Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Thaddée

"Ce qui parle le mieux de nous, ce n'est pas ce que nous disons, c'est ce que nous faisons. Je fais des livres qui parlent de moi sans le dire." TS | Actualité OB Kiwi et plates-formes de blogs, Déco blogs, Balades à Sète, Chroniques lyonnaises et fidésiennes, Escapades, Histoires de chats et d'oiseaux, Littérature, Photographie, Société, Poupées, Tricot, La vie ... Communauté : "Victor & Victoria", esprit shabby chic, romantique et cosy.

Il se trame quelque chose dans cette maison, mais quoi

Publié le 31 Janvier 2012 par Thaddée Sylvant dans Photo et Vidéo

DSCI0009-3

commentaires

White ouate

Publié le 31 Janvier 2012 par Thaddée Sylvant dans Photo et Vidéo

DSCI0008-5.jpg

DSCI0011.JPG

DSCI0009-6.jpg

commentaires

Si froid dans les jardins ouvriers

Publié le 30 Janvier 2012 par Thaddée Sylvant dans Photo et Vidéo

DSCI0034-3.jpg

commentaires

Viens là que je t'aligne

Publié le 29 Janvier 2012 par Thaddée Sylvant dans Les blogs et moi

Je ne sais pas vous. Moi j'ai toujours eu du mal avec certains widgets qui s'alignent automatiquement à gauche et qu'on ne peut pas centrer même en cliquant sur l'icône correspondante. ! Je viens tout juste de résoudre ce problème et je vous refile le tuyau des fois que vous buteriez sur le même obstacle que moi.

Pour prendre un exemple, je vous mets ci-dessous une boîte de la déco d'Anna K. Je vous la montre comme elle était "avant", quand je ne savais pas la centrer :


     
  Voilà une boîte désespérément collée à gauche.  
     

 

Et maintenant (ci-dessous) je vous la montre centrée. Il suffit, pour cela, d'ajouter dans le code HTML ‹center› au début et en fin de code. Et le tour est joué !

La différence de "marge" n'est peut-être pas flagrante sur mon blog, vu l'étroitesse de ma colonne de publication, mais dans une colonne large, ça se voit bien, et ça compte pour l'esthétique !


     
 
Et voilà une boîte bien centrée : ajoutez ‹center› au début et en fin de code.
 
   

 

commentaires

J'entendrai plus la mer

Publié le 28 Janvier 2012 par Thaddée Sylvant dans Poésie 2012 Credo

houasse15.jpg Saison froide mon coeur

Reste seul il vaut mieux

Tes émois d'un autre âge

Tu peux leur dire adieu

 

Trouve-toi d'autres rêves

Un automne un printemps

Tournesol perce-neige

Immortelle ? - Pas le temps

   

Laisse aller tes chimères

et tes Naïades nues

Ne retiens pas la mer

Aux mille nefs d'argent

 

Coquillages te chantent

Le ressac de ton sang

N'écoute pas, mon coeur !

Sois sourd parce qu'on te ment. 

 

© TS 2012

 

Il m'a fallu une semaine pour dire ce que j'avais sur le coeur, en m'éloignant du sens pour m'approcher au plus près de l'émotion.

commentaires

Promenade autour du Vieux Fort

Publié le 28 Janvier 2012 par Thaddée Sylvant dans Photo et Vidéo

DSCI0010-4.jpg

DSCI0015-1.jpg

DSCI0022.JPG

DSCI0053.JPG

DSCI0070.JPG

commentaires

Ciel bleu sur Mont-Riant

Publié le 28 Janvier 2012 par Thaddée Sylvant dans Photo et Vidéo

DSCI0005-3.jpg

commentaires

Mon livre à nouveau disponible dans le catalogue

Publié le 23 Janvier 2012 par Thaddée Sylvant dans Suivi des Fragments

Le livre

J'ai le plaisir de vous informer que mon récit "Fragments d'une vie brisée " paraît à nouveau dans le catalogue. Il suffit de cliquer sur l'image (ci-dessus, ou dans la colonne droite) pour se connecter sur le site thebookedition  et passer commande si vous le souhaitez.

L'histoire en quelques mots : Années 420 avant J.-C. Athènes. Un jeune esclave est vendu par son maître aux mines de plomb argentifère du Laurion.

Le livre compte 310 pages. Il coûte 12,50€ TTC. Merci de votre attention.

commentaires

Le fort militaire de Sainte-Foy-lès-Lyon

Publié le 22 Janvier 2012 par Thaddée Sylvant dans Lugdunum à tous les temps

DSCI0008-2

Photo perso, janvier 2012 © TS

Fort de Sainte Foy
Rue Georges Clémenceau, 69110 Sainte-Foy-lès-Lyon

Placé à 300 m d’altitude, le fort de Sainte-Foy est le mieux conservé des forts dits de la "petite ceinture lyonnaise" conçue à partir de 1830 par le Général Rohault de Fleury. Cet ensemble fortifié devait protéger Lyon considérée comme camp retranché après les occupations par les autrichiens en 1814/1815.

La construction du fort de Sainte-Foy s’est échelonnée de 1843 à 1851, mais il a accueilli une garnison dès 1848. Le fort est protégé par une escarpe haute de 8 m, d’où 25 à 60 canons à âme lisse tiraient des boulets à moins de 2000 m. Le fort est doté d’une poudrière, pouvant abriter 44 tonnes de poudre, d’une caserne pour le logement de 400 hommes (600 en cas de siège).

Pour organiser la vie à l'intérieur, le fort comportait une cuisine, une laverie, quelques magasins et une fosse d'aisance dans la cour. L'eau provenait de 2 puits et d'une citerne récoltant les eaux de pluie, d'une contenance de 500m³.

Après 1870, le développement de l’artillerie avec canons à âme rayée, tirant des obus à 7000 m, rend ce type de fort obsolète. Une "Grande Ceinture" de 14 forts plus éloignés de Lyon est construite selon les conceptions du Général Séré de Rivières. Le fort de Sainte-Foy devient alors un fort de garnison jusqu’à 1920, puis il aura des affectations diverses dont celle de Kommandantur en 1944.

Le fort loge depuis 1949 une Compagnie Républicaine de Sécurité ; il ne devient propriété du Ministère de l’Intérieur que 20 ans plus tard. Le fort a été modifié par des constructions, certaines parties sont à l’abandon, envahies par la végétation. Les glacis ont été vendus à la commune (parc Marius Bourrat), mais les façades Nord et Est sur la rue Clémenceau sont bien visibles. Aujourd’hui, le fort héberge la CRS n° 46.

Sources : Musée d'histoire militaire & Wikipédia

DSCI0010-2

Photo perso, janvier 2012, © TS

commentaires

L'avenir et la vie de "Fragments d'une vie brisée"

Publié le 22 Janvier 2012 par Thaddée Sylvant dans Suivi des Fragments

laurion-eu-1-copie-2.gifComme je l'avais souligné dans mon premier article à propos du livre "Si c'est un homme" écrit par l'ancien déporté Primo Levi, je m'étonnais qu'on n'ait pas fait le rapprochement avec mon propre récit "Fragments d'une vie brisée ". Il se trouve qu'hier en rendant ce livre de Primo Levi à la personne qui me l'avait prêté, j'avouai ne pas avoir pu me mettre à un autre livre depuis cette lecture pour le moins marquante. A ma grande surprise, et pour mon plus grand soulagement (car j'espérais encore inconsciemment qu'on établisse un parallèle entre ce livre et mon récit) cette personne me répondit qu'elle non plus ne pouvait pas lire autre chose après avoir lu "Si c'est un homme " ... de même qu'elle n'avait rien pu lire pendant un certain temps après la lecture de mon histoire avec Sans-Nom. Quel élan de reconnaissance n'ai-je pas eu pour elle, en l'entendant me parler ainsi ! Et pour porter à son comble ma grande joie d'auteur reconnu (cela vaut mieux, parfois, qu'être connu) l'une de mes plus chère lectrice m'annonça qu'elle allait relire... mon récit  "Fragments d'une vie brisée "  ! qu'elle me désigna, bien en vue sur un de ses meubles. Quelle émotion, quelle fierté, quelle gratitude éprouvai-je alors ! Mon livre, ainsi, n'est pas simplement rangé sur une étagère à prendre la poussière : il survit dans la mémoire de ses lecteurs, et s'offre un avenir grâce à ceux qui le relisent ! - Un grand merci à toutes celles et tous ceux qui l'ont lu et qui, peut-être un jour, le rouvriront pour le feuilleter. Grâce à vous, on a reconnu quel supplice c'était, de travailler dans les mines de plomb argentifère du Laurion.

commentaires
1 2 3 > >>