Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Thaddée

"Ce qui parle le mieux de nous, ce n'est pas ce que nous disons, c'est ce que nous faisons. Je fais des livres qui parlent de moi sans le dire." TS | Actualité OB Kiwi et plates-formes de blogs, Déco blogs, Balades à Sète, Chroniques lyonnaises et fidésiennes, Escapades, Histoires de chats et d'oiseaux, Littérature, Photographie, Société, Poupées, Tricot, La vie ... Communauté : "Victor & Victoria", esprit shabby chic, romantique et cosy.

Les Classes en 7

Publié le 30 Septembre 2017 par Thaddée dans Lugdunum à tous les temps

C'est aujourd'hui le jour tant attendu du défilé avec chapeaux et cocardes des natifs en 7. Pour moi ce sera dans deux ans si je suis encore à Sainte-Foy à ce moment-là. Mais laissons place à la fête et suivons-les aux rythmes entraînants de la fanfare. Peut-être allons-nous retrouver notre bon vieux camion de pompier que nous avions vu samedi dernier à l'occasion du 70ème anniversaire des jeunes Sapeurs Pompiers de Sainte-Foy-lès-Lyon, dont j'avais admiré l'entrain, l'organisation et la coordination.

L'ancien camion de pompier était de sortie le samedi 23 septembre à l'occasion du 70ème anniversaire des jeunes Sapeurs Pompiers de Sainte-Foy-lès-Lyon

L'ancien camion de pompier était de sortie le samedi 23 septembre à l'occasion du 70ème anniversaire des jeunes Sapeurs Pompiers de Sainte-Foy-lès-Lyon

Comme ils mettent toujours un temps fou à arriver, je pars à leur rencontre devant la Mairie. Il est bientôt 11:00. De loin je vois les petits canotiers  annonciateurs de la fête. Ouf. J'avais cru un instant m'être trompée de jour.

En chemin je prends en photo le vieux lavoir dans l'enceinte de la Mairie

En chemin je prends en photo le vieux lavoir dans l'enceinte de la Mairie

Les Classes en 7
Les Classes en 7
Les Classes en 7

Je me consacre d'abord aux voitures de collection. L'ancien camion de pompier n'est pas de sortie ce matin. D'ailleurs peu de natifs en 7 ont répondu à l'appel, ils ne sont pas nombreux. Mais quelle pêche ils ont ! Ca chante, ça crie olé !, les plus âgés sont les plus délurés.

Séances photo devant le cinéma Mourguet

Séances photo devant le cinéma Mourguet

Ca commence à bouger. Dans son tacot jaune, le justicier masqué

Ca commence à bouger. Dans son tacot jaune, le justicier masqué

Marche arrière

Marche arrière

Ca sent l'automne pas vrai ?
Ca sent l'automne pas vrai ?
Ca sent l'automne pas vrai ?
Ca sent l'automne pas vrai ?
Ca sent l'automne pas vrai ?
Ca sent l'automne pas vrai ?
Ca sent l'automne pas vrai ?

Ca sent l'automne pas vrai ?

Les Classes en 7

Enfin, le groupe démarre ! Moi j'ai pris du recul pour les prendre de face. Ici je suis Place des 4 Vierges, je les vois arriver, ils sont encore loin !

Nous voilà rue du Vingtain. N'est-ce pas qu'ils sont beaux ?
Nous voilà rue du Vingtain. N'est-ce pas qu'ils sont beaux ?
Nous voilà rue du Vingtain. N'est-ce pas qu'ils sont beaux ?
Nous voilà rue du Vingtain. N'est-ce pas qu'ils sont beaux ?
Nous voilà rue du Vingtain. N'est-ce pas qu'ils sont beaux ?

Nous voilà rue du Vingtain. N'est-ce pas qu'ils sont beaux ?

Les Classes en 7
Les Classes en 7
Les Classes en 7
Les Classes en 7
Les Classes en 7
Les Classes en 7
Les Classes en 7

Après avoir fait halte au bas de la rue du Vingtain pour jouer un petit air de musique le défilé reprend dans la bonne humeur autour de la Place Xavier Ricard.

Suivent les voitures anciennes dont les passagers paradent fièrement en saluant le public
Suivent les voitures anciennes dont les passagers paradent fièrement en saluant le public
Suivent les voitures anciennes dont les passagers paradent fièrement en saluant le public
Suivent les voitures anciennes dont les passagers paradent fièrement en saluant le public
Suivent les voitures anciennes dont les passagers paradent fièrement en saluant le public
Suivent les voitures anciennes dont les passagers paradent fièrement en saluant le public

Suivent les voitures anciennes dont les passagers paradent fièrement en saluant le public

Nous sommes à la moitié de la Grande Rue et sur le chemin ...
Nous sommes à la moitié de la Grande Rue et sur le chemin ...
Nous sommes à la moitié de la Grande Rue et sur le chemin ...
Nous sommes à la moitié de la Grande Rue et sur le chemin ...
Nous sommes à la moitié de la Grande Rue et sur le chemin ...
Nous sommes à la moitié de la Grande Rue et sur le chemin ...

Nous sommes à la moitié de la Grande Rue et sur le chemin ...

Tout pour les enfants

Adorables, les Sylvanian families en vitrine chez Bleu Griotte

Adorables, les Sylvanian families en vitrine chez Bleu Griotte

Il n'a pas le charme des vieux carrousels, mais il est sympa quand même avec ses figures connues
Il n'a pas le charme des vieux carrousels, mais il est sympa quand même avec ses figures connues
Il n'a pas le charme des vieux carrousels, mais il est sympa quand même avec ses figures connues
Il n'a pas le charme des vieux carrousels, mais il est sympa quand même avec ses figures connues
Il n'a pas le charme des vieux carrousels, mais il est sympa quand même avec ses figures connues

Il n'a pas le charme des vieux carrousels, mais il est sympa quand même avec ses figures connues

Retour au défilé des voitures anciennes qui cette fois passent devant moi. C'est là sans doute l'apogée de la fête, un épisode haut en couleur et quelques clins d’œil pour qui sait bien regarder ... Alors n'en perdez pas une, vous pourriez le regretter !

Les Classes en 7
Les Classes en 7
Les Classes en 7
Les Classes en 7
Les Classes en 7
Les Classes en 7
Les Classes en 7
Les Classes en 7

Vraiment une atmosphère bon enfant pour ces Classes en 7, avec peu de conscrits, mais de vrais boute-en-train, et un public heureux de participer, crier olé, applaudir. Il pleuvait un peu, les parapluies commençaient à fleurir sur le défilé, certains musiciens avaient enfilé leur ciré noir.

Les Classes en 7

Au-revoir petite madame, merci pour votre beau sourire et à vous toutes et tous bon week-end, pluvieux chez moi, c'est comment chez vous ? A bientôt et bisous !

commentaires

Levothyrox, la honte

Publié le 29 Septembre 2017 par Thaddée dans Planète tétraèdre ne tourne pas rond

Vous vous souvenez certainement de mon article consacré à la nouvelle formule du Levothyrox, qui rend malade de nombreux patients. Bonne nouvelle : l'ancienne formule revient sur le marché ce lundi 2 octobre.

Sauf que.

De passage à la pharmacie ce matin pour exiger une boîte de l'ancienne formule, la nouvelle commençant à me rendre malade, j'apprends qu'une nouvelle-nouvelle formule va pointer son nez très bientôt. Paraît-il une nouvelle formule adaptée qui devrait convenir au plus grand nombre.

Après quelques minutes de discussion, il est de nouveau question du retour de l'ancienne formule ... ce qui ne va pas aller tout seul loin s'en faut. Les nouvelles boîtes de 100 cachets représentent 3 mois de traitement. Passe encore. Mais les nouvelles boîtes ... il n'y en aura pas pour tout le monde. En effet, le laboratoire va mettre en circulation 9000 boîtes de l'ancienne formule, et ceci pour toute la France ! - Soit une seule boîte par pharmacie (et là je me demande s'il faut compter les petites pharmacies de l'arrière-pays). 

Comme si ce n'était pas assez compliqué comme ça, il faut réserver sa boîte de Levothyrox pour être bien sûr de ne pas avoir à interrompre son traitement

Quand on sait que des milliers de personnes en France souffrent des effets secondaires invalidants du Levothyrox, la question se pose : où va-t-on devoir se procurer l'ancienne formule qui réussissait au plus grand nombre ? - A l'étranger ? Sur Internet ?

Et c'est sans compter que dans 4 ou 5 ans le laboratoire nous imposera la nouvelle formule (améliorée d'ici là nous l'espérons tous). 

En attendant, en plus des effets indésirables de la nouvelle formule, nous subissons les effets anxiogènes de notre impuissance à nous soigner correctement.

commentaires

Le Point-du-Jour (Lyon)

Publié le 27 Septembre 2017 par Thaddée dans Lugdunum à tous les temps

Un tramway de l'OTL au Point-du-Jour dans l'entre-deux-guerres (Wikipédia)

Un tramway de l'OTL au Point-du-Jour dans l'entre-deux-guerres (Wikipédia)

On ne peut pas vivre à Lyon ou dans sa banlieue sans entendre ses habitants parler en termes élogieux du Point du Jour, quartier de Lyon situé à l'ouest de la colline de Fourvière, dans le cinquième arrondissement, à proximité de Sainte-Foy-lès-Lyon. Quartier où presque tout le monde a rêvé d'habiter. Quartier éminemment commerçant, où les personnes âgées continuent de faire leurs courses même si elles vivent ailleurs. D'où vient cet engouement qui ne s'est jamais démenti ?

Le Point-du-Jour tient son nom de la chasse. Il aurait été le lieu de ralliement (sur l'emplacement de l'actuelle place Benedict Tessier, proche d'un étang) au point du jour, c'est-à-dire à l'aurore, de chasseurs qui chevauchaient ensuite vers l'ouest.
Jusqu'au milieu du xxe siècle, le quartier compte de nombreuses résidences secondaires de riches familles lyonnaises qui apprécient la fraîcheur de sa nature verdoyante. Il a également une vocation agricole.
À partir des années 1950, le quartier s'urbanise. Des immeubles résidentiels de standing se construisent dans les parcs des maisons de campagne d'antan.
L'avenue du Point du Jour, qui en est l'une des artères principales, traverse le quartier de part en part. Le quartier reste enclavé, du fait de l'absence de métro ou de tramway. Néanmoins, un projet de métro semble s'y développer, en direction de Tassin.

Wikipédia | Le Point-du-Jour (Lyon)

Boucherie Vessière, anciennement boucherie Maréchal

Boucherie Vessière, anciennement boucherie Maréchal

Ce qui rend le Le Point-du-Jour si attrayant, ce sont très certainement ses commerces de proximité (épicerie-fromagerie, boulangeries-pâtisseries…), ses commerces de luxe ; il compte également des agences immobilières ou bancaires, un stade omnisports, une bibliothèque municipale, un théâtre, ainsi que des établissements scolaires privés : la Favorite-Sainte Thérèse, l'Institution N.D. des Minimes, l'École du Point-du-Jour.

En marchant à pied vers le Point-du-Jour, l'église Saint-Luc à Sainte-Foy-lès-Lyon

En marchant à pied vers le Point-du-Jour, l'église Saint-Luc à Sainte-Foy-lès-Lyon

Une belle maison aux couleurs de l'automne à l'entrée du Point-du-Jour

Une belle maison aux couleurs de l'automne à l'entrée du Point-du-Jour

La paisible et reposante Place Bénédict Teissier
La paisible et reposante Place Bénédict Teissier

La paisible et reposante Place Bénédict Teissier

Elle a l'allure typique d'une place de quartier à l'ancienne, en terre battue avec sa fontaine ronde qui trône au centre et ses bancs sous les platanes. Il y avait un étang autrefois,  que vendirent les chanoines vers 1700.

L'église Notre-Dame du Point-du-Jour

L'église Notre-Dame du Point-du-Jour

Théâtre du Point-du-Jour

Théâtre du Point-du-Jour

Nadège Fleurs,  1 Place Benedict Tessier, 69005 Lyon

Nadège Fleurs, 1 Place Benedict Tessier, 69005 Lyon

De riantes maisons qui font un clin d’œil au ciel bleu

De riantes maisons qui font un clin d’œil au ciel bleu

Que pensez-vous que ce soit ?

Que pensez-vous que ce soit ?

Edit 28 septembre 2017 - Il s'agit d'une maison entièrement revêtue de verdure.

Encore une jolie maison verdoyante sur le chemin du retour

Encore une jolie maison verdoyante sur le chemin du retour

Le Point-du-Jour se définit comme étant le dernier village de Lyon. Et en souvenir de l'étang de 23 000 m2 qu'il y avait Place Bénédict Teissier, alimenté par les eaux de pluie et les ruisseaux de la colline de Sainte-Foy ... il suffit de creuser un peu pour trouver de l'eau. C'est une particularité du Point-du-Jour.

commentaires

Neuf mois

Publié le 27 Septembre 2017 par Thaddée dans Poésie Toutan

L'arbre bandé, photo prise le mardi 26 septembre 2017

L'arbre bandé, photo prise le mardi 26 septembre 2017

Neuf mois

C'est le temps qu'il t'a fallu

Pour nous porter dans ton ventre

Moi

Je te porterai dans mon ventre

Tout le reste de ma vie.

 

© Thaddée, mercredi 27 septembre 2017

Neuf mois aujourd'hui que notre petite maman nous a quittés.

commentaires

Ces films crépusculaires

Publié le 25 Septembre 2017 par Thaddée dans Filmographie

Affiches des films : Melancholia, Gravity, Interstellar

Affiches des films : Melancholia, Gravity, Interstellar

En regardant le captivant Interstellar de Christopher Nolan hier soir, j'ai compris que je me passionnais pour l'espace. Oh ce n'est pas nouveau. L'espace me fascine, parce que je ne le comprends pas. Ma grande question restée sans réponse en ce jour : où est l'espace ? Plus précisément : dans quoi est l'espace ? Car toute chose se trouve dans son contenant n'est-ce pas. Moi par exemple : je suis dans mon appartement qui est dans une rue qui est dans une ville qui est dans un pays qui est sur la Terre. Mais l'espace, dans quoi est-il ? Et la chose sans nom qui contient l'espace, dans quoi se trouve-t-elle ?
Au-delà de ces questions sans réponse j'éprouve depuis peu de la reconnaissance vis-à-vis de ces grands films qui, en plus d'être sidérants, me réconcilient avec l'existence. Oh, non pas qu'ils lui donnent un sens, car il est si terriblement inepte que nous soyons la seule forme de vie dans l'univers. Pourquoi existons-nous ? Pourquoi, puisque il nous faut passer. Que somme nous dans l'immensurable univers ? Disparaîtrons-nous comme les dinosaures ? - Auquel cas, qui se souviendra de nous ? A quoi rime notre passage sur Terre ?
Mais quand je regarde ces films je ne manque jamais de me dire : que l'Homme est petit en regard du vaste Univers sans limites, mais qu'il est grand aussi pour avoir tenté de l'appréhender. Nous faisons partie de ce Tout si ténébreusement opaque. Et cet univers avec ses planètes en équilibre au milieu de nulle part, qui tournent sur elles-mêmes avec la régularité de l'horloge, n'est-il pas la preuve en soi que rien n'est véritablement voué au néant ?
Dans ces films, du moins dans Gravity et Interstellar, l'Homme se mesure à l'espace. Il le combat, le domine et se rend maître de sa propre destinée, au même titre que les planètes affrontent et surmontent implacablement les accidents cosmiques. C'est un message de force surhumaine que nous délivrent ces images incroyables. Perdu dans l'espace sans limites l'homme va au-delà de ses propres limites. Et c'est comme si tout était orchestré par une Main que certains nomment Dieu. Je ne sais pas si je crois en Dieu. Je le sais de moins en moins. Mais je crois qu'une force supérieure nous a créés, nous protège, et nous fait passer de vies en vies. Je crois que s'il n'existait pas cette force supérieure, l'univers se serait effondré sur lui-même depuis bien longtemps. Il ne serait même jamais organisé comme il l'a fait.

Cubic Space Division, M.C. Escher, 1953

Cubic Space Division, M.C. Escher, 1953

Le film Interstellar nous propose une fin pour le moins sidérante axée sur le mystère du temps qui fait que nous sommes ici maintenant et là plus tard en même temps. Ce temps est visuellement représenté par une lourde architecture de barres qui structurent l'univers et rappellent ostensiblement, du moins à mes yeux, la lithographie Cubic Space Division de M.C. Escher. Et cet astronaute coincé dans ces barres derrière les livres de la bibliothèque qui se regarde dire adieu à sa fille, laquelle le conjure de rester, est un morceau d'anthologie proprement hallucinant. On adhère ou pas à cette plongée dans le délire qui ressemble à l'agonie d'un homme perdu dans l'espace. Mais l'audace de cette scène absurde à nos yeux qui avons les pieds sur terre, laisse espérer que nos morts sont quelque part, et qu'ils nous parlent, et que rien n'est définitivement perdu.

Une des premières images de Melancholia

Une des premières images de Melancholia

Ces trois films nous offrent des scènes pour le moins inoubliables. Je me rappelle que les premières images de Melancholia, portées par la déchirante musique de Wagner, me scotchaient sur mon siège tant leur irréalité profondément morbide était synonyme de fin du monde et partant, fin de l'humanité. La fin tout autant, si désespérément tragique. Mais le coup de couteau dans le cœur je l'ai reçu quand Charlotte Gainsbourg regarde par sa lorgnette de fortune en espérant que la planète Melancholia a disparu de son horizon visuel ... et que nous découvrons avec elle, dans un choc physique et nerveux insurmontable, qu'elle s'est au contraire rapprochée de la Terre, signe qu'elle va la percuter dans les heures qui suivent.

Sandra Bullock essayant de se relever après son amerrissage en catastrophe

Sandra Bullock essayant de se relever après son amerrissage en catastrophe

Dans Gravity, deux scènes-choc qui me laisseront un souvenir indélébile. La première, quand Sandra Bullock, seule à bord dans sa capsule, et dans le silence assourdissant de l'espace, entend tout à coup rire un homme de la Terre ... Et la seconde, quand elle se remet debout après s'être traînée sur le rivage, et que ses pieds pèsent du plomb.

La montagne n'était pas une montagne, mais une vague géante, un mur d'eau

La montagne n'était pas une montagne, mais une vague géante, un mur d'eau

Enfin, dans Interstellar, c'est le moment terrifiant où les astronautes, descendus sur une planète recouverte d'eau, aperçoivent une montagne ... qui n'est pas une montagne mais une vague géante. Et c'est à vous glacer le sang.

Interstellar, sur la planète couverte d'eau

Interstellar, sur la planète couverte d'eau

Tout ça pour dire ... Oui l'Homme est petit, mais ses combats sont grands, et sa volonté de vivre est plus forte que le plus noir, le plus dangereux des ennemis : je ne parle pas de l'espace ; j'ai nommé la mort.

commentaires

Vocation : pompier

Publié le 23 Septembre 2017 par Thaddée dans Photo et Vidéo

Place du marché, Sainte-Foy Village, ce samedi après-midi

Place du marché, Sainte-Foy Village, ce samedi après-midi

Cérémonie pour le 70e anniversaire des Jeunes Sapeurs Pompiers. Défilé en habit d’époque, démonstration de secourisme et de manœuvre, exposition de véhicules anciens et de la grande échelle, démonstration de l’équipe Cynotechnique et du GRIMP (groupe de recherche et d’intervention en milieu périlleux)...

Saint-Foy-lès-Lyon, Agenda

70ème anniversaire des Jeunes Sapeurs-Pompiers de Sainte-Foy-Lès-Lyon – 23 septembre 2017

70ème anniversaire des Jeunes Sapeurs-Pompiers de Sainte-Foy-Lès-Lyon – 23 septembre 2017

Surprise ce matin en arrivant sur la place du marché : j'avais complètement oublié qu'une animation était programmée depuis plusieurs semaines en cette journée de samedi. C'est aussi ce qui fait le charme de Sainte-Foy, son caractère haut en couleur et vivant.

Vocation : pompier

Les enfants, et quelques adultes, tentent l'aventure de grimper à la grande échelle. Sensations fortes garanties ! ... et pour rien au monde je ne m'y risquerais : j'ai le vertige !

Le rouge est mis

Le rouge est mis

Ne me demandez pas ce que c'est, je n'en ai aucune idée

Ne me demandez pas ce que c'est, je n'en ai aucune idée

Le plus beau de tous
Le plus beau de tous

Le plus beau de tous

Détails

Détails

L'ancien camion de pompiers, comme flambant neuf, est de sortie lors des Classes à la fin du mois de septembre ou dans la première quinzaine du mois d'octobre. Celle année, les Fidésiens dont l'année de naissance se termine par 7, seront à l'honneur samedi 30 septembre et se retrouveront dans le parc de la Mairie avec chapeaux et cocardes avant de défiler en fanfare dans la Grande Rue de Sainte-Foy. 

Le voilà qui défile dans les rues du Village, le 13 octobre 2012

Celui-là n'ira pas au feu. Trop jeune ;-)

Celui-là n'ira pas au feu. Trop jeune ;-)

Encore un petit coup de noyade en plein ciel ?

Encore un petit coup de noyade en plein ciel ?

Je vous laisse reprendre pied sur la terre ferme en vous souhaitant un bon week-end. A bientôt sur vos blogs pour rattraper mon retard de lecture !

commentaires

Automne, 1er jour

Publié le 22 Septembre 2017 par Thaddée dans Photo et Vidéo

Cité Cropel, Sainte-Foy

Photo prise à la Cité Cropel ce vendredi 22 septembre 2017 au matin

Photo prise à la Cité Cropel ce vendredi 22 septembre 2017 au matin

Une péniche sur le Rhône, Lyon

Automne, 1er jour

Berges de Saône, Lyon

Ma doctoresse m'a dit de me promener alors je me promène. Il en faut du courage : La Police qui bloque les routes et court de partout, la forte odeur d'urine sous les ponts, les rues bourrées d'immondices, la mendicité, l'agressivité, la promiscuité, les travaux, le souffle chaud des bus ... Mes promenades me déçoivent rarement. Celle-ci fut épuisante. J'ai quand même glané quelques jolies vues de-ci de-là.

La basilique de Fourvière vue des berges de Saône

La basilique de Fourvière vue des berges de Saône

La cathédrale Saint-Jean vue des berges de Saône

La cathédrale Saint-Jean vue des berges de Saône

Lyon vu des berges de Saône

Lyon vu des berges de Saône

Passerelle du Palais de Justice au-dessus de la Saône

Passerelle du Palais de Justice au-dessus de la Saône

Et dire que j'ai poussé, à pied malgré la chaleur affreusement lourde, jusqu'à l'Hôtel de Ville pour vous montrer la fontaine Bartholdi sur la place des Terreaux ... Elle est en travaux !

Automne, 1er jour

A sa place, le coup de cœur du jour : joli joujou rouge, il s'agit du Lyon City Tram, le petit train touristique qui arpente les ruelles étroites et tortueuses de la Croix-Rousse.

Il m'est difficile en ce moment de passer vous voir et commenter vos articles, je n'ai pas la tête à ça. De temps en temps je visite un blog. Aujourd'hui c'était celui de Zoé qui vient de perdre Mandoline, une minette qui faisait le bonheur autour d'elle et qu'elle aimait.

Je vous souhaite un bon week-end, le premier de l'automne. A bientôt.

commentaires

Le vieux village

Publié le 20 Septembre 2017 par Thaddée dans Poésie Toutan

Beauchastel, © Photo de Jean-Louis Delegue

Beauchastel, © Photo de Jean-Louis Delegue

Il y avait des hommes
Au bord de la rivière
Et je passais des heures
A contempler leur dos

 

Par dessus les rochers
Des anciennes demeures
Rendaient encor' plus gris
Les reflets gris de l'eau

 

Ce village accroché
Sur un flanc de montagne
Était aussi brutal
Qu'une hallucination

 

Je prenais en entier
Dans mes yeux pleins de larmes
Ce qui m'a fait plus mal
Qu'une folle passion.

 

© Thaddée, mercredi 20 septembre 2017

07, Beauchastel, le camping municipal Les Voiliers dans les années 70-80

07, Beauchastel, le camping municipal Les Voiliers dans les années 70-80

Explication de texte - Le poème d'aujourd'hui fait référence au camping de Beauchastel où je passais mes week-ends dans ma jeunesse. A 20 ans je m'y rendais à moto. C'est un de mes plus beaux souvenirs.

commentaires

Tête à chapeau

Publié le 19 Septembre 2017 par Thaddée dans Photo et Vidéo

Mon Saintpaulia ce mardi 19 septembre 2017

Mon Saintpaulia ce mardi 19 septembre 2017

commentaires

C'est la nuit dans ma tête

Publié le 19 Septembre 2017 par Thaddée dans Poésie Toutan

Photo prise le lundi 18 septembre 2017 avant le lever du jour

Que les arbres sont pâles
Anémié le soleil
Fleurs fanées au ruban
Sur le toit des voitures
Un mariage imparfait
Mais pour ce que ça dure
J'ai du mal en automne
A remonter la route
Si retors contre moi
Sont les craintes et le doute
Mais pire que tout autre
L'invisible démon
Qui nous souffle dessus
Pour éteindre la flamme
C'est bien la solitude
Encerclée par le vide
Comme l'île déserte
Sans nulle âme qui vive
J'aurais voulu rester
Mais si loin sont les miens
Surtout toi, ma maman
Qui n'est plus nulle part
Et les portes fermées
Sont mon seul horizon
Qui m'empêche de voir
De plus vertes saisons.

 

© Thaddée, mardi 19 septembre 2017

Etant donné le caractère personnel et déprimé de ces quelques lignes je préfère fermer l'article aux commentaires pour ne pas avoir à m'expliquer. Ne pas perdre de vue que l'écriture libère ... Merci de votre compréhension.

commentaires
1 2 > >>