Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Thaddée

"Ce qui parle le mieux de nous, ce n'est pas ce que nous disons, c'est ce que nous faisons. Je fais des livres qui parlent de moi sans le dire." TS | Actualité OB Kiwi et plates-formes de blogs, Déco blogs, Balades à Sète, Chroniques lyonnaises et fidésiennes, Escapades, Histoires de chats et d'oiseaux, Littérature, Photographie, Société, Poupées, Tricot, La vie ... Communauté : "Victor & Victoria", esprit shabby chic, romantique et cosy.

Dis, eux

Publié le 28 Décembre 2017 par Thaddée dans Poésie Toutan

 

J'aurais voulu te dire

Qu'en ce dimanche soir

Je m'en fus à la messe

 

Mais tu hais mon Église

 

Je commets en secret

Dans ma pieuse détresse

L'impardonnable faute

 

Pourtant Dieu reste Dieu

Et ça jusque dans l'auge

Que réchauffent les bêtes

 

Mon église profane

Ses monstruosités

Ses offices ineptes !

 

Si tu baissais ta garde

Ne fût-ce qu'un instant

Pour m'entendre plaider

 

Mais !

 

Un traditionaliste

N'écoute que l'abbé

Prédicateur d'enfer

 

J'ai beau dire j'ai beau faire

Ton verdict sans appel

Me condamne au silence

 

Et toutes mes prières

Sont comme lettres mortes

Et n'ont plus aucun sens.

 

© Thaddée, jeudi 28 décembre 2017

commentaires

Sale temps

Publié le 28 Décembre 2017 par Thaddée dans Poésie Toutan

Sale temps

Triste pluie triste pluie

Tu me noies de chagrin

N'est-il plus un seul jour

Où viendra le soleil ?

 

Et mon île et mon île

Mon ultime merveille

Est-elle donc si loin

Que je n'y puisse aller ?

 

J'ai si mal j'ai si froid

Sans espoir de répit

Faut-il qu'en plus de ça

Me déprime la pluie !?

 

© Thaddée, mercredi 27 décembre 2017

commentaires

La branche morte

Publié le 27 Décembre 2017 par Thaddée dans Poésie Toutan

La joie de Noël ?

Les jacinthes ?

Vous me parlez

Un langage étranger

Frangin, frangines.

J'attends toujours

Vos messages de Noël

Un sourire, un signe.

Vous fleurissez

La tombe de nos morts

C'est tout à votre honneur

Mais une branche tombe.

Et les vivants se meurent.

© Thaddée, mercredi 27 décembre 2017

   Un an que maman nous a quittés

commentaires

Quitte ta robe de tristesse

Publié le 26 Décembre 2017 par Thaddée dans Une vie comme les autres

A la messe de Noël, le prêtre nous a parlé de la robe de tristesse que nous portions. Robe de tristesse, parce que depuis plusieurs semaines il fait gris sur la région lyonnaise. Parce que nous vivons dans l'effroi. C'est dur pour le monde qui nous entoure : terrorisme, misère, catastrophes naturelles, accidents mortels ... C'est dur pour nous : les médias ne nous laissent pas respirer. De nos jours, il nous est interdit d'être heureux sous peine de passer pour des insensibles et des égoïstes. Nous réjouir à l'heure des Fêtes de fin d'année, cela paraît presque indécent. N'avons-nous pas l'obligation d'être réceptifs au malheur universel ? Est-il seulement imaginable de nous sentir bien dans nos petits souliers quand partout coulent les larmes et le sang ?

Et pourtant.

N'avons-nous pas le droit de nous sentir soulagés que le mauvais sort n'ait pas frappé nos familles ? N'est-ce pas tout simplement humain, de nous sentir joyeux en retrouvant un frère, une sœur, un petit-enfant ?

La dame en rose

 

Hier matin, j'ai écrit un article qui faisait état de mon mal-être, et même de mon déchirement tant le monde est vide autour de moi depuis que maman nous a quittés. D'ailleurs je n'ai pas encore eu le courage de répondre aux mails que certains d'entre vous m'ont gentiment écrits. J'ai du mal à communiquer. Je suis tout juste en mesure de transmettre les émotions, les sentiments qui m'étreignent et meurtrissent mon cœur en cette fin d'année. Dans ma boîte aux lettres ce matin, pas une seule carte de vœux. Je n'y ai trouvé que mon planning du mois de janvier, envoyé par la boîte où je travaille. Je suis dans l'incapacité de décrire l'amertume et le désarroi que suscite la cruelle réalité de l'abandon qui me frappe en ces jours festifs où la solitude est ma seule compagne. S'il n'y avait pas mes zanimo ...

Mais ce matin je veux quitter ma robe de tristesse, parce qu'il me faut bien reconnaître que tout n'était pas aussi noir dans la journée d'hier. En sortant de chez moi hier matin, j'ai croisé une dame en rose qui m'a adressé le plus beau des sourires en me souhaitant Joyeux Noël. Un peu plus tard je l'ai retrouvée, les bras chargés de fleurs, et là encore elle m'a donné son merveilleux sourire. En ce jour de Noël, pour la première fois depuis des semaines, le ciel était bleu. Le soleil me réchauffait doucement. Je porte cette dame rose dans mon cœur. Et je veux que ce soit elle, qui m'accompagne tout au long des Fêtes, pour me dire et me répéter qu'au fond, tout n'est pas si noir, tant qu'une inconnue vous sourit, et ne vous veut que du bien.

commentaires

Messe de Noël, la grande illusion

Publié le 25 Décembre 2017 par Thaddée dans Une vie comme les autres

Prieuré Saint-Irénée, Lyon - Fin décembre 2016
Prieuré Saint-Irénée, Lyon - Fin décembre 2016

Prieuré Saint-Irénée, Lyon - Fin décembre 2016

Dimanche 24 décembre, 11:35 - Depuis la messe basse qui s'est donnée au mois de janvier 2017 au Prieuré Saint-Irénée, en hommage à ma petite maman décédée le 27 décembre 2016, je n'ai pas pu assister à d'autres messes. Tout juste ai-je, une ou deux fois cette année, mis les pieds dans ma petite église du Bourg, me recueillir et tenter de me sentir plus près de maman. Mais la messe de Noël reste une exception. Symbole pour moi, pour tous les Chrétiens, d'espoir et de joie, elle véhicule une liesse que je n'ai trouvée nulle part ailleurs. Les gens sont heureux, ils chantent, ils se serrent les mains, ils applaudissent, il s'unissent avec effusion dans cette douce magie que représente la naissance du petit Jésus et la venue, le sempiternel retour sur Terre du Sauveur.

 

Maman, très croyante, était aussi devenue très pratiquante après le décès de papa au mois de février 2004. Je pense qu'elle trouvait dans la foi la force de surmonter son deuil. Dieu comblait le vide de l'absence. Même si je suis à des lieues de la ferveur et de la dévotion dont elle témoignait à chaque jour de sa vie, je trouve moi aussi, par moments, du réconfort à fréquenter l'église et ce soir, 24 décembre 2017, je me rends à la messe de Noël non seulement pour moi, mais aussi pour elle chez qui la prière était devenue essentielle et nécessaire, autant que l'air, la nourriture et l'eau. J'y vais, parce qu'elle aurait été heureuse de savoir que j'y vais. C'est comme un cadeau que je lui fais, tandis que va s'abolir un moment, entre elle et moi, l'effroyable distance entre la vie et la mort.

Prier et chanter pour elle ; prier et chanter avec elle.

Messe de Noël, la grande illusion

C'était hier soir, au tout début de la nuit de Noël - A l'approche de l'église, les cloches se mettent à carillonner pour rassembler les fidèles, comme elles ont carillonné  le 31 décembre 2016 à midi, au cimetière, lors des funérailles de maman. J'arrive à l'église un quart d'heure en avance ... et j'ai bien vu : l'église est bondée, pas de place pour tout le monde. Nous sommes obligés de nous serrer les uns contre les autres pour accueillir une personne de plus en bout de rangée. Trois écrans géants, disposés en arc de cercle dans la nef, font défiler des images peintes de la Nativité et les textes de prières. La célébration de Noël commence, et je me rends compte immédiatement que je ne trouverai pas ce soir le soulagement tant attendu. Les gens se vautrent sur les bancs, parlent fort et rigolent. Ils se font le triste écho de la femme qui m'a insultée le matin même, après avoir failli m'écraser sur un trottoir sous prétexte que tout est permis à  Noël Je pense à Sète, à mon échappatoire miraculeux, je pense aux gens de Sète. Et le prêtre a beau parler de famille humaine, de communauté humaine, je ne me sens plus à ma place parmi ces gens-là, qui se pointent à l'église en mini-robe avec des volants. Un peu de respect, bon Dieu, n'a jamais tué personne.

Pourtant je mettrai tout mon cœur à chanter, il y a des mots qui me parlent, Kirie eleison, Seigneur prends pitié, ces mots latins résonnent en moi lors que je me concentre de tout mon être sur la dernière image de ma belle endormie : ma maman. Le prêtre parle de résurrection et de vie éternelle et je veux bien, ce soir, y croire, j'ai besoin d'y croire un moment, pour imaginer que maman nous attend dans une sorte de douce lumière où elle n'a pas froid car ma plus grande crainte, c'est que mes parents aient froid dans leur tombe, et je m'en veux terriblement de les laisser là tout seuls dans le froid si tant est que j'arrive à réaliser mon projet de m'installer à Sète, tandis que mes sœurs monteront s'installer en Bretagne, pas loin de mon frère qui vit en Normandie depuis plusieurs années.

Presque à la fin de la messe, juste avant l'instant tant attendu de la communion qui scelle mes retrouvailles avec Dieu, nous nous retrouvons une amie et moi et sans rien nous dire, comme si cela coulait de source, nous nous embrassons et nous nous serrons très fort la main. Toutes les deux nous sommes en deuil de nos mamans. Ca rapproche.

Sur les dernières notes du Divin Enfant explose une salve d'applaudissements qui me réconcilie quelques secondes durant avec l'espèce humaine, si déconcertante par certains côtés. Cet élan unanime rachète un peu le fait que mes voisins de banc ont rechigné à me prendre la main alors que le prêtre en faisait la demande ; et que ma voisine de banc n'a pas voulu m'embrasser. Cela pourtant m'aurait fait tellement de bien, ressentir leur chaleur humaine, en finir, une fraction de seconde, avec l'intolérable sentiment de solitude et d'isolement. Mais rien à faire : les gens, ce soir, évitent le contact. Il faudra me passer de ces effusions qui réchauffent le coeur.

Je rentre chez moi, grignoter quelques bonnes petites choses devant Downton Abbey, so british, qui me séduit par son raffinement exquis. Les gens avaient de bonnes manières à cette époque-là, même s'ils étaient un peu coincés je l'avoue. 

Je serai malade cette nuit et ce matin, j'ai beaucoup de peine à marcher : ma lombalgie s'est transformée en lumbago. Cette année je n'ai pas reçu de carte de Noël à part celle de Nell. Pas de message sur mon portable ni sur ma boîte mail ce matin. Kiki n'a pas aimé la sucrine que je lai ai proposée hier matin. Félix s'est davantage intéressé à la boîte à chaussures contenant son culbuto qu'au culbuto lui-même, dont il n'a que faire. Dans quelques instants je ferai écouter quelques chants de Noël à mes petits zanimo. Je rends grâce à Dieu que Kiki soit encore avec nous pour fêter Noël. Et pour le reste ... Noël est un jour comme les autres. Encore plus triste , cette année, que les autres.

PS - Je ne veux pas vous plomber le moral un jour de Noël et je comprendrai très bien que vous n'ayez pas envie de me lire aujourd'hui. De même, j'estime que cet article est un peu trop personnel pour s'exposer aux réactions de mes lectrices et lecteurs, même si je connais votre bon cœur, c'est pourquoi je préfère le fermer aux commentaires. Je vous souhaite à tous une merveilleuse journée de Noël et je vous embrasse affectueusement. A bientôt.

commentaires

Petites digressions d'avant Noël

Publié le 24 Décembre 2017 par Thaddée dans Photo et Vidéo

Pour commencer, coup de projecteur sur mon coup de cœur d'il y a quelques jours, que j'ai  eu devant la boutique Zoé en cuisine : il s'agit d'un catalogue gratuit bien dans l'esprit des Fêtes, plein à craquer d'ustensiles de cuisine et autres objets utiles et pratiques pour la maison.

Capture d'écran du catalogue Maison à vivre (couverture)

Capture d'écran du catalogue Maison à vivre (couverture)

Le catalogue Maison à vivre automne-hiver 2017 valable jusqu'au 28 février 2018. 58 pages illustrées, dans l'art de bien s'équiper : côté cuisine (une sélection utile et innovante pour toute la cuisine), côté électro (le petit électro pour toutes vos préparations), côté boissons (pause café/thé & boissons), côté soin (une sélection de produits beauté & entretien de la maison), côté déco (objets de décoration & arts de la table pour se faire plaisir), côté cave (cocktails & les délices des vins)

Capture d'écran des pages 52 & 53 du catalogue Maison à vivre

Capture d'écran des pages 52 & 53 du catalogue Maison à vivre

Vous ne la trouverez pas sur le Net, ou très peu : l'affiche 2017 de Roger & Gallet, rutilante à l'ancienne et charmeuse en diable. Photo prise ce dimanche 24 décembre ... Il était temps : demain c'est Noël.

Affiche 2017 Roger & Gallet

Affiche 2017 Roger & Gallet

Et maintenant l'atelier Pompadour, artisan-tapissier-décorateur au féminin puisque c'est Noémie Baraillon qui restaure les sièges défraîchis. Dès que j'arrive en vue de la boutique ... surprise : quelque chose a changé.

Atelier Pompadour, Sainte-Foy-lès-Lyon : elle était verte

Atelier Pompadour, Sainte-Foy-lès-Lyon : elle était verte

Rappelez-vous comme elle était d'un beau vert pomme, la chaise qui sert d'enseigne à l'atelier Pompadour !  - Visez-moi un peu ce changement !

Petites digressions d'avant Noël

C'est la même repeinte en rose. Sur le coup je me suis dit que je la préférais en vert. Après coup je me dis qu'elle rend bien comme ça, en rose. Et puis ... c'est peut-être pour mieux s'assortir à un certain oiseau ...

Petites digressions d'avant Noël

Mais que se passe-t-il en vitrine ? - Par un temps grisaillant qui pleuviote je m'approche de la devanture et là qui je vois ? - Un Charly. Mais Charly n'est pas à la fête ce matin. Il a son petit air tristounet des mauvais jours. A aucun moment il n'a voulu prendre la pose et me regarder. 

Petites digressions d'avant Noël

Et pourtant ...

Petites digressions d'avant Noël

Il est en bonne compagnie Charly ! Voici le flamant rose, royalement assorti à la chaise repeinte en rose. Qui a dit que Noël n'était pas rose ? Et la vie Charly, pourquoi ne vois-tu pas la vie en rose aujourd'hui ?

Petites digressions d'avant Noël

Côté déco, ce beau fauteuil en chantier à l'atelier Pompadour, les bras chargés de tissus et de boules de Noël. Une déco comme je les aime, pas trop apprêtée, en gris-blanc pour la sobriété.

Après ces quelques petits clins d’œil du jour je souhaite un bon Réveillon à celles et ceux d'entre vous qui auront ce soir et cette nuit l'occasion de briller en société, pour les autres douce soirée, douce nuit de Noël. Kiki, Félix et moi on vous embrasse bien affectueusement en cette journée pas vraiment comme les autres. En plus ça tombe un dimanche.

commentaires

Les trésors de Nell

Publié le 21 Décembre 2017 par Thaddée dans Echange et Partage

Vous vous souvenez certainement des petits animaux crochetés que Nell nous présentait sur son blog le 22 novembre dernier :  Félix le chat, Choukette la chouette, Nougat l'oursonne et Gaspard le chien. Ce matin j'ai eu le très grand plaisir de recevoir chez moi Choukette la chouette et Félix le chat. Mais le colis contenait bien d'autres petits trésors que je m'en vais de ce pas vous montrer. Ouvrez grand vos yeux, tout est tellement mignon !

Choukette et Félix. Derrière eux, le calendrier 2018 des Chats de l'Hôpital

Choukette et Félix. Derrière eux, le calendrier 2018 des Chats de l'Hôpital

J'ai d'abord fait sentir le paquet à mon Félix avant de déballer. Quand il a senti le Félix de Nell, mon Félix à moi s'est littéralement rué dessus. Il a fallu soustraire le petit personnage en laine à ses ardeurs, par mesure de précaution.

Les trésors de Nell

Re-voici Félix et le petit oiseau, je pense en pâte fimo mais ce n'est pas sûr, je n'y connais rien. Le petit oiseau semble avoir perdu son aile dans le transport, ce n'est rien, je la recollerai. L'aile n'est pas cassée, tout va bien.

Les trésors de Nell

Et voici le cœur à suspendre, petit trésor shabby chic garni d'un nœud et piqué d'une perle. A côté, la carte de voeux constellée d'étoiles scintillantes, avec ses deux petits zoziaux duveteux dont un se cache dans la chaussette du Père Noël.

Les trésors de Nell

Le cœur, encore, un peu plus à la lumière, en compagnie de Père Noël et de mon bonhomme de neige. Ce joli cœur est une surprise, je ne m'y attendais pas, et il me fait vraiment très-très plaisir.

Les trésors de Nell

C'est comme si Nell avait deviné que j'aimais beaucoup les cœurs shabby chic. Rappelez-vous, si vous me connaissiez à cette date, Lisa en avait joint un, de sa confection, dans son colis. C'était en 2014. A la suite de la fermeture de Little Market, Lisa expose désormais ses créations sur le Grand Marché. Vous pouvez jeter un coup d’œil à sa boutique en ligne dont je vous indique l'adresse ci-dessus ▲, je vous assure que vous ne serez pas déçus, Lisa a beaucoup de savoir-faire et d'inspiration !

Ici, nous voyons bien la jolie carte de vœux. Que d'attentions délicates, Nell !

Ici, nous voyons bien la jolie carte de vœux. Que d'attentions délicates, Nell !

L'oiseau fumo sur mon petit sapin de noël rouge

L'oiseau fumo sur mon petit sapin de noël rouge

Les petits chaussons rouges à bouton bleu, retenus par un ruban vichy

Les petits chaussons rouges à bouton bleu, retenus par un ruban vichy

Choukette et Félix vous souhaitent de jolies Fêtes de Noël

Choukette et Félix vous souhaitent de jolies Fêtes de Noël

Vous pensez forcément comme moi : que de gentillesse ! ... Je n'en reviens pas. Spontanément, comme ça, Nell m'a fabriqué ses petits animaux et me les a envoyés par la Poste, juste à la veille des Fêtes de Noël. Un cadeau qui me fait chaud au cœur, plus encore que je ne saurais le dire ! ... Un colis rempli de surprises et de délicatesse, un colis pour me dire que nous ne sommes plus seuls dès lors que nous fréquentons les blogs. Je compte parmi vous de vrais amis qui se sont manifestés et m'ont soutenue quand j'ai perdu ma petite maman, ou que j'ai eu des galères avec certains commentaires désobligeants ... et ça dure depuis des années, et je vous en remercie. Nell, tes cadeaux me comblent de joie, et sois bien sûre que mon Félix les apprécie autant que moi ♥♥♥ !!!

commentaires

Maman les "p'tits" bateaux ...

Publié le 19 Décembre 2017 par Thaddée dans Photo et Vidéo

Maman les "p'tits" bateaux ...

Seconde partie de mon escapade à Sète. J'ai quitté La Pointe Courte et je m'achemine vers la mer qui se trouve de l'autre côté de la ville. Il faut compter environ 3/4 d'heure de marche à travers les multiples canaux. Il y a des bateaux à tous les coins de rue. C'est pour ça que j'aime autant cette île, et pour sa tonalité dominante : du bleu, du bleu, du bleu.

Maman les "p'tits" bateaux ...

Je me rends bien compte que cet article-ci est moins attrayant que le précédent. L'étang de Thau m'a pompé toute mon inspiration ...

Les mastodontes des mers
Les mastodontes des mers
Les mastodontes des mers

Les mastodontes des mers

La Pointe Courte n'a rien à envier aux entassements de toute sorte sur les quais de Sète
La Pointe Courte n'a rien à envier aux entassements de toute sorte sur les quais de Sète
La Pointe Courte n'a rien à envier aux entassements de toute sorte sur les quais de Sète

La Pointe Courte n'a rien à envier aux entassements de toute sorte sur les quais de Sète

Maman les "p'tits" bateaux ...

C'est très étrange comme je me sens en sécurité près des chalutiers. Ils me sont familiers depuis toujours, ils me rassurent et me réconfortent. L'un d'eux était ouvert à la visite mais le temps m'était compté ...

D'un blanc si laiteux

D'un blanc si laiteux

Rouge matador. Nous sommes à moins de 100 km de Nîmes et de ses arènes.
Rouge matador. Nous sommes à moins de 100 km de Nîmes et de ses arènes.
Rouge matador. Nous sommes à moins de 100 km de Nîmes et de ses arènes.

Rouge matador. Nous sommes à moins de 100 km de Nîmes et de ses arènes.

Vous voyez le bateau touristique, rouge et jaune, derrière les nasses ?

Vous voyez le bateau touristique, rouge et jaune, derrière les nasses ?

Un restaurant ... à quelques encablures de la mer

Un restaurant ... à quelques encablures de la mer

Ce gentil goéland s'est trouvé confus quand je l'ai surpris fouillant dans la poubelle

Ce gentil goéland s'est trouvé confus quand je l'ai surpris fouillant dans la poubelle

Maman les "p'tits" bateaux ...

Alors vous allez me dire : et la mer !? tu n'as pas photographié la mer !

Non, je n'ai pas photographié la mer. J'ai photographié l'étang de Thau. Il ne me restait plus assez de temps pour longer la Promenade Maréchal Leclerc en direction de la Corniche et des plages.

Mais vous pouvez retrouver toutes mes photos de Sète dans les trois albums dont je vous indique l'adresse ci-dessus ▲. Cliquez sur les vignettes pour voir en plus grand. Bonne semaine à tous. Kiki, Félix et moi on vous embrasse. A bientôt !

commentaires

Vous aimez le gris-blanc ?

Publié le 18 Décembre 2017 par Thaddée dans Photo et Vidéo

Vous aimez le gris-blanc ?

Ce matin en me levant, comme pour tous les Lyonnais, surprise ! Une épaisse couche de neige nappe la terre et les toits. Tout le paysage en est métamorphosé. La grisaille ambiante a laissé place à l'esprit de Noël, un gris-blanc troué par les fenêtres éclairées, les phares de voitures. Pauvres totos qui s'embourbent. Et les piétons rament. Plein de gens n'ont pu honorer leurs rendez-vous, car pratiquement impossible de rouler. Pas de bus. C'est le jour des mille-pattes où presque tout le monde se retrouve à pied, vaille que vaille, entre piétinements et dérapages incontrôlés. Un bon coup de neige ça vous change la vie. Tout paraît plus petit, plus intime et plus réjouissant. Au-delà de la galère des transports et des déplacements, les Fidésiens sont plutôt calmes et souriants, comme si le mauvais temps, les mauvais jours étaient derrière eux. Chez nous, la neige est rare en décembre. C'est donc un cadeau du ciel en cette fin d'année.

Le Bourg et son église
Le Bourg et son église
Le Bourg et son église
Le Bourg et son église
Le Bourg et son église
Le Bourg et son église
Le Bourg et son église
Le Bourg et son église
Le Bourg et son église
Le Bourg et son église

Le Bourg et son église

Vous aimez le gris-blanc ?
Vous aimez le gris-blanc ?
Vous aimez le gris-blanc ?
Vous aimez le gris-blanc ?
Vous aimez le gris-blanc ?
Vous aimez le gris-blanc ?
Vous aimez le gris-blanc ?
Vous aimez le gris-blanc ?

Esplanade de Lichfield, la Vierge et l'arrière de l'église. Sur la dernière photo (bleue), vue sur Lyon ... qu'on discerne à peine. Je n'ai pas du tout retouché les couleurs, elles sont naturelles.

Avenue Valioud, en sortant du Village
Avenue Valioud, en sortant du Village
Avenue Valioud, en sortant du Village
Avenue Valioud, en sortant du Village
Avenue Valioud, en sortant du Village
Avenue Valioud, en sortant du Village
Avenue Valioud, en sortant du Village
Avenue Valioud, en sortant du Village
Avenue Valioud, en sortant du Village
Avenue Valioud, en sortant du Village

Avenue Valioud, en sortant du Village

Voilà pour un monde en noir et blanc taché de quelques feuilles jaunes qui persistent à s'accrocher aux branches. Une parenthèse poétique, éphémère, à la veille de l'hiver. Et chez vous, neige-t-il ? - Je vous souhaite un bon début de semaine, attention aux glissades !

commentaires

Mon intemporel étang de Thau

Publié le 17 Décembre 2017 par Thaddée dans Photo et Vidéo

En attendant mon train

La gare de La Part-Dieu

La gare de La Part-Dieu

Arrivée très-très en avance à la gare mais j'avais tellement peur de rater mon train comme au mois d'octobre. Rappelez-vous : ma Kiki m'avait fait un petit chantage affectif pour m'empêcher de partir !

La future place Béraudier, Lyon 3, devant la gare de La Part-Dieu
La future place Béraudier, Lyon 3, devant la gare de La Part-Dieu
La future place Béraudier, Lyon 3, devant la gare de La Part-Dieu

La future place Béraudier, Lyon 3, devant la gare de La Part-Dieu

La Pointe Courte sur l'étang de Thau

Mon intemporel étang de Thau

C'est par là qu'on arrive à La Pointe Courte. Plutôt inhabituel comme accès non ? Du reste, pas de panneau indicateur. Rien. C'est comme un cercle privé réservé aux seuls initiés. Il faut savoir, c'est tout.

Première vue sur La Pointe Courte. On en prend plein les yeux.

Première vue sur La Pointe Courte. On en prend plein les yeux.

J'ai appris deux choses en retournant à Sète pour la troisième fois cette année. Et d'une, je crois préférer l'étang de Thau à la mer, et pourtant la mer je l'aime depuis toujours, même si elle m'a pris mon ballon rouge, même si ses rochers m'ont fait un trou dans le genou. L'étang de Thau, c'est une ruée de flots, d'un bleu presque insoutenable tant il est beau, et il fait si gros dos qu'il est à portée de main. Le deuxième point, c'est que je préfère Sète l'hiver que l'été.

Je sens que je retrouve une inspiration perdue depuis longtemps

Je sens que je retrouve une inspiration perdue depuis longtemps

Mon intemporel étang de Thau

Toutes les habitations de La Pointe Courte sont aussi pittoresques que celle-ci. Elles sont alignées le long de rues et de passages rectilignes qui quadrillent toute La Pointe Courte. Dans les traverses on ne peut guère passer : les habitants garent leur voiture au beau milieu de la rue, pile devant chez eux. Ici pas de police, pas de règlement, pas d'interdiction : chacun fait comme il veut. Ce qui donne au final un heureux enchevêtrement d'éléments de déco très personnels, et de baraques en bois croulant sous les filets de pêche. C'est le paradis des aigrettes et des goélands, des chiens et des chats.

Mon intemporel étang de Thau
Mon intemporel étang de Thau
Mon intemporel étang de Thau
Mon intemporel étang de Thau
Mon intemporel étang de Thau

Vous voyez le linge qui sèche à l'air libre ? - Et quand je dis l'air libre, ce n'est pas une vue de l'esprit : il souffle un vent du Nord si brutal qu'il me fait perdre l'équilibre et m'arrache presque l'appareil des mains. Mais encore : quand je pense ! ... qu'à Lyon comme partout ailleurs sans doute, les copropriétés interdisent aux résidents d'étendre leur linge sur leur balcon ! - Ce qui fait de La Pointe Courte, à mon sens, non seulement une enclave hors du temps, mais aussi hors la loi. C'est le vent de la liberté qui souffle sur ce minuscule village de pêcheurs de de chats !

Mon intemporel étang de Thau
Mon intemporel étang de Thau
Mon intemporel étang de Thau

Les trouées entre barques, cordages et pilotis laissent apparaître, de loin en loin, le bleu époustouflant de l'étang de Thau, un bleu foncé, soutenu, qui fait penser aux mers du Sud. J'éprouve un vrai contact physique avec cette eau turbulente qui se jette à mes pieds, me gicle au visage, et ça, si c'est pas de l'amour je ne m'y connais pas.

Immuable depuis des siècles

Immuable depuis des siècles

Mon cœur se sent à sa place. Mon cœur se sent chez lui.

Mon cœur se sent à sa place. Mon cœur se sent chez lui.

JE ME SENS REVIVRE !!!

JE ME SENS REVIVRE !!!

Je fais ce rêve éveillé d'un étang que j'aime et qui m'aime, et qui n'est chaque fois ...

Je fais ce rêve éveillé d'un étang que j'aime et qui m'aime, et qui n'est chaque fois ...

Mon intemporel étang de Thau
Mon intemporel étang de Thau
Mon intemporel étang de Thau

Je poursuis ma promenade, les mains gelées sur l'APN. Le vent me malmène mais qu'importe, je retrouve un sens, une saveur à la vie que j'avais perdus depuis plus d'un an. Il me semble que vivre, c'est avoir avant tout des sensations, des émotions, ressentir de ces bouleversements de l'être qui vous emportent au-delà de tout ce que vous pouvez concevoir. L'étang de Thau, cette fois, était plus qu'un but de promenade, un point de chute : il fut une révélation. Je sais maintenant qu'il existe sur Terre, à ma portée, quelque chose qui me fait me sentir en vie.

Et toujours de ces baraquements insolites qui jalonnent la pointe de l'île

Et toujours de ces baraquements insolites qui jalonnent la pointe de l'île

Voilà à quoi ressemblent toutes les rues de La Pointe Courte : elles sont toutes droites !

Voilà à quoi ressemblent toutes les rues de La Pointe Courte : elles sont toutes droites !

J'ai du mal à m'engager dans les rues, du mal à quitter mon étang de Thau

J'ai du mal à m'engager dans les rues, du mal à quitter mon étang de Thau

Beaucoup, beaucoup de chats sur le seuil de ces jolies maisons

Beaucoup, beaucoup de chats sur le seuil de ces jolies maisons

Mon intemporel étang de Thau
Mon intemporel étang de Thau
Mon intemporel étang de Thau

Je vous l'accorde : ici, les décorations de Noël ne sont pas du meilleur goût, mais n'est-ce pas ce qui fait l'identité de La Pointe Courte ? - Un sens développé du désordre et de l'accumulation. C'est l'esprit qui règne ici.

Mon intemporel étang de Thau

On a tous un endroit dans le cœur qui nous donne l'impression d'y avoir habité, peut-être dans une vie antérieure, et le désir de retourner y vivre sans perdre plus de temps.

Mon intemporel étang de Thau
Mon intemporel étang de Thau
Mon intemporel étang de Thau

Derniers pas sur les quais encombrés de La Pointe Courte. Je resterais bien là, mais le vent me gèle sur pied, et puis il faut quand même que j'aille voir la mer. Je n'ai que deux heures devant moi pour traverser la ville à travers les canaux, revenir à la gare pour prendre mon train.

Cette nuit il a neigé sur Sainte-Foy. Ce matin il neigeait encore. Les gens sourient, parce que cette fois ça sent vraiment les Fêtes de fin d'année. Moi je me prépare un lumbago d'enfer. Et Kiki vient encore d'avoir un incident respiratoire dont elle s'est relevée plutôt vite, et vaillamment. C'est encore un petit miracle. Elle est ma petite merveille. Bon dimanche à tou(s)tes ← écriture inclusive.

commentaires
1 2 > >>