie ... Communauté : "Victor & Victoria", esprit shabby chic, romantique et cosy.

Angélus, à midi

Publié le 31 Octobre 2009 par Thaddée Sylvant dans Poésie 2009 Collapsus

 

Un ange diaphane est passé

Je te sens pousser ton souffle

A mon oreille

Et caresser ma bouche

Avec un poudroiement

De tes cheveux

 

Tes yeux bleus sont pure

Merveille

Et ton habit noir enchante

Mes yeux

 

Si mon cœur chante et si

Fort bat mon cœur

C’est qu’un ange a croisé

Mon regard sous l’arc baroque

Des cieux

 

Mon crayon ne pourrait pas saisir

 Ta grâce

 C’est en moi qu’il faut en garder

 Trace

 Et c’est encore le mieux…

 

 Mon Dieu ce que c’est qu’un ange

 Comme né d’une fleur sauvage

 Un visage un sourire plus qu’étranges

 Une absence toute remplie d’espoir

 De vous revoir, miracle, un jour

 Que je n’attendrai pas.

 

 © 31.10.09 Collapsus, TS

 

commentaires

Je ne dirai rien (Collapsus 2009)

Publié le 30 Octobre 2009 par Thaddée Sylvant dans Poésie 2009 Collapsus

   Je ne saurais, je t’avoue

     Parler de moi plus avant

     De ma vie divulguer

     Les secrètes musiques

     Et l’ensorcellement

     

     Je nierai

     Trois fois coup sur coup

     T’avoir laissé toucher

     La chaleur fanatique

     De mon fol encensoir

     

     Que voudrais-tu savoir

      – Quelle route j’ai prise

     Et le nom de l’église

     Qui fait sourdre le feu

     De mes vieux tas de cendres

    

     – Ce qui me fait sortir

     Les membres encore tremblants

     Du trouble envoûtement

     De ma crypte de mon temple

    

     – Quelle flamme irréelle

     A ravivé ma lampe

     En jetant l’ombre et l’oubli

     Sur vingt ans d’épouvante

    

     Il est vrai que jadis

     Mais Judas se parjure

     Il nouera sur ses reins

     La corde pour se pendre

    

     … Et je ne dirai rien

     Plus rien qui me trahisse

     Est-il un seul aveu

     Qui soit la vérité.

                                              ·

    © 2009 Collapsus, TS

 

commentaires

Pénitent des Ténèbres

Publié le 28 Octobre 2009 par Thaddée's dans Poésie 2009 Collapsus

 

Mon frère Jean-Baptiste au beau regard fiévreux

Par le pouvoir des voiles qui t’ont donné la mort

Si Notre Père existe il veut que tu sois fort

Mais pas à seule fin d’être plus grand que Dieu

 

Il n’attend rien de toi ces temps sont révolus

Tes rudes sacrifices ne l’intéressent pas

La fierté mal placée des incessants offices

N’a pas l’âpre clarté du rituel trépas

 

La trace de tes pas sur la voie du supplice

Je ne l’ai pas trouvée dans mon errance à moi

Je n’entends dans le noir que les pleurs de ton fils

Que tu forces à survivre au pays loin de toi

 

Jean-Baptiste mon frère il était une fois

Des milliers de fidèles à pleurer l’homme en croix

 

Et tu crois être seul à faire acte de foi ?

 

©16-28.10.09 Collapsus, TS

 

commentaires

Mémoires

Publié le 27 Octobre 2009 par Thaddée Sylvant dans Poésie 2009 Collapsus

 

C’est un regard
Rempli de terre
Il prend la terre
Aux sanctuaires
Un regard vieux
De cent mille ans
Dont le suaire
Est fait de temps
Du temps qui passe
Au temps qu’il fait
Le regard creux
Les peint en bleu
Comme le marbre
Des tombes chères
Où dort en Dieu
L’ombre du père

+++

Et des aïeux.

© 27.10.09 Collapsus, TS

 

commentaires

Stase

Publié le 21 Octobre 2009 par Thaddée Sylvant dans Poésie 2009 Collapsus

 

      Les fleurs séchées sont immortelles

     Les ossements sont des reliques

     Des coquillages ont pris la mer

     Les sabliers filtrent le temps

     Les mappemondes remplies d’eau

     Dans des bouteilles les bateaux

     Le monde à plat sur une carte

 ♦

     Cadran solaire, compte mes jours

     Laisse la nuit faire ses rondes

 ♦

     Il y a du sel sur les cailloux

     Des fleurs mortes dans les flacons

     De la poussière au grand soleil

     Des trappes ouvertes sous mes pas

     L’insecte mort au pied des lampes

     Des feuilles mortes au pied de l’arbre

     Et dans mon cœur tant de questions

 ♦

     Cadran solaire, compte mes jours

     Laisse la nuit faire ses rondes

 ♦

     Des cheveux roux dans un vieux livre

     Et des aveux qu’il me faut taire

     Une missive mise en pièces

     On m’avait dit : il faut le faire

     Mes coffres à moi lourds de secrets

     Mer Morte et sel sur mes cailloux

     Meurtris. Parce que la vie s’achève.

 ♦

     Cadran solaire, compte mes jours

     Laisse la nuit faire ses rondes.

 ♦

         © 21.10.09 Collapsus, TS

commentaires

Un jour de perdu

Publié le 18 Octobre 2009 par Thaddée Sylvant dans Poésie 2009 Collapsus


                     Tu rêves de ta vie de ta vie qui s’effrite 
                        Tu protèges tes yeux du soleil sur la vitre 

                          Tu te lèves fiévreux sans savoir où tu vas 
                      Silencieux dans le deuil de tous ceux que tu quittes 

                        Un adieu ça fait mal on fait mal ses adieux 
                    Sur le seuil d’une vie qui passe passe vite 

                    Et tu restes tout seul, et le jour est en fuite 
                  Il reprend le soleil qui jouait sur ta vitre. 

                      © 18.10.09 Collapsus, TS

commentaires

Les cultes primitifs

Publié le 16 Octobre 2009 par Thaddée Sylvant dans Poésie 2009 Collapsus

 

Je cherche mon chemin dans les ténèbres occultes

Une lampe une étoile qui guiderait mes pas

Quelque carte du monde ocre verte et brune

Un faible clair de lune ou bougie sous un toit

 

Mais l’obscur illisible est comme un puits tari

Ma folle incertitude a pour écho la nuit

Secrètement scellées sous des trappes massives

Des bouteilles opaques ont  perdu nos missives

 

Une grève sans mer est un désert de dunes

Un océan sans bords le naufrage assuré

Des tertres aux croix tordues par cette nuit sans lune

Ont un parfum terreux de bête assassinée

 

Je me traîne en priant par les nocturnes obtus

Qu’un miracle me sauve ou que la peur me tue

Dans son primaire  instinct l’insecte reste seul

A savoir comment faire avec l’immensité

 

Ses pistes minuscules convergent au creuset

D’argile et de fucus où naît le monde entier

Des textes sus par cœur d’un testament putride

Au terreau fondateur de tout être vivant

 

De glaise et de boue chaude est notre chair souffrante

Y est écrit le sens des routes qu’il faut prendre

Je t’écoute mon cœur je t’écoute mon ventre

Je crois en la parole des entrailles fumantes

 

Je transcrirai par terre avec mes ongles nus

Le profond chœur terrestre le requiem des nues

Je dormirai longtemps dans ce grand livre ouvert

Où s’engouffre le chant du fantasque univers.


© 16.10.09 Collapsus, TS

 

commentaires

Nous met en pièces un rayon de soleil

Publié le 15 Octobre 2009 par Thaddée Sylvant dans Poésie 2009 Collapsus

 

Demain

Je quitterai la ville et ses chantiers d’enfer
Rejoindre une colline d’où l’on entend la mer
Des prés des champs fertiles tout pleins de grands soleils
Qui lisseront mes cils de leurs huiles charnelles

Je veux
Traîner de nuit mes pauvres oripeaux
Dans les tripots sans air d’une étroite ruelle
Et
Dans un bordel où dansent les couteaux
Donner ma peau à des putains
Qui me parleront d’elle.

© 15.10.09 Collapsus, TS 

commentaires

On finit c'est ainsi Même si, ...

Publié le 13 Octobre 2009 par Thaddée's dans Poésie 2009 Collapsus

 

Moi, qui m’efface en secret De la surface terrestre Qui m’affole de voir  Ce qui reste de moi

J’ai froid, tu sais De me sentir si faible

- Et ma vie qui s’en va Comme fond de la glace Et ma tête qui chauffe Au souffle affreux du glas Je souffre dans ma chair ! Et ça ne suffit pas ?

 

  Le frisson de la fin me ceinture le front de son ultime étreinte  

  ... M’affaler dans ce monde Où lueurs du passé M’aideront à m’éteindre

 

 

Et mes écrits sont là Scellés dans la poussière Ils sont mon au-delà.

 

 

© 13.10.09 Collapsus,  TS

commentaires

Amours primaires (psychodrame)

Publié le 11 Octobre 2009 par Thaddée Sylvant dans Poésie 2009 Collapsus

 

Vos sèves sont fiévreuses
et vont sans vie comme l’ivraie
noircir l’écorce et les nocturnes
où suinte encore éviscérée
la créature sans visage


Elle était vierge et ne l’est plus
son ventre nu dégorge un fleuve
c’est pas un viol c’est juste un rêve
les pluies sévères en ont parlé


Sers de pâture à tes fantasmes
livre ton corps écartelé
signe par terre avec tes griffes
sangle ton arc sous ton aisselle


Un vieux rictus a défloré ta face maigre


Un peuple en rut a couronné tes reins
de ses crachats


Passe les doigts sur ta blessure ouverte


Rassure-toi, parce qu’elle ne saigne pas


Les loups deviennent chats
quand le soleil se lève


et marche en louvoyant
ton ombre tracassée


Sur ton front on voit sourdre
un fracas de pensées


Ça t’absout ça t’obsède
un démon pour t’aimer


comme toi seul sur Terre
est-ce qu’on peut te blâmer


Secrètes perversions
sous les persiennes closes


personne ne te voit
si bien qu’il faut oser


à la lumière noire
des lampes de chevet


te prendre et te donner
comme on reprend sans cesse


une œuvre inachevée.


© 11.10.09 Collapsus, TS

 

commentaires
1 2 > >>