Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Thaddée

"Ce qui parle le mieux de nous, ce n'est pas ce que nous disons, c'est ce que nous faisons. Je fais des livres qui parlent de moi sans le dire." TS | Actualité OB Kiwi et plates-formes de blogs, Déco blogs, Balades à Sète, Chroniques lyonnaises et fidésiennes, Escapades, Histoires de chats et d'oiseaux, Littérature, Photographie, Société, Poupées, Tricot, La vie ... Communauté : "Victor & Victoria", esprit shabby chic, romantique et cosy.

Kairos

Publié le 16 Octobre 2010 par Thaddée Sylvant in Les blogs et moi

Je remercie le visiteur qui a réagi sur les dernières lignes de mon article "Pour vous, l'enfer, c'est quoi ? ". Il s'agissait de la dernière proposition d'un questionnaire (issu du Pèlerin). A la question : "Qu"aimeriez-vous dire à Dieu ?" j'ai répondu : "Fais-moi signe, pour me convaincre que tu existes vraiment".

A vrai dire je trouvais ces mots des plus anodins et pourtant quelqu'un m'a répondu. Sa réponse m'a fait réfléchir et j'en ai conclu : Pour croire en un signe de Dieu, il faut, me semble-t-il, croire en Dieu.

Sinon comment pourrait-on savoir, sentir, que Dieu s'adresse à nous ?

 

C'est pour ce visiteur que je recopie les quelques lignes d'un article extrait du Pèlerin N°6667 Jeudi 9 septembre 2010, un numéro dédié au film Des hommes et des dieux, Grand Prix du Festival de Cannes, qui raconte les tragiques derniers mois des moines de Tibhirine en Algérie.

 

Des hommes et des dieux

 Des hommes et des dieux, Photo du film

© Mars Distribution

 

"... Un jour d'avril dernier, j'ai vécu une sorte d'illumination, dont je n'ai pas envie de faire une publicité particulière. Elle m'est arrivée avec force et paradoxe : une intensité, suivie d'un silence. Le moine de Tamié avec qui je corresponds m'a parlé du "kairos". Ce terme grec désigne en théologie ce temps pendant lequel Dieu s'adresse à vous. J'essaie de le décrypter. Ce n'est ni simple ni fini."

 

Lambert Wilson (Frère Christian dans le film)

Propos recueillis par Philippe Royer

Commenter cet article