Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Thaddée

"Ce qui parle le mieux de nous, ce n'est pas ce que nous disons, c'est ce que nous faisons. Je fais des livres qui parlent de moi sans le dire." TS | Actualité OB Kiwi et plates-formes de blogs, Déco blogs, Balades à Sète, Chroniques lyonnaises et fidésiennes, Escapades, Histoires de chats et d'oiseaux, Littérature, Photographie, Société, Poupées, Tricot, La vie ... Communauté : "Victor & Victoria", esprit shabby chic, romantique et cosy.

Une vie très, très privée

Publié le 2 Octobre 2010 par Thaddée Sylvant in Les blogs et moi

Avant de retourner sur ma messagerie lire vos e-mails et y répondre je voudrais revenir encore une fois sur cette question de blog fermé aux commentaires ... qui vous embête et me tracasse : ce n'est pas moi qui me casse la tête, c'est vous qui insistez ! - L'article le plus lu depuis sa parution ce 26 septembre, c'est Blog et commentaires au détriment de tous mes autres articles.

Je ne l’oublie pas : c’est votre présence, ce sont vos commentaires, qui ont construit ma poésie, surtout sur Orange. Je voudrais en profiter pour remercier celles et ceux qui sont plus ou moins directement à l’origine des Crypties. Je n’aurais pas écrit autant de poèmes s’il n’y avait eu personne pour les lire et m’en parler.

Dans un précédent article j’écrivais que les com sur mes écrits, je les trouvais absurdes et dérangeants. C’est très méchant, surtout si ces propos sont pris au premier degré.

Je souhaiterais m’expliquer là-dessus.

Ça fait un bon moment que je traîne sur les blogs. Ça fait 3 ans. Du coup certains d’entre vous ne peuvent plus me lire sans garder à l’esprit que c’est moi l’auteur des poèmes et des romans qu’ils lisent. Il s’établit un rapport direct entre auteur/écrit. Cela n'a plus rien d’objectif et me gêne d’autant plus que tout écrit, sous quelque forme qu’il se présente, est forcément très personnel. En publiant je me dévoile. Tout au moins, je donne à voir une partie de moi-même (et pas la moindre ni la moins noire). Ainsi quand vous me commentez vous « commentez » autant l’auteur que le texte. Vous me dites « je te retrouve bien là ». La lecture seule n’est plus possible : s’y mêlent indistinctement le souvenir de mes incursions dans le scrap, la photo, le journal intime, etc et s’y mêlent bien sûr des émotions qui, chez certains, se sont même transformées en sentiments.

Bon. Moi non plus je ne suis pas une pierre, il y a des blogueurs que j’aime bien et je ne vois pas pourquoi je m’en cacherais.

Ceci dit ! … la mise en ligne d’Amor me poserait vraiment problème si je l’exposais à vos interventions directes. J’ai besoin de « vous tenir à distance » si j’espère publier jusqu’au bout ce roman sur mon blog. Chacun peut y réagir : mais en privé, par e-mail. Les commentaires de mes "fidèles visiteurs", à même le blog, risqueraient d'influencer les nouveaux venus qui n'ont jamais rien lu de moi.

Si j’avais un blog-photo : il serait ouvert aux commentaires. Mais un blog-écriture est vraiment très très personnel, on y livre beaucoup de soi-même, on se fait vite juger à travers ses textes, et je n’ai pas envie qu’on entre de trop dans « ma vie très privée ».

 

J'ai moi-même de plus en plus de mal à commenter l'écriture des autres. Je préfère lire et rester en retrait.

 

Ne pas tout mélanger

En réactivant mon blog Papier de Verre, j'ai pris le parti d'en faire (à défaut d'un site d'auteur) un blog littéraire. Il n'est pas question d'y mélanger littérature et vie privée, littérature et sentiments.

Mais avant-hier j'ai fait la découverte d'un blog pour lequel j'ai eu un véritable coup de foudre. Une esthétique, une originalité, une liberté de ton qui m'ont fait regretter les versions antécédentes de mon blog, archi-décoré, créatif, "scrapbooké" ! Mon blog tel qu'il se présente aujourd'hui m'est apparu soudain bien rigide et bien sec, voire très limité, tant dans sa forme que dans son expression. J'ai regretté mes délires et mes dérives. J'ai regretté... de n'être plus aussi libre et de ne pas avoir un blog aussi beau que celui de Garo.

Je n'arrête pas de répéter pour essayer de m'en convaincre : "C'est un blog littéraire, c'est un blog littéraire, il faut que tu gardes à l'esprit, que tu respectes aussi, les grandes lignes directrices et les limites que tu t'es fixées. Ne déborde pas. Ne t'épanche pas ! Écris, point barre".

 

Écris, point barre. Et tant pis pour les commentaires, le décorum et la créativité.

Commenter cet article