Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Thaddée

"Ce qui parle le mieux de nous, ce n'est pas ce que nous disons, c'est ce que nous faisons. Je fais des livres qui parlent de moi sans le dire." TS | Actualité OB Kiwi et plates-formes de blogs, Déco blogs, Balades à Sète, Chroniques lyonnaises et fidésiennes, Escapades, Histoires de chats et d'oiseaux, Littérature, Photographie, Société, Poupées, Tricot, La vie ... Communauté : "Victor & Victoria", esprit shabby chic, romantique et cosy.

Le retour (saison 1)

Publié le 31 Mars 2013 par Thaddée's dans Les blogs et moi

Bonjour à tout le monde en ce dimanche de Pâques,

commentaires

Encore un témoignage à propos d'OB Kiwi

Publié le 26 Mars 2013 par Thaddée's dans Les blogs et moi

leblogdenaddie.jpg

La mise à jour s'est faite facilement et rapidement, et tout est mieux qu'avant ! L'interface est agréable, les différentes mises en page correspondent à tous les styles de blogs, les thèmes sont modernes et classes. En connection permanente avec Instagram et Twitter, et bénéficiant d'une application ergonomique et agréable, il est exactement comme je l'espérais. Enfin je peux blogguer comme je suis : instantanément. [Naddie]

commentaires

Nouveau témoignage à propos d'OB Kiwi

Publié le 26 Mars 2013 par Thaddée's dans Les blogs et moi

severin-naudet-blog.jpg

La nouvelle version garde toutes les qualités de son ergonomie, sa simplicité. La mise à jour s’est très bien passée, sans accroc, sans bug. OverBlog Kiwi est plus élégant et conserve l’essentiel de l’esprit de la plate-forme que j’apprécie depuis des années maintenant. Cette nouvelle version permet de mieux personnaliser l’esthétique générale de son blog, du coup il me ressemble plus. Kiwi permet une meilleure diffusion de l’ensemble des contenus mutimédia, une véritable synchronisation avec les réseaux sociaux, c’est vraiment un meilleur outil de diffusion des contenus. [Séverin Naudet]

commentaires

Les chiens ont un maître. Pas les chats. Je suis un chat.

Publié le 25 Mars 2013 par Thaddée's dans Les blogs et moi

Je vous dois quelques explications. D'abord, pour vous rassurer, je tiens à vous dire que j'ai fait un merveilleux voyage, même s'il pleuvait des cordes. J'en ai rapporté 74 photos. Hier en fin de matinée j'ai commencé à mettre en ligne les premières, il m'en restait plus de 50 à vous montrer. Quand j'étais là-bas je pensais à vous, ça me mettait en joie de partager bientôt avec vous ces moments hors du commun. La rédaction du premier article m'a pris 1 heure 1/2. Ce n'était que le début de l'histoire. A peine était-il publié qu'un commentaire est venu me casser le moral. Ma réaction fut de fermer le blog et de retirer l'article en question.

Je suis sur les blogs pour passer de bons moments. Je l'ai souvent dit : un blog est un espace de libre expression personnelle où l'on peut écrire ce que l'on ressent. S'il faut calculer le poids de chaque mot pour éviter de s'attirer des remarques désagréables, ce n'est plus une vie. Ces dernières semaines j'ai passé beaucoup trop de temps à me défendre. Mes tags ça n'allait pas. Mon écriture ça n'allait pas. Ce que j'ai dit hier dans mon article ça n'allait pas non plus. Bref, rien ne va plus. Je me demande ce qu'il faudrait publier pour ne pas risquer à tout instant de passer à la trappe.

J'ai assez de soucis personnels comme ça pour ne pas m'en rajouter sur les blogs. Aujourd'hui je rentre aux urgences. J'espère ne pas devoir rester à l'hôpital pour me faire opérer. Ce voyage c'était une bouffée d'air pur avant d'affronter la réalité. Partager ce voyage ici même avec vous, c'était un moyen de prolonger mon rêve éveillé. J'oubliais que depuis quelque temps, je ne peux strictement rien écrire sur ce blog sans qu'on me fasse la morale. Et j'en ai plus que marre de m'entendre traiter comme le dernier des imbéciles. A croire que certains ont tout compris de la vie, et que les autres pataugent dans leur connerie bêtifiante.

Le plaisir de certains blogueurs consiste à démonter systématiquement tout ce font les autres. Le plaisir de certains blogueurs consiste à déconcerter, déstabiliser, mettre en colère et blesser les autres blogueurs. Ils ne disent pas bonjour, ni au-revoir, ni bonne journée, ni bon week-end. Jamais. Ils y vont de leurs tirades destructrices et repartent comme ils sont venus. Se demandent-ils à un moment donné s'ils n'y sont pas allés trop fort ? - Non je ne pense pas. C'est dans leur caractère de prendre le contrepied de tout ce qu'ils peuvent lire et voir chez leurs voisins. Peut-être croient-ils être des ténors de l'humour. L'ironie mordante, la moquerie, la raillerie, ce n'est pas de l'humour. Ce sont des armes qui servent à blesser. Quand on est blessé comme on a pu me blesser hier encore une fois, on s'en va, parce qu'il n'y a pas d'arrangement possible ni d'espoir que ça cesse un jour.

Je n'ai pas encore eu l'occasion de réfléchir à l'avenir de ce blog, un peu compromis par la future mise à jour (entendez la migration). En effet il n'y a pas de gestion de documents sur le nouvel Overblog et ça me pose problème. Si mon disque dur me lâche, je perds toutes mes photos, c'est à dire presque la moitié de mon contenu. Pour bien faire il faudrait passer par un hébergeur d'images mais cela représente une manipulation de plus qui complique les choses et prend du temps. Du coup je ne sais plus quoi faire. Il est possible que je continue à publier ici mes textes littéraires et mes réflexions sur l'écriture, mais désormais les commentaires seront fermés pour me protéger des interventions qui remettent en question tout ce que j'écris. Quant aux photos je ne veux pas courir le risque de les publier ici sur OB pour les perdre irrémédiablement. Et puis honnêtement : je ne veux pas qu'on salisse mon rêve. C'est la seule chose qui me permette de tenir en ce moment, je ne voudrais pas qu'un mot de travers du style "elle va pas partir la mer" me rende encore plus triste que je ne suis. Donc les photos sont réservées pour l'instant. Si besoin, si l'occasion s'en présente, je vous tiendrai au courant au cas par cas, sous certaines conditions, puisque je veux m'éclipser de cette plate-forme sans laisser de trace.

En effet, je crois avoir donné beaucoup de nouvelles d'ordre personnel sur ce blog (ma santé, mes projets, etc) et j'ai peur que ces confidences donnent du pouvoir à certains. Il n'est jamais bon de trop en dire sur un blog. Et je suis à un tournant de ma vie où je manque peut-être d'interlocuteur, alors je résiste mal au besoin d'en toucher un mot ici même quand je n'ai pas trop le moral. Dorénavant, je m'abstiendrai.

D'ici que je prenne ma décision le blog reste fermé. Franchement, ça me désole pour toutes celles et pour tous ceux qui ne m'ont jamais causé de problème, mais ça devient trop dur pour moi de me faire asticoter comme un pauvre toutou.

Je vous souhaite un bon début de semaine. Je reste joignable par email. Inutile de préciser qu'aux emails émanant de mes détracteurs, je ne répondrai pas.

commentaires

Partir, pas comme on l'attendait

Publié le 24 Mars 2013 par Thaddée's dans Les blogs et moi

Blog fermé, je ne réponds plus aux commentaires. Merci de votre compréhension.

commentaires

Là où il n'y avait pas la mer, Béziers

Publié le 24 Mars 2013 par Thaddée's dans Photo et Vidéo

Beziers- Valras Plage -1983Samedi 23 mars 2013, c'est parti mon kiki pour la grande aventure. Je me lève à 5 heures du matin pour ne pas rater mon train qui part à 7 heures. J'ai une place assise (évidemment) côté couloir. Côté fenêtre c'est mieux pour admirer le paysage mais on est coincé par le passager d'à côté qu'on est obligé de déranger si par exemple on doit se rendre aux toilettes. L'aventure commence avec la decouverte improbable, aux toilettes, par terre et branché ! -  d'un ordinateur portable Toshiba sans doute oublié par son propriétaire. Je pose l'ordinateur sur le lavabo pendant que le souffle ininterrompu du sèche-main fait valser les feuilles roses du papier WC autour de mes jambes. En retournant à ma place je me dis que je signalerai au contrôleur la présence d'un ordinateur dans les toilettes. Or une passagère après maintes allées-venues revient s'asseoir avec le Toshiba en question, qui va servir à distraire sa petite fille. Avant de descendre à Nîmes la jeune passagère s'en retourne je ne sais où avec l'ordinateur portable. Plus tard, un type qui a élu domicile aux WC entrouvre la porte pour me demander si ça presse, il a l'air très occupé. Après Montpellier, plus d'ordinateur portable. Un garçon passe dans la travée centrale en regardant bien partout sur les sièges et je crois comprendre que l'ordinateur était à lui et qu'il a fini par se le faire voler. J'aurais dû prendre le portable tout de suite et le remettre au contrôleur. Sauf qu'aucun contrôleur n'est venu vérifier nos billets de train.

Nîmes : sa jolie gare avec des arcades, un brin de jolie ville par la vitre sale. La végétation commence à changer. Mais le ciel est de plus en plus couvert au fur et à mesure qu'on descend vers le Sud. Montpellier par contre aucun intérêt. Juste avant d'arriver à Sète, les mouettes se montrent. Et je vois plein de chevaux. Les champs sont inondés, c'est à la fois tragique et grandiose parce que c'est la préface d'une ville envahie par la mer.

Depuis que je sais que le train va s'arrêter à Sète, j'ai un gros dilemme, parce que la mer est là, à portée de main, c'est là qu'il faudrait descendre. Mais j'ai réservé jusqu'à Béziers, j'aurais des regrets de n'avoir pas visité la ville, alors je reste à bord et je descends jusqu'à Béziers.Je laisse derrière moi la ville de Sète qui m'a fait entrevoir la mer ! ... ses immeubles et sa colline vert-de-gris.

Beziers1.jpgJuste à la sortie de la gare, pour une surprise c'est une surprise, le Plateau des Poètes me tend les bras. Le Plateau des Poètes c'est un parc public avec plein de statues. Voilà qui est de bon augure. Il est 09:40 et je commence à prendre mes premières photos sous une espèce de crachin tiède qui ne me dit rien de bon. Je savais qu'il y aurait des pluies éparses, mais ça me laissait espérer qu'il y aurait quand même un petit coin de ciel bleu.

Beziers2.jpgToutes les images sont cliquables pour que vous puissiez les voir en grand. Me voilà dans le jardin public à me taper des pentes et des montées d'escalier, pas terrible comme préambule pour moi qui viens de Sainte-Foy qui monte et qui descend dans tous les sens. Je trouve ça joli, sans plus. Le parc Chabrières d'Oullins n'a rien à envier au Plateau des Poètes. J'ai l'impression d'avancer en terrain connu, ce qui n'est pas très plaisant quand on est en visite, et malgré ça je n'arrive pas à me sentir chez moi, j'y reviendrai plus tard.

Beziers3.jpgFace à l'entrée, donc immanquable, cet imposant monument érigé à la gloire des victimes de guerre. Le petit garçon, là, son père en bas des marches n'arrêtait pas de l'appeler pour qu'il redescende mais le petit n'écoutait pas. Je ne savais pas qu'il se trouverait sur la photo, je trouve qu'il donne du sens au message : faites des enfants, ne faites pas la guerre, pas vrai petit bonhomme au bonnet rouge ?

Beziers4.jpgLe plus du Plateau des Poètes ce n'est pas tant la végétation somme tout passe-partout qu'un tas de bustes et de statues (de poètes évidemment) qui jalonnent les allées. Le petit air indéfinissable de celui-ci m'a bien plu. En parlant de "plu", toujours crachouillant le temps. La lumière est dégueulasse. Pas de chance pour prendre des photos.

Beziers5.jpgIci par contre c'est une remarquable composition relevée par la couleur fraîche et pimpante des bosquets fleuris. C'est quelque chose de magistral qui pourtant... Vous ne remarquez rien ? - Allons donc. Ça devrait vous sauter aux yeux pourtant : je n'ai pas l'inspiration.

Beziers6.jpgCe qu'on cherche avant tout quand on voyage, c'est le dépaysement. Or, dans ce jardin, j'ai la vague impression de cheminer dans les allées du parc Chabrières à Oullins. Je ne dis pas que ce n'est pas joli. Mais ça ne me parle pas. Les gens ont tous deux ou trois chiens qu'ils promènent rudement. Je pressens que les habitants de cette ville ne sont pas très aimables. Plus tard, le long des Allées Paul Riquet, larges, mais larges ! - quelqu'un du marché voudra me vendre des rameaux. Je lui réponds : "Je ne suis pas d'ici". Ce sera le refrain de toute la journée : "Je ne suis pas d'ici".

Beziers8.jpgMon appareil marche très bien. C'est moi qui n'ai pas le déclic. Au bout d'un moment je trouve le chemin du vieux Béziers. C'est une myriade incroyable de petites boutiques artisanales alignées dans un non moins incroyable lacis de ruelles étroites, mais étroites ! - où je prendrai un certain plaisir à déambuler jusqu'à ce que je croise une factrice : "Bonjour. Je ne suis pas d'ici, vous pouvez me dire où se trouvent la forteresse et l'Orb ?" La voilà qui tombe des nues : mais c'est très loin, c'est beaucoup plus en descendant, il faut prendre le bus. Et c'est là tout le problème : il faut prendre le bus pour aller voir la forteresse et l'Orb (fleuve). Ensuite il faut reprendre un bus pour aller à la plage à 15 km. Ça fait beaucoup de bus et pas beaucoup de mer.

Beziers9.jpgDu coup je ne prendrai pas de photos de ces petites ruelles étroites et pavées qui ont le bon goût d'être piétonnes. Juste un arrêt sur cette statue plutôt bizarre, c'est une ville pour le moins remplie de statues. Mais cette ville, en tout cas c'est ma perception à moi, n'est pas vivante. A tout casser un ou deux pèlerins qui se promènent dans le vieux centre, pas l'effervescence qu'on serait en droit d'attendre un samedi matin dans une ville du Sud. Pas de couleurs, pas de lumière, un peu de vent, du crachin, très peu de monde, beaucoup de mendicité, et les gens ne sont pas aimables pour deux sous, même ils sont malpolis comme le sera le guichetier de la gare SNCF mais j'y reviendrai plus tard, impossible de trouver une carte postale digne de ce nom, mais qu'est-ce que je fiche ici ?

Beziers10.jpgC'est trop frustrant d'être dans le Midi et de ne pas voir la mer. Cette mignonne petite oasis avec palmiers bien verts et petite mare aux cygnes et aux canards mettra le point final à mon exploration de Béziers. Deux jeunes garçons jettent du pain aux oiseaux. J'essaie de parler à l'un des deux. Il fait la trogne, il se méfie. "Je ne suis pas d'ici" que je lui alors. Et là il me sourit un peu. C'est dit : cette ville n'est pas faite pour moi. Sur Internet c'est fabuleux, c'est tout plat, on ne voit que de jolies choses, la mer est à vol d'oiseau, tout ça tout ça. Dans la réalité c'est une autre paire de manches. Y'a pas de soleil, y'a pas de sourires, y'a rien. Retour à la gare SNCF sur un trajet diabolisé par le bruit des voitures, même pas de déception ni de regrets, Béziers n'est pas faite pour moi, c'est tout.

commentaires

Béziers, samedi 23 mars : 13° Pluies éparses Vent d'Est 20 km/h

Publié le 22 Mars 2013 par Thaddée's dans Photo et Vidéo

coq.jpg

Juste deux photos prises il y a quelques jours avant que mon appareil se détraque. Bonne nouvelle ! - J'ai réussi à le remettre en état. En fait j'ai procédé exactement comme m'avait dit de procéder la technicienne qui m'aidait, par téléphone, à réparer mon mobile : avec une pince à épiler j'ai retiré la carte mémoire (au lieu de la carte SIM) et je l'ai délicatement frottée avant de la réinsérer dans la fente prévue à cet effet. Résultat : mon capricieux petit APN a consenti à basculer sur la carte mémoire au lieu de rester sur sa mémoire interne qui permet de ne prendre tout au plus que 7 ou 8 photos. Grâce à la carte mémoire, ce n'est pas moins de 130 photos que je peux prendre et ça tombe super bien puisque demain je pars, mon état de santé s'étant nettement amélioré depuis deux jours. Pas d'urgences en vue, pas d'hospitalisation, du moins pas pour l'instant. Alors je vous dis à dimanche pour des clichés très Sud, avec un peu de soleil j'espère... et si les maux de ventre ne reviennent pas entre temps. Souhaitez-moi bon voyage !

jonquilles.jpg

commentaires

Dernières nouveautés sur OB Kiwi

Publié le 21 Mars 2013 par Thaddée's dans Les blogs et moi

Je reviens de faire un tour sur la nouvelle plate-forme où j'ai pu observer plusieurs améliorations. Par exemple sur le Thème Dreamhigh que j'avais dernièrement choisi pour mon blog-test, apparaît maintenant la liste de mes Pages (au bas du blog). C'est un grand progrès.

 

Le Thème qu'on a sélectionné pour son blog est désormais signalé dans la liste des Thèmes par un petit ruban vert : Mon thème.

 

A noter aussi l'arrivée d'une nouvelle option présente sur l'administration : Désactiver le thème mobile par défaut qui se coche et se décoche à volonté.

 

Simplissim.pngDarkFrisq.png


Sont également revenus deux Thèmes qui avaient disparu de la circulation il y a un bon moment : Simplissim (en version pastel, noir, vert ou rose) et DarkFrisk (un Thème Premium de l'ancienne plate-forme en version vert, rouge, rose, bleu, orange, neutre).


Pour conclure ce très bref rapport des nouveautés sur OB Kiwi, je dirais qu'il reste fidèle à sa volonté manifeste d'être visuel et ludique, ce qui n'est pas pour me déplaire, et même que je déménagerais volontiers un de ces jours, merci Overblog .

commentaires

Bonjour le printemps

Publié le 21 Mars 2013 par Thaddée's dans Journal d'un écrivain

... Et bonjour chers toutes et tous,

Je sais, que c'était hier le printemps. Donc en retard d'un jour je suis sur le calendrier. Ce matin j'ouvre mon blog en vitesse pour vous donner quelques nouvelles en vrac.

L'usage veut que je commence par les mauvaises nouvelles, pour les napper ensuite d'une mince couche de bonnes nouvelles.

Comme on est sur les blogs et que de ce fait je suis un petit personnage public je me risque à donner ici des nouvelles de ma santé, si j'ose encore prononcer ce mot qui ne rime plus à rien depuis quelques mois. Je ne vais pas entrer dans les détails, ça n'intéresserait personne. Pour faire court, j'ai de si violentes douleurs au ventre et je suis si faible qu'il va peut-être me falloir, sur le conseil de mon docteur, envisager les urgences. Voilà qui compromet irrémédiablement ma petite escapade dans le Sud.

Je ne reverrai donc pas la mer.

Hier soir je faisais le deuil de mes beaux rêves en me disant que c'est injuste, mais que peut-on y faire.

Ma seule consolation c'est de me dire que mon Polaroïd faisant encore des siennes il ne m'aurait pas été possible de prendre plus de 7 ou 8 photos. Ce qui me console aussi c'est qu'il va pleuvoir samedi sur la ville de Béziers.

 

Dans un tout autre registre, j'en ai marre d'attendre une migration qui n'arrive jamais. Je viens juste de lire le billet du banc moussu qui a eu, lui, l'extrême chance de se voir transférer sur la nouvelle plate-forme. Je vous invite à lire son article intitulé Téloignage : la mise à jour de mon banc moussu vers le nouvel Overblog. Autant c'est rassurant de voir que ça s'est bien passé pour les premiers migrants, autant on finit par se dire que ça commence à devenir un peu longuet pour ceux qui voudraient bien mais ne peuvent point. Perso, moi ça me décourage de publier sur ce blog. Quand on a fait les cartons, on a hâte d'emménager dans sa nouvelle maison.

 

Côté bonnes nouvelles parce qu'il y en a quand même. A la personne qui m'a commandé Crypties : le livre est arrivé chez moi hier matin. Je passe à la Poste dès que je suis en état de m'en occuper. Sitôt qu'il sera posté je t'enverrai un mail avec le prix du livre et les frais de port. Je promets de faire au mieux pour te l'expédier au plus vite mais pour moi en ce moment, même si la Poste est à deux pas, ça représente une expédition.

 

Pour finir : mon nouveau roman avance bien. Je vais attaquer la deuxième partie. C'est fou, comme ça m'a été facile de renouer avec l'écriture romanesque. Je pensais galérer. Pas du tout. L'histoire était là dans ma tête. Les mots sont là sous mon bic. Parce qu'il faut que je vous dise : ce roman je l'écris à l'ancienne, pas directement sur l'ordinateur, mais sur de bonnes vieilles feuilles volantes que j'ai d'ailleurs beaucoup de mal à relire entre les surcharges et les ratures. C'est un vrai manuscrit qui grossit à vue d'oeil et j'aime ça, pouvoir le toucher, écouter craquer du papier qui a pris l'eau, le prendre et le déplacer. Je ne sais pas pourquoi j'ai laissé de côté l'écran et le clavier. Ça va me prendre des plombes pour tout recopier. Mais ça me permettra aussi, en le dactylographiant, d'effectuer les corrections nécessaires et d'insérer les développements qui manquent. Les premiers jets vont toujours au plus urgent sans se soucier de lier la sauce. Il faut, dans un deuxième temps, dans un troisième temps, composer avec cette mécanique brute et la graisser aux jointures. J'ai déjà trouvé le titre. Et comme toujours : à quelque chose le malheur est bon. Puisque je suis malade, que je ne peux pas travailler, j'ai le temps d'écrire.

Le temps d'écrire ! - Si ce n'est pas le plus beau des cadeaux.

commentaires

Ces écritures qui nous font l'effet d'un électrochoc

Publié le 17 Mars 2013 par Thaddée's dans Journal d'un écrivain

Bonjour à toutes, à tous,

Je reste sous l'emprise douloureuse du livre que j'ai lu hier et dont j'ai relu la fin, calmement, ce matin. Je redécouvre avec ce livre, à travers ce livre, le pouvoir vertigineux des mots. Lesquels peuvent être aussi bien à l'origine d'une intense joie, que du fantasme, de la blessure, de la rupture. S'il ne nous habite pas encore des heures après sa lecture, des jours et des mois, des années après sa lecture, un livre ne vaut rien. S'il n'avait pas généré chez moi le regret de réduire ma propre écriture au format de courts textes poétiques, et l'irrésistible désir, l'irrépressible besoin de me remettre à écrire un roman ou un récit, alors ce livre n'aurait peut-être pas atteint son but.

Ce livre je voulais absolument le lire parce que je m'interroge beaucoup sur le pouvoir de l'image et des échanges virtuels, qui sollicitent l'imagination, le rêve, l'espoir, l'illusion. Je voulais savoir s'il est possible à des amours virtuelles de se réaliser dans la vraie vie. Je voulais savoir jusqu'où peuvent nous entraîner l'ivresse des mots, la griserie du croire, l'autosatisfaction de paraître. Je voulais savoir si la rencontre ne casse pas l'image qu'on s'est faite de quelqu'un ; ne casse pas l'image de soi qu'on s'est efforcé de transmettre à l'autre. Je voulais savoir ce que ça veut dire, être borderline. Je voulais savoir, à nouveau, ce que c'est de tomber en amour.

Ces cinq derniers jours, j'ai rencontré deux sortes d'écriture. Celle de Rémy d'abord, qui me fit l'effet d'un électrochoc. A ce point qu'au soir du 13 mars je retournai sur mon blog avec le plus amer dépit qu'on puisse éprouver, de ne savoir écrire que de petits poèmes, de petites critiques, de petits articles. Quelques jours plus tard, je découvrais l'écriture de Françoise Massin. La lecture de son récit me fit basculer dans le plus impérieux des questionnements : mais qu'est-ce que je fiche là, tous les jours, à chaque heure de ma vie, qu'est-ce que je fiche donc à remplir mon écran de poèmes, de photos, d'infos pseudo-techniques au lieu de m'atteler une bonne fois à la rédaction d'un vrai livre qui serait publiable, publié, plébiscité. Lu.

Alors je vous annonce que vous risquez de ne pas trop me voir ces jours et ces semaines à venir parce que je vais écouter ce que me dit mon coeur, je vais écouter ce que me dicte la raison : je vais écrire un livre. Ça fait bien trois ans que je n'en ai plus écrit. Donc je vais lire, lire, lire tout ce qui me tombe sous la main (sauf de la poésie) et ensuite, j'écrirai.

Si vous avez besoin de suivre de près les évolutions de la nouvelle plate-forme, dirigez-vous sur Iv-Oam qui n'intervient plus sur le forum mais qui répondra très précisément, sur son site, à vos questions d'ordre technique (il est très calé, c'est le moins qu'on puisse dire).

Avant de vous quitter pour faire ce que j'ai dit, je vous souhaite un bon après-midi et un bon début de semaine. Je serai de retour au plus tard le 24 mars avec des photos de mon escapade en bord de mer, si toutefois mon appareil photo consent à marcher parce que ce matin il me piquait une de ces crises d'indépendance qui n'annoncent jamais rien de bon. Ne comptez pas trop sur moi, les jours qui viennent, pour vous rendre visite, commenter vos articles, répondre à vos commentaires, lire vos réponse à mes commentaires. J'ai besoin de tout mon temps pour édifier dans mon esprit, sur le papier, les plans de mon prochain ouvrage. A bientôt. Amicalement,

Thaddée

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>