Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Thaddée

"Ce qui parle le mieux de nous, ce n'est pas ce que nous disons, c'est ce que nous faisons. Je fais des livres qui parlent de moi sans le dire." TS | Actualité OB Kiwi et plates-formes de blogs, Déco blogs, Balades à Sète, Chroniques lyonnaises et fidésiennes, Escapades, Histoires de chats et d'oiseaux, Littérature, Photographie, Société, Poupées, Tricot, La vie ... Communauté : "Victor & Victoria", esprit shabby chic, romantique et cosy.

Marché de Noël 2016, Lyon

Publié le 27 Novembre 2016 par Thaddée dans Photo et Vidéo

Les chalets noirs par temps gris c'est d'un triste, et trop de monde pour flâner tranquillement et prendre de chouettes photos. Ni l'opportunité ni l'inspiration, donc. Je vous soumets quand même ces quelque 25 clichés qui, je l'espère, ne vous décevront pas trop.

Marché de Noël 2016, Lyon
Marché de Noël 2016, Lyon
Marché de Noël 2016, Lyon

Je vous les fais : peinture à l'huile, ne serait-ce que pour flouter les nombreux visages qui se trouvent sur les photos. Les images un peu tristounettes gagnent en charme, me semble-t-il.

Gros plan sur un chalet buvette-restauration

Gros plan sur un chalet buvette-restauration

Rouge et noir faut bien avouer que ça en jette, dirait Stendhal
Rouge et noir faut bien avouer que ça en jette, dirait Stendhal
Rouge et noir faut bien avouer que ça en jette, dirait Stendhal

Rouge et noir faut bien avouer que ça en jette, dirait Stendhal

Clic pour voir les photos au format réelClic pour voir les photos au format réel
Clic pour voir les photos au format réelClic pour voir les photos au format réel

Clic pour voir les photos au format réel

Le coin des enfants : gros bonhommes de neige et Père Noël, manège et train chenille. Les armatures blanches, plus haut, sont des sapins qui s'allumeront ce soir. L'enclos le plus ludique et le plus fréquenté du Marché de Noël, en attendant que le Père Noël arrive en traîneau.

De l'autre côté se vendent les sapins

De l'autre côté se vendent les sapins

Le chalet du Père Noël

Le chalet du Père Noël

J'ai loupé le Père Noël qui devait arriver à 16:30. Trop de monde, assez froid, mal aux reins, très peu de bus le dimanche, je n'ai pas eu la patience d'attendre. Je me souviens de nos promenades le soir, avec mes parents, le long des vitrines illuminées. Tout était si merveilleux. Je donnerais beaucoup pour revivre un de ces moments.

Marché de Noël 2016, Lyon

Je n'ai jamais trop su ce qu'abritait cette tente présente toutes les années sur la place Carnot, je n'ai pas eu la curiosité d'aller voir. A votre avis, que s'y passe-t-il ? Les Lyonnais s'y font-ils scalper ?

Tellement de monde ! On se croirait (presque) au 8 décembre

Tellement de monde ! On se croirait (presque) au 8 décembre

Clic pour voir les photos au format réelClic pour voir les photos au format réel

Clic pour voir les photos au format réel

Statue et cheminée de zinc forment un des couples les plus insolites que j'aie jamais vus dans ma vie. Vous aurez peut-être observé que le jour baisse et que les chalets commencent à s'illuminer, comme tessons dorés en cette fin d'après-midi blafarde.

Clic sur les photos pour les voir au format réelClic sur les photos pour les voir au format réel
Clic sur les photos pour les voir au format réelClic sur les photos pour les voir au format réel
Clic sur les photos pour les voir au format réelClic sur les photos pour les voir au format réel

Clic sur les photos pour les voir au format réel

Une forêt de sapins métalliques érigent leur froide blancheur au milieu des roux chaleureux de l'automne. Ce doit être assez féerique à la nuit tombée quand les étoiles et les sapins s'illuminent. Un groupe de musique apprête ses instruments quelque part sous une toile, on attend toujours le Père Noël.

Marché de Noël 2016, Lyon

Derniers pas, dernière vue qui surplombe le Marché, la cohue tranquille s'agglutine devant les chalets pleins à craquer de friandises et de décorations festives. A ma grande surprise l'un d'eux vendait des rouleaux de soie issue de l'Himalaya, quelque peu déconcertant dans la ville de soyeux qu'est Lyon. Beaucoup de gamelles orange et rouges, de petits personnages animés, d'abats-jours aussi légers que des voiles, à l'air artistiquement déchiqueté. Je n'ai rien pu photographier de tout cela, les badauds se pressant trop nombreux devant les stands. Rien acheté non plus, je n'achète jamais rien sur le Marché de Noël, toute cette abondance de couleurs c'est tentant mais c'est aussi très cher et je n'ai besoin de rien. J'ignore à quelle heure il faut venir pour avoir une chance de s'approcher des marchandises, j'avoue m'être fait surprendre par la foule en ce dimanche 27 novembre 2016, à moins d'un mois des Fêtes de fin d'année. Je n'aurai pas vu le Père Noël mais qu'importe : je sais bien qu'il existe.

commentaires

Mes Marchés de Noël à Lyon

Publié le 27 Novembre 2016 par Thaddée dans Photo et Vidéo

Si je n'ai pas trop mal aux reins j'irai ce soir au Marché de Noël de Lyon qui se tient chaque année place Carnot. L'année dernière, grosse déconvenue : les chalets bleus, verts et rouges avaient tous été repeints en noir. Pas terrible comme atmosphère, je n'ai jamais compris ce qui était passé par la tête des organisateurs.

Marché de Noël 2015

Marché de Noël 2015

Nonobstant il reste de très jolies choses à regarder, comme le manège rouge derrière sa barrière blanche.

Marché de Noël 2015

Marché de Noël 2015

Ou les tentes et tiens, un chalet qui a échappé à la noirceur ambiante.

Marché de Noël 2015

Marché de Noël 2015

Mais ce que je regrette nos chalets de couleurs vives.

Marché de Noël 2014

Marché de Noël 2014

Marché de Noël 2013

J'espère toutefois retrouver la magie des Marchés de Noël d'antan, enfin pas si d'antan que ça. Sur la photo ci-dessus ne pas tenir compte de la date, je venais d'acheter mon appareil photo et je n'avais pas encore trouvé comment régler la date et l'heure, ou plus simplement encore les supprimer. Et vous, avez-vous des Marchés de Noël par chez vous ?

commentaires

Sharly's, perlerie depuis 2007

Publié le 26 Novembre 2016 par Thaddée dans Photo et Vidéo

Charly, Atelier Pompadour & Sharly's, clic pour voir les photos au format réelCharly, Atelier Pompadour & Sharly's, clic pour voir les photos au format réel

Charly, Atelier Pompadour & Sharly's, clic pour voir les photos au format réel

Ce matin Charly fait la trogne : il a perdu son beau canapé. "Mais il en aura d'autres" me répond Sharly, vendeuse de perles à l'Atelier Pompadour chez qui j'ai fait un saut autour de 09:30 après avoir dit au véto que j'annulais le rendez-vous de Félix pour cause de tour de reins (encore un).

Tiens. Charly, Sharly ... Le beau Charly serait-il le chat de Sharly ? - Auquel cas, bientôt nous ne le verrons plus car la boutique Sharly's ferme ses portes : liquidation. A sa demande je fais passer le mot : sacs, foulards, et perles à prix cassé jusqu'au 17 décembre ou jusqu'à l'épuisement des stocks. Sharly ne rouvrira pas d'autre magasin, sa première expérience l'a échaudée, elle ne commettra pas la même erreur. Mais elle continue la vente par correspondance sur son site, dont je vous donne l'adresse ci-dessous ▼.

A savoir que son site ne proposera plus à l'achat que perles et kits d'outils, cordons, fermoirs, etc. Terminé, les sacs et les foulards. Sharly revient à ses premières amours, la perle dans tous ses états. Si vous êtes amatrice, vous savez ce qui vous reste à faire.

Grand sac cabas, Sharly's

Grand sac cabas, Sharly's

Tiens, me direz-vous, mais pourquoi avoir fait un saut à l'Atelier Pompadour ce matin ? - Eh bien pour saluer Charly bien sûr ; mais aussi, je tenais beaucoup à rencontrer Sharly et lui demander si son beau sac bleu à l'aspect vieilli était toujours disponible. Parce que vous ne le savez peut-être pas mais je suis fan de sacs. Je dois en détenir une vingtaine, qu'on m'a donnés, ou que j'ai récupérés dans les vide-greniers. De la pochette au cabas en passant par le grand sac de plage, je ne sais plus où les mettre et j'en change tout le temps, ce qui ravit mes clientes. Hélas pour moi le beau sac bleu de mes rêves est parti ça fait un bail. Il était en vente au mois de juin, c'est dire si j'ai loupé le coche, et chaque modèle n'existe qu'en unique exemplaire, donc je ne le retrouverai nulle part. Néanmoins, ma petite visite matinale à l'Atelier Pompadour m'a donné l'occasion de faire la connaissance de Sharly, charmante jeune femme blonde aimable et passionnée.

Capture d'écran PDV, le 26 novembre 2016, Thème Kiwi

Capture d'écran PDV, le 26 novembre 2016, Thème Kiwi

Pour la petite histoire, après deux jours passés sur le Thème Timeline dont le fond d'article personnalisé par mes soins ne brillait pas par sa lisibilité j'ai repris le Thème Kiwi, bien lisible, même si je le trouve deux fois trop large, qui offre l'avantage d'une colonne latérale où je peux inscrire certaines informations concernant mes livres et les chats Félix, Slow et Bubu. Je n'ai rien à voir avec les koalas mais le fond me plaît, alors pourquoi pas. En 2007 quand j'ai ouvert mon premier blog sur Overblog je ne me posais pas tant de questions : j'avais spontanément choisi le Thème Ethnic China ▲ et je m'accommodais fort bien de son dragon. A trop vouloir bien faire, à chercher sans relâche bannières et fonds susceptibles de correspondre aux thèmes abordés sur le blog, j'ai perdu de vue ce qui me paraît être, au bout de compte, le plus important : avoir un blog qui me plaît au premier coup d'oeil.

Image du Blog animatedgifs.centerblog.net
Source : animatedgifs.centerblog.net sur centerblog.

Sur ce je vous souhaite un bon week-end. Perso je vais me reposer, j'en ai bien besoin. Quant à Félix, le dosage précédent restant sans effet, il prendra tous les jours 1 cachet de Vidalta 15mg à partir de demain et retournera sous peu chez le vétérinaire pour sa troisième prise de sang. 

commentaires

J'aurais voulu être un artiste ♪♫♪

Publié le 22 Novembre 2016 par Thaddée dans Photo et Vidéo

J'aurais voulu être un artiste ♪♫♪
J'aurais voulu être un artiste ♪♫♪
J'aurais voulu être un artiste ♪♫♪
J'aurais voulu être un artiste ♪♫♪
J'aurais voulu être un artiste ♪♫♪
J'aurais voulu être un artiste ♪♫♪
J'aurais voulu être un artiste ♪♫♪
J'aurais voulu être un artiste ♪♫♪
J'aurais voulu être un artiste ♪♫♪
J'aurais voulu être un artiste ♪♫♪
J'aurais voulu être un artiste ♪♫♪
J'aurais voulu être un artiste ♪♫♪
J'aurais voulu être un artiste ♪♫♪
commentaires

Overblog, Canalblog, Eklablog

Publié le 22 Novembre 2016 par Thaddée dans Les blogs et moi

Et vous vous dites, je vous entends d'ici, c'est pas vrai le blog a ENCORE changé de look, ça devient une manie. Alors je pourrais vous répondre que j'ai mis le blog en costume de Noël, ce qui n'est pas tout à fait faux, même si ce n'est pas tout à fait vrai. En réalité j'ai passé mon dimanche à pester contre la nouvelle administration d'Overblog qui nous pourrit régulièrement le week-end avec des couacs tous plus énervants les uns que les autres : les images qui ne se chargent pas, les enregistrements qui ne se font pas, les modifications de titre qu'il faut effectuer manuellement, la correction orthographique qui ne fonctionne pas, mais pire que tout, je vous le donne en mille, c'est le nouveau format du Thème Kiwi (et peut-être d'autres) qui faisait ressembler mon blog à un blog WordPress.

Capture d'écran PDV 12 novembre 2016

Capture d'écran PDV 12 novembre 2016

J'aime les blogs étroits, du moins je n'aime pas les gros pavés qui prennent toute la largeur de l'écran. Le Thème Kiwi, sur l'administration précédente, se présentait comme un Thème élégant. Sur l'administration actuelle il a pris du poids, si j'ose dire, à tel point que tous les fonds de blog ne lui vont plus, ce qui, pour moi qui suis dingue des backgrounds, est une véritable catastrophe. Impossible d'habiller le blog à ma convenance. Mehdi, sur le forum, avance l'idée que peut-être c'est un problème de navigateur qui zoome à mon insu. J'ai donc essayé avec un autre navigateur qui, fort malheureusement, m'a renvoyé lui aussi l'image d'un blog enflé qui ne supporte plus le moindre fond de blog, et je parle des fonds 3 colonnes, c'est à dire les plus larges qui soient !

J'en ai tellement eu marre que j'ai décidé de faire un saut sur Canalblog, histoire de me reposer de mes énervements contractés sur OB. Et là j'ai vu qu'il y avait pas mal de nouveautés. Par exemple, vous pouvez ajouter des effets (luomo, négatif, peinture ... ) directement sur l'administration de votre blog. Plus la peine de passer par Picasa ou Photofiltre. Un gain de temps considérable pour un résultat des plus satisfaisants. Moi qui aimais déjà beaucoup Canalbog pour la finesse de ses blogs reconnaissables entre tous, j'ai lâchement pensé à déménager. 

Mais mon blog OB aura 10 ans l'année prochaine. Il archive tellement de souvenirs qui sont chers à mon coeur, puis-je l'abandonner sur un coup de tête ? Je sais qu'il me sera impossible de repartir de zéro, créer quelque chose de neuf, ayant fait table rase du passé. Alors, dimanche soir, après avoir passé de bons moments réjouissants sur Canalblog, j'ai traîné mes guêtres et réintégré tête basse mon unique foyer : j'ai nommé Overblog Kiwi. Mais la largeur de mon Thème Kiwi ne cessant pour autant de me sortir par les yeux j'ai testé d'autres Thèmes de taille raisonnable pour revenir à l'un de ceux que j'ai fort souvent pratiqués : le Thème Timeline.

Capture d'écran PDV 22 novembre 2016

Capture d'écran PDV 22 novembre 2016

Le Thème Timeline présente les articles dans deux étroites colonnes parallèles qui sont du dernier chic, rien à voir avec les débordements du Thème Kiwi qui, navigateur ou pas, a doublé de taille sur la nouvelle administration. Pour personnaliser le Thème Timeline, ne pas hésiter à tremper les mains dans le code html. J'avais consacré un article à ce propos, je vous propose de le retrouver en cliquant sur le lien ci-dessous ▼.

Et pour terminer sur une note ... pas vraiment plus joyeuse, des nouvelles d'Eklablog rapportées par notre ami Jean-Marc de l'Hôpital des Chats de Perpignan : Orange bloque les Newsletters d'Eklablog ; un problème qui devrait trouver bientôt sa solution  ; en attendant ... si vous ne recevez rien de vos blogs favoris, n'en concluez pas trop vite qu'ils n'ont rien publié, faites plutôt un petit tour sur leur blog pour vous assurer de visu qu'il n'y a rien de neuf. Ainsi vous serez sûr de ne pas manquer d'article. Si vous avez une autre messagerie, abonnez-vous sur cette messagerie-là pour recevoir les newsletters. 

Le temps que j'ai perdu dimanche à tenter de rédiger mes articles m'a fait prendre du retard dans la visite de vos blogs et la réponse à vos commentaires. Et mes semaines de travail sont de plus en plus chargées bien que je bénéficie d'un mi-temps thérapeutique jusqu'au 1er décembre inclus. Du coup je ne sais pas trop quand je pourrai venir vous voir mais je ne vous oublie pas pour autant et je vous souhaite une bonne soirée, pluvieuse ici après deux jours d'un vent du Sud qui soufflait à 110km/h. Je vous embrasse, à bientôt.

commentaires

Heidi's Song

Publié le 20 Novembre 2016 par Thaddée dans Poésie Toutan

Le bon air le bonheur
D'habiter sur la Terre
La montagne à main gauche
A main droite la mer
♪♫♪
Au milieu paraît-il
Serpente une rivière
Tout au milieu du pré
Je l'entends folâtrer
♪♫♪
La ville vit plus loin
Sur un nuage gris
La ville fait le foin
Sous le ciel obscurci
♪♫♪
Je n'aurai pas assez
De cent ans sur la Terre
Pour pouvoir profiter
Du bonheur du bon air
♪♫♪
Chaque minute compte
Et dans le sablier 
Qui file les secondes
Y'a le désert entier
♪♫♪
Je retourne ma veste
En hiver en été
De saisons blanches ou vertes
Ou telle qu'elle était
♪♫♪
Lorsque je vins au monde
Un soir de février
Qui faisait craquer l'onde
Et gerçait vos souliers
♪♫♪
Mais la ville interdite
N'habite pas ici
Que la vie passe vite
Ca me tient en souci.
 
© Thaddée, 20 novembre 2016, Poésie Toutan
commentaires

Chat faisait longtemps !

Publié le 19 Novembre 2016 par Thaddée dans Photo et Vidéo

Je suis fière d’être fidésienne et je suis attachée à ma région par son histoire et sa convivialité.

Noémie Baraillon

▲ Ce 15 novembre 2016, Le Progrès a consacré un article à Noémie Baraillon, artisan-tapissier-décorateur et maman de Charly. L'occasion pour moi de retourner à l'atelier prendre quelques photos de Charly qui, ce jour, dédaigne le fauteuil et les coussins pour mettre patte à terre. Dans quelques jours, la vitrine de l'Atelier Pompadour revêtira ses beaux atours de Fêtes de fin d'année, de même que toutes les boutiques de Sainte-Foy. Le 8 décembre, Fête de Lumières, n'est plus si loin !

Charly, samedi 19 novembre 2016Charly, samedi 19 novembre 2016

Charly, samedi 19 novembre 2016

Atelier Pompadour, 19 novembre 2016

Atelier Pompadour, 19 novembre 2016

Macarons, Chamallows & Chat Charly !Macarons, Chamallows & Chat Charly !

Macarons, Chamallows & Chat Charly !

Et si vous aimez les tissus d'ameublement, voilà quelques pages du nouveau catalogue de Jean-Paul Gaultier ▼.

Clic pour voir au format réelClic pour voir au format réelClic pour voir au format réel
Clic pour voir au format réelClic pour voir au format réel

Clic pour voir au format réel

En vous souhaitant un très beau week-end, à bientôt !

commentaires

Rose et Lilou, monstres ordinaires (2)

Publié le 18 Novembre 2016 par Thaddée dans Feuilleton Rose et Lilou

Rose et Lilou vivent en couple dans un studio de vingt-cinq mètres carrés. On est à la mi-novembre. Elle est enceinte de trois semaines tout au plus. Les textes sont sujets à modification.

Thaddée

Au pied de l'arbre

- Ma Rose, c'est l'heure.

"J'arrive ! " lui cria-t-elle à cinq mètres de là. Elle passa un dernier coup d'éponge humide sur les bords de l'évier car elle aimait par dessus tout que sa cuisine soit nickel. Après quoi elle sortit de leurs boîtes respectives une glace vanille-chocolat pour lui et une chocolat-pistache pour elle. On était à la mi-novembre et leur crainte à tous les deux était que leur grande surface de prédilection ne se fournisse plus en cornets de glace. A l'épicerie du coin les boîtes traînaient depuis si longtemps que la gaufrette avait la consistance du carton mâché.

Il était vingt heures vingt-neuf, elle se laissa tomber dans son fauteuil de jardin garni d'oreillers déplumés et lui mit sa glace dans la main. Le générique de leur feuilleton préféré succédait au résumé de l'épisode de la veille. Les premières images qui défilaient à l'écran le captivaient si fort qu'il en oublia de la remercier. Il buvait littéralement ... la suite des événements.

- On en a rien à foutre de cette histoire de bonnes femmes qui se crêpent le chignon dit-il sans cacher son mécontentement.

- Lilou ta glace est en train de fondre.

Il déchira l'emballage et commença de sucer la crème fondante. Ceci compensait cela, et lui permit d'attendre sagement le retour de son personnage fétiche : le fantôme.

La vérité sur la mort de Cyril Rochat

La vérité sur la mort de Cyril Rochat

- C'est vraiment le top cette histoire de fantôme approuva-t-il en malaxant le chocolat entre sa langue et son palais.

Le jeune homme aux longs cheveux blonds faisait un tabac dans leur studio, tous les soirs à partir de 20:30. Il ne prononçait pas un mot, mais son regard grave et profond parlait pour lui. Pour plaire à son Lilou Rose avait même effectué quelques recherches rapides sur le Net. On disait de lui qu'il était mutique, fin et élancé, avec un visage d'ange. Rien qu'ils ne sachent déjà.

Les flash back dénonçaient un caractère impétueux pas forcément facile. Il était encore très séduisant quand il braillait.

***

- Tu crois que c'est vrai ? demanda-t-il soudain en arrêtant de pourlécher sa glace.

Que les fantômes existent, développa-t-elle en son for intérieur. Ce à quoi elle répondit que oui, peut-être, ils existaient, après tout on n'avait pas de preuve irréfutable qu'ils n'existaient pas, et de son point de vue à elle l'air invisible qui les entourait était bien trop vide pour être honnête, il devait s'y planquer des centaines et des milliers d'esprits plus ou moins sympa.

- Non, dit-il. Qu'ils peuvent témoigner du mal qu'on leur a fait de leur vivant.

- Qu'est-ce que ça peut faire franchement.

- Je sais pas. J'aurais voulu savoir.

Il avait l'air préoccupé tout à coup. L'air suspect du remords vivant qui plonge dans les tréfonds de sa mémoire.

- Quoi, fit-elle abruptement.

- Non, rien.

Rien. Ma Rose, elle en fulminait. Avec la gueule de fossoyeur du dimanche qu'il venait de prendre, rien, vraiment ?

- Je te le dirai quand les deux bonnes femmes recommenceront à se bouffer le nez dit-il pour l'apaiser.

***

Elle rongea son frein en se crêpant le chignon. Lorsque l'infirmière et son interne de fille reprirent leur piètre numéro de prise de bec, il avoua qu'il se pouvait peut-être bien, mais c'était pas sûr, qu'il ait enterré quelqu'un au pied d'un arbre du temps de sa folle jeunesse.

Pour le coup elle faillit s'étouffer avec un morceau de gaufrette. Qui, où, quel arbre, pourquoi, comment l'avait-il trucidé ?

Il ne s'en souvenait pas. C'était si flou. Ca devait être plutôt un rêve. La réminiscence d'une vie antérieure.

- Tu as tué quelqu'un dans une vie antérieure ?

- Je sais pas trop répéta Lilou, la mine penaude.

En même temps qu'elle s'émerveillait. Pour la première fois depuis les sept ans qu'ils vivaient à la colle elle éprouva dans sa chair une vague d'admiration pour son mystérieux compagnon. Pour la peine elle retourna leur sortir deux autres glaces du congélateur. En revenant elle lui annonça tout de go qu'elle avait la ferme intention de garder l'enfant qu'elle portait. C'était le moins qu'elle puisse faire après de telles révélations.

- Tu fais ce que tu veux ma choute. C'est ton ventre, c'est toi qui décides.

Dommage, toutefois, songea-t-elle, que l'enfant ne fût pas le rejeton naturel de cet homme éblouissant.

© Thaddée, vendredi 18 novembre 2016

commentaires

La mouche

Publié le 17 Novembre 2016 par Thaddée dans Récits Petits mystères au quotidien

Rêve que j'ai fait dans la nuit du mercredi 16 au jeudi 17 novembre 2016

Je rêve, je rêve qu'il me faut partir à l'école, vite vite, il faut me préparer. C'est mon dernier jour d'école, nous ne ferons pas grand-chose en classe. Des jeux, ou des heures de récréation. Je vais m'emmerder à 10 sous de l'heure. A mon arrivée Mme P. m'attend pour me faire faire les courses et je repars avec le cabas. Sur le trajet me prend alors une envie folle de rentrer chez moi, ce que j'entreprends de faire sans me poser plus de questions. A moi la descente d'escaliers, des dizaines de cannes sont accrochées à la rampe, qu'il me faut écarter pour passer. L'occasion de regretter, tout à coup, la décision que j'ai prise à la légère. Allons donc ! Je ne peux pas laisser tomber Mme P. comme ça !

Je m'en retourne chez elle, inquiète du retard que j'ai pris en route. Elle m'attend avec un cadeau d'adieu.

Elle qui s'est fait envahir par des centaines de mouches il y a quelques semaines, a surmonté sa répulsion pour en capturer une qu'elle a enfermée dans une boîte rouge, une boîte à trombones dont le couvercle transparent est à glissière. La mouche grésille en essayant de s'échapper.

Il est midi, je quitte Mme P. que je viens de voir pour la dernière fois de ma vie. Sur le chemin du retour je rencontre une collègue asiatique qui m'a l'air vraiment très flippé.

- Dis donc tu travailles ce soir ? me demande-t-elle.

- Je ne travaille même pas cet après-midi. Une heure d'histoire-géographie, merci.

C'est dommage, je ne reverrai pas Mme D. qui a pris tellement d'importance dans ma vie. Mais j'ai trop hâte d'en finir avec tout ça. Je veux juste rentrer et faire les trucs que j'ai à faire.

Libérer la mouche.

J'ouvre en vitesse la porte de mon appartement. Le chat en profite pour se faufiler dans la cour. Par la fenêtre ouverte en face de la porte, je fais glisser la petite vitre transparente et je délivre la mouche.

J'avais très peur qu'elle soit presque morte mais elle s'envole au-dessus de la ville et là-bas, loin là-bas, je vois ses gros yeux bleus qui me regardent. Elle me regarde encore tandis qu'elle mange à sa petite table.

© Thaddée, jeudi 17 novembre 2016, Récits Petits Mystères au Quotidien, Rêves

commentaires

Rose et Lilou, monstres ordinaires

Publié le 15 Novembre 2016 par Thaddée dans Feuilleton Rose et Lilou

Rose et Lilou forment un couple bien propre sur lui, pas très net en dedans. Voilà qui pourrait être le pilote d'une série de nouvelles... ou le premier épisode d'un nouveau feuilleton. Comme un méchant petit air que j'avais dans la tête ce mardi matin, 15 novembre. Les textes sont sujets à modifications.

Thaddée

Le bébé dans la maison

- Lilou je n'ai plus mes règles.

- Tu es malade ma chérie ?

- Je suis enceinte.

- C'est formidable.

"Ma douce, ta tartiflette est un délice" dit-il en se goinfrant de pleines bouchées de reblochon fondu. Cependant qu'elle mesurait leurs pauvres vingt-cinq mètres carrés de studio mansardé sous un éminent froncement de sourcils.

- Ca va pas être évident ici avec un bébé en déduit-elle.

Il avait l'esprit tellement pragmatique. "Y'a qu'à le faire sauter" suggéra-t-il en se resservant une part toute chaude.

- Lilou, tu recommences à être jaloux.

- Mon adorée, tout ce qui vient de toi est un cadeau du ciel.

Il se lécha les babines. Après quoi Ils mangèrent encore un peu sans plus se parler ni se regarder. En fait pendant qu'il bâfrait elle réfléchissait.

- Pour le côté pratique j'ai peut-être un plan, finit-elle par annoncer.

"Y'a la vieille Greluche qui sait pas quoi faire de son rez-de-chaussée. Je pourrais la convaincre de nous le louer contre deux heures de ménage en  plus par semaine. Qu'est-ce que tu en penses ? "

- Tu es si brillante. 

- Parallèlement ça me ferait bien chier de quitter notre petit nid d'amour.

- Et moi donc, marmonna-t-il entre deux fournées.

Image du Blog zezete2.centerblog.net
Source : zezete2.centerblog.net sur centerblog.

Une fois le repas terminé, comme il leur restait quelque trois-quarts d'heure à tuer avant de reprendre l'un et l'autre le travail ils discutèrent du projet d'emménager chez la Greluche. Elle disposait quand même d'un rez-de-chaussée très bien aménagé. Il y avait une cuisine toute équipée et deux chambres avec tout le confort. Des sanitaires et une douche assez proprets. La chaudière, installée à ce niveau, chauffait généreusement l'appartement vide. Pas de jardin, mais le gosse pourrait jouer dans la cour fermée sans risquer d'aller bêtement se faire écraser dans l'impasse. Franchement c'était le rêve.

- Ouais. Mais on va faire quoi de nos meubles, dit-elle en se bouclant une mèche autour de l'index. Ca m'emmerderait de m'en séparer.

Ils méditèrent de concert en se tortillant les cheveux. Son épaisse tignasse brune à lui ne demandait qu'une petit mise en plis vite fait bien fait. Quand il eut bien gambergé, s'alluma dans son crâne l'ampoule du trait de génie. Ne lui avait-elle pas dit et répété que la Greluche l'adorait ? Et puis elle était si malheureuse de ne pas avoir de petit-enfant. Sa feignante de fille tenait bien trop à sa ligne pour accepter l'idée monstrueuse de grossir. 

- Et alors quoi ? le coupa-t-elle, lassée du préambule interminable.

- Réfléchis un peu, prunelle de mes yeux, la supplia-t-il en lui pressant langoureusement la main. Pas de famille qui s'occupe d'elle et miracle, on débarque avec un mirliton d'amour. Tu ne crois pas qu'elle va craquer la vieille ? Son vieux rêve de vivre en famille qui se réalise sans qu'elle ait rien demandé. Qu'est-ce que tu crois qu'elle va faire ?

- Nous coucher sur son testament.

- Précisément ma chérie et nous disposerons alors de toute la maison pour installer nos meubles et nos bibelots.

- Si c'est pas merveilleux la vie, soupira-t-elle rêveusement.

- C'est toi qui es merveilleuse ma Rose, je te le dis tous les jours et je le pense vraiment.

Image libre de droits, Pixabay

Image libre de droits, Pixabay

Sonna l'heure de se préparer pour partir au boulot. Il faisait très froid à l'extérieur, autour de zéro degré, ça prenait un temps fou pour s'habiller. Damart thermolactyl, collants de laine, chaussures après ski, pulls à coll roulé, trois tours d'écharpe, bonnet à pompon de Noël, gants fourrés, doudoune redondante. A la fin tous les deux se voyaient transformés en bibendum. C'était à la fois ridicule et touchant pour l'un et l'autre de s'embrasser dans cet accoutrement, le gros ventre en avant, les joues déjà rouges à la seule pensée du froid de canard qui viendrait les clouer au sol sitôt qu'ils auraient mis un pied dehors. Sauf qu'en ce jour de novembre ils étaient trois et ça réchauffait pas mal le coeur à défaut de réchauffer le reste.

Avant de sortir toutefois une pensée le frappa le plein fouet. Autant dire qu'il pila net une main sur la poignée de la porte.

- Au fait elle a quel âge la vieille ? 

- Dans les quatre-vingt-dix mais je te vois venir. Depuis sa chute dans l'escalier du garage elle n'est plus si vaillante si c'est à ça que tu penses.

- Alors y'a bon espoir qu'on récupère la maison dans pas trop longtemps.

- Seulement il va pas falloir trop traîner pour l'emberlificoter.

- J'adore comme tu parles.

Ils se déposèrent un petit bécot d'amitié sur les lèvres avant de descendre lourdement le colimaçon, emmitouflés comme ils étaient. Dans la rue ils firent une pause. "C'est fou comme j'ai envie d'y aller" grogna-t-il en serrant les poings au fond de ses poches. "Moi pareil, dit-elle, mais pense au bébé et à la maison". Ils se tinrent comme ça un moment face à face à fixer dans le vide une image assez jolie de l'avenir qui leur était promis. Malgré ça, Lilou fit la grimace.

- Tu m'as pas dit qu'il y avait pas un seul commerce dans le coin ? Comment on va faire quand on aura besoin de clopes ou de médocs ?

- T'as raison, c'est galère.

Il n'osait pas le dire. Ce n'était pas son rôle.

- Alors peut-être qu'on ferait mieux de le faire sauter, conclut-elle.

Et c'est le coeur léger qu'ils partirent bosser, chacun de son côté, lui chez Madame Butin qui lui faisait de l'oeil, elle chez la vieille Greluche qui l'avait échappé belle. Elle en riait encore lorsqu'elle sonna à sa porte.

© Thaddée, mardi 15 novembre 2016

commentaires
1 2 > >>