Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Thaddée

"Ce qui parle le mieux de nous, ce n'est pas ce que nous disons, c'est ce que nous faisons. Je fais des livres qui parlent de moi sans le dire." TS | Actualité OB Kiwi et plates-formes de blogs, Déco blogs, Balades à Sète, Chroniques lyonnaises et fidésiennes, Escapades, Histoires de chats et d'oiseaux, Littérature, Photographie, Société, Poupées, Tricot, La vie ... Communauté : "Victor & Victoria", esprit shabby chic, romantique et cosy.

une vie comme les autres

Félix

Publié le 10 Mars 2018 par Thaddée dans Une vie comme les autres

Félix est malade. Et je ne sais pas encore de quoi. Mercredi en fin d'après midi, je le conduis chez le véto pour faire un bilan, car il miaule énormément depuis deux mois et je ne veux pas qu'on passe à côté de quelque chose d'important. La visite est plutôt rassurante : examen clinique normal ; les reins vont bien. Son problème, c'est la thyroïde, qu'on n'arrive pas à stabiliser. Les croquettes spécial thyroïde ne règlent pas le problème. Le véto me parle alors d'un médicament liquide à lui administrer directement dans la bouche. En fin de semaine je prévois d'aller chercher à la clinique un de ces médicaments entamés, pour voir si Félix accepte de le prendre.

Félix

Dès jeudi matin, j'observe que Félix a de la diarrhée. Le soir il commence à vomir. Il vomit toute la nuit, quatre ou cinq fois. Au réveil le matin je m'aperçois qu'il n'a pas touché ni ses croquettes ni son eau.

Image du Blog mamietitine.centerblog.net
Source : mamietitine.centerblog.net sur centerblog.

Le vendredi est une journée de travail particulièrement chargée. Néanmoins, je prends une demi-heure pour porter en urgence mon chat à la clinique. Mon véto est sur le départ, c'est sa confrère qui examinera Félix. Après avoir décrit les symptômes, exprimé mon inquiétude, je repars au travail en laissant Félix à la clinique ; il y restera toute la journée, car je n'ai pas de créneau de libre pour venir le reprendre.

Image du Blog ancoco.centerblog.net
Source : ancoco.centerblog.net sur centerblog.

Quand je repasse chez moi en fin de matinée, aucun message. La vétérinaire femme n'a pas daigné m'appeler pour me donner de ses nouvelles. Je dois attendre 14 heures, la réouverture de la clinique, pour appeler moi-même et en savoir un peu plus sur son état. La secrétaire me répond qu'il n'a pas vomi jusque là et qu'il a l'air plutôt bien.

Image du Blog mamietitine.centerblog.net
Source : mamietitine.centerblog.net sur centerblog.

Après mon travail, à 18 heures et quelque, je passe récupérer mon Félix. On lui a fait deux injections anti-nausée. C'est à dire qu'on a traité les symptômes (en l'occurrence les vomissements à répétition) sans chercher plus loin. Les causes peuvent être nombreuses. Mais le chat m'a l'air stable et je rentre avec lui pour le plus grand bonheur et soulagement de Kiki qui a passé la journée toute seule. Félix reprend ses aises. Il a l'air bien. 

Félix

J'ai deux médicaments à lui donner : du Phosphaluvet pour lui plâtrer l'estomac, et de l'Emeprid. Après la prise d'Emeprid ce matin il se met à baver puis se prostre devant son bol d'eau. Depuis, il n'a guère bougé. Inutile de vous dire que je m'inquiète beaucoup, voyant qu'il ne va pas mieux et ne sachant pas de quoi il souffre. Si les autres cliniques vétérinaires n'étaient pas si loin pour moi qui suis à pied je changerais illico de crèmerie parce que je n'ai aucune confiance en la vétérinaire femme qui ne m'a pas téléphoné pour me donner des nouvelles et ne m'a pas adressé la parole lors de mon passage le soir pour récupérer mon Félix. Quant à son vétérinaire homme, il est de moins en moins disponible, terminant tôt ses journées et ne travaillant pas certains jours. Ca devient compliqué de faire soigner correctement mon Félix.

Image du Blog holaf44.centerblog.net
Source : holaf44.centerblog.net sur centerblog.

Ce week-end je le laisse tranquille à moins d'une crise grave et je vais l'observer. Je verrai en début de semaine prochaine s'il y a une amélioration. Pour l'instant il dort en boule sur le lit, je n'ose pas le déranger pour lui faire prendre son Phosphaluvet, je verrai plus tard quand il sera réveillé. Félix aura 14 ans au mois de juillet prochain.
PS -
Je viens d'essayer de lui donner son Phosphaluvet, je n'ai pas réussi. C'est un médicament pour chien avec une grosse seringue pas du tout adaptée à la petite bouche des chats. Il y  en a plus par terre que dans le ventre du chat.

commentaires

Souvenirs souvenirs

Publié le 3 Mars 2018 par Thaddée dans Une vie comme les autres

Sur la route du Tonkin, 16 octobre 2016

Sur la route du Tonkin, 16 octobre 2016

Quand j'ai repensé à toutes les photos que j'avais prises l'année dernière, en 2017, une seule m'est revenue à l'esprit. Pas une de Sète, ou de Nîmes, ou de Vienne, ou d'Annecy, ou de l'Île Barbe, ou du Parc de La Tête d'Or, ou du Jardin de La Bonne Maison, mais un cliché pris à travers le carreau sale d'un bus alors que j'étais en route pour la clinique du Tonkin où était hospitalisée ma maman. Et ce n'était pas en 2017 mais le 16 octobre 2016. Les photos qui nous marquent le plus ne sont donc pas forcément les plus récentes ou les plus exotiques ou les plus réussies. Il peut s'agir d'une vue tout à fait banale mais qui, à l'instant même où nous la mettons en boîte, soulève en nous une émotion particulière en éveillant des souvenirs, ou des sensations, peut-être enfouis profondément en nous. Quelque chose de notre enfance. C'est là que nous nous apercevons : que nous n'oublions rien.

La photo est extraite de l'article datant du 16 octobre 2016, intitulé Road Photography.

Image du Blog holaf44.centerblog.net
Source : holaf44.centerblog.net sur centerblog.
commentaires

La vie comme elle va

Publié le 25 Février 2018 par Thaddée dans Journal d'un écrivain, Une vie comme les autres

Metropolis de Fritz Lang

Metropolis de Fritz Lang

Bonjour à toutes, à tous, et merci de vos commentaires et de votre compréhension. Je ne fais pas souvent acte de présence sur les blogs en ce moment. J'écris beaucoup. Du reste, j'ai bientôt fini mon livre. Reste une vingtaine de pages à écrire, et ce qui devait être le tome 2 sera finalement la deuxième partie d'un roman dont le premier jet représentera grosso modo 150 pages.
Il y aura peut-être un préquel, un grand flash-back sur les vies antérieures de mes personnages.

Préquel (nom masculin) - Épisode d'une œuvre dont l'action se situe avant celle des épisodes précédents.

La vie comme elle va

Sinon, il n'y a pas grand-chose à dire. Voilà quelques mois, il y a eu le feu dans cette belle maison du bourg, sur les flancs de laquelle on peut admirer une fresque murale. On ne voit pas trace de l'incendie à l'extérieur mais l'accès de la Caisse d'Epargne est bloqué, peut-être pour plusieurs mois encore, ce qui oblige les villageois à effectuer leurs opérations bancaires (consultation des comptes, virements, dépôts d'espèces, etc) dans une autre agence.

La vie comme elle va

L'église du bourg est en passe d'être restaurée. Les travaux dureront deux ans. Voilà qui me rassure. Il y a quelques années de ça, une cliente me disait qu'on allait la raser et j'ai répondu : Une église c'est le cœur d'un village. Si on arrache son cœur au village, je m'en irai. Les anges du ciel ont entendu ma promesse, ils ont fait le nécessaire.

La vie comme elle va

Kiki se maintient grâce à l'antibiotique et l'anti-inflammatoire. Elle souffre de quelques petits accès d'éternuement sans gravité. C'est une petite perruche très active et très participative. Elle me siffle à longueur de temps, ça me fait trop rire.

La vie comme elle va

La santé de Félix me donne quelques inquiétudes. Il hurle jour et nuit. Le vétérinaire dit que ça vient de l'hypertension, due à ses problèmes de thyroïde. A part ça il mange bien, il est très câlin, et toujours aussi coquin.

 

Je vous embrasse toutes et tous très fort en renouvelant mes excuses pour mon absence prolongée, mais le blogging n'est guère conciliable avec le travail d'écriture. Il faut bien choisir. Vous me comprenez  ت ?

commentaires

Des jardins et des livres, etc.

Publié le 14 Février 2018 par Thaddée dans Lugdunum à tous les temps, Journal d'un écrivain, Une vie comme les autres, Les blogs et moi

Derniers jours d'un jardin extraordinaire

© Photo Odile Masquelier, Jardin de La Bonne Maison

© Photo Odile Masquelier, Jardin de La Bonne Maison

C'est un article fourre-tout que je vous propose comme souvent en ces jours où je n'ai pas le temps de fouiller un seul sujet. Je vais commencer par une mauvaise nouvelle. Odile Masquelier, propriétaire du Jardin de La Bonne Maison à La Mulatière, nous annonce par mail que les difficultés matérielles s'amoncellent et que La Bonne Maison fermera probablement au grand public à la fin de l'automne 2018. Le jardin rouvre au public ce jeudi 1er mars, et nous vivrons par conséquent son dernier printemps.

Un premier livre qui n'a pas dit son dernier mot

Source : http://www.scaphandrier.ch/

Source : http://www.scaphandrier.ch/

Mardi 13 février - Pour sauter du coq à l'âne ... j'ai pris très récemment la décision de donner suite au roman que j'ai terminé il y a quelques jours, en écrivant un deuxième tome. En effet, à la fin du livre je lâchais mes personnages dans une situation rocambolesque, laquelle exigeait me semble-t-il quelques développements. Ce matin j'ai commencé à effectuer mes premières recherches pour planter clairement le décor et nourrir au mieux l'intrigue ... déjà haute en couleur !

Une douleur à couper le souffle

 

Mardi 13 février - Deuxième mauvaise nouvelle, je me suis fait très mal aux côtes. Douleur intense, importante gêne respiratoire. Demain je fais une radio, je saurai si je me suis cassé une ou plusieurs côtes ou si je souffre d'une déchirure intercostale. En tout cas le poumon n'est pas touché. Pour l'heure, de l'Ixprim et des anti-inflammatoires calment la douleur. Je suis au repos pendant une semaine minimum.

Mercredi 14 février - Déchirure musculaire intercostale. Fracture ou déchirure, dans les deux cas même traitement. Il faut compter six semaines pour que la douleur disparaisse complètement.

Ces sites qui nous parasitent

Mercredi 14 février 2018, capture d'écran du site auJardin.info

Mercredi 14 février 2018, capture d'écran du site auJardin.info

Ce n'est pas la première fois que je me fais avoir. Quand je visite un site et qu'on me demande l'autorisation de me géolocaliser j'accepte bêtement. Et ce faisant ... je m'abonne, à mon insu, à la Newsletter du site en question. De là, paraissent dans le coin inférieur droit de mon écran toutes les annonces de ses publications. Quand je suis en train d'écrire ça me déconcentre. Et je suis furax, parce que je ne peux ni les bloquer ni me désabonner. Ce fut le cas d'un site dédié aux motos. C'est maintenant le tour d'un guide pratique publiant jusqu'à 5 articles par jour : imaginez l'envahissement.

Les oiseaux choisiraient ce jour pour s'apparier

Image du Blog zezete2.centerblog.net
Source : zezete2.centerblog.net sur centerblog.

Personnellement je n'ai jamais fêté la Saint-Valentin même lorsque j'étais avec quelqu'un. Cependant, si vous affectionnez la fête des amoureux, je vous souhaite de tout mon cœur une très belle Saint-Valentin.

commentaires

J'ai le coeur qui bat un peu trop vite

Publié le 8 Février 2018 par Thaddée dans Journal d'un écrivain, Communautés et Newsletter, Photo et Vidéo, Planète tétraèdre ne tourne pas rond, Une vie comme les autres

Un monsieur entre dans une librairie et jette un coup d’œil rapide sur les dernières sorties littéraires. Soudain il s'étonne, car le livre qu'il a entre les mains n'a que des pages blanches.
- Ce livre n'a pas été imprimé ! fait-il remarquer au libraire qui lui répond :
- Ah ! Monsieur ... l'éternel problème de l'écrivain face à la page blanche. Justement, cet auteur a vécu plusieurs années ce drame, alors pour ne pas lui faire de peine, l'éditeur l'a publié quand même.

C.B., 59000 Lille.

L'angoisse de la page blanche

Dimanche 4 février 2018 - Nouvelles de mon roman

Roman terminé ce jour à 15:20. Vous voulez en savoir plus ? - Après corrections je le déposerai sur CopyrightFrance et le ferai paraître sur TheBookEdition. Celles et ceux qui sont intéressés pourront se le procurer. A bientôt, quand j'aurai "atterri" ♥♥♥.

Un nouveau blog dans la communauté Victor & Victoria

Dimanche 4 février 2018 - La Communauté Victor & Victoria a le plaisir d'accueillir le blog veniziart ▲ bourré de trouvailles romantiques et rétro. Toute la fraîcheur du passé remis au goût du jour, laissez-vous séduire !

Lundi 5 février 2018 - Chutes de neige sur la région lyonnaise

J'ai le coeur qui bat un peu trop vite

Ce matin, la fenêtre de toit est occultée par un tas de neige. Côté jardin, tout est blanc. Au lever du jour, je m'aperçois qu'il neige encore, et beaucoup ...

J'ai le coeur qui bat un peu trop vite
J'ai le coeur qui bat un peu trop vite
J'ai le coeur qui bat un peu trop vite
J'ai le coeur qui bat un peu trop vite
J'ai le coeur qui bat un peu trop vite
J'ai le coeur qui bat un peu trop vite
J'ai le coeur qui bat un peu trop vite
J'ai le coeur qui bat un peu trop vite

J'avoue avoir rarement vu le paysage aussi métamorphosé. Que ceux qui n'ont pas de neige chez eux profitent de ces quelques vues !

La N118 à Vélizy-Villacoublay (Yvelines) ce mardi. La neige tombe depuis 24h en région parisienne. LP/Frédéric Dugit

A Paris ce 7 février 2018, la police a dit : vous pouvez y aller. Résultat : plus de 800 km de bouchons tout autour de Paris. Des automobilistes piégés sur la route enneigée, bloqués dans leur voiture, pour certains sans nourriture et sans eau. Il fait si froid, qu'ils laissent tourner le moteur pour avoir du chauffage, et tombent en panne d'essence. La fourrière vient enlever les véhicules qui ne peuvent plus rouler.

Jeudi 8 février 2018 - Nouvelles en vrac

Travail éreintant, froid, neige, mon scooter a crevé, il faut le faire dépanner, je me retrouve sans véhicule pour effectuer mes tournées ... Ceci explique cela. Nonobstant. Je continue à penser à vous, en particulier à Nell qui connaît bien des soucis en ce moment, et je vous rendrai visite dès que j'aurai un peu de temps libre. Kiki, Félix et moi on vous embrasse et on vous dit à bientôt.

commentaires

Mon petit monde à moi

Publié le 23 Janvier 2018 par Thaddée dans Une vie comme les autres

 

Vous avez été nombreux à me souhaiter bon courage pour ma visite de ce jour à la Médecine du Travail. Aussi, je me dois de vous donner des nouvelles. Mon rendez-vous était fixé à 11 heures ce matin et sur le trajet, je me demandais vraiment ce qui allait pouvoir ressortir de cet entretien, vu que c'est un problème insoluble. En effet, je souffre de lombalgies récurrentes : il faudrait par conséquent que j'évite les postures contraignantes. Mais le métier que j'exerce implique les postures contraignantes. On ne peut donc adapter mon poste en listant tout ce qu'il ne faudrait plus faire ou les postures qu'il faudrait éviter de prendre, car si l'on tenait compte de cette liste, eh bien je ne pourrais plus faire mon travail du tout.

Mon petit monde à moi

Je craignais fort, dans l'histoire, de perdre mon boulot. Mais la doctoresse que j'ai rencontrée m'a donné des solutions de rechange.

La première consiste à revoir mon médecin traitant pour voir s'il peut faire une déclaration d'invalidité catégorie 1, qui me permettrait de toucher un petit quelque chose en préservant mon travail à temps partiel. Il n'est pas certain que la lombalgie chronique soit reconnue comme étant un facteur d'invalidité.

CATÉGORIE 1 D’INVALIDITE SELON LE CODE DE LA SECURITE SOCIALE
Le travailleur est en état physique et intellectuel d’exercer une activité professionnelle, malgré une réduction de deux tiers de sa capacité de travail. La personne est alors uniquement inapte à certains postes.
A noter : les salariés à temps partiel en invalidité catégorie 1 ont droit à un complément de salaire fourni par la caisse de Sécurité sociale.

La deuxième option consiste à monter un dossier de travail handicapé à la Maison du Rhône, ce qui ouvre droit à des formations.

Est considérée comme travailleur handicapé « toute personne dont les possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi sont effectivement réduites par suite de l’altération d’une ou plusieurs fonctions physique, sensorielle, mentale ou psychique ».

 

En tout dernier lieu, d'ici deux ou trois ans je pense, sera déclarée par la Médecine du Travail une inaptitude professionnelle au poste que j'occupe. Elle fera suite à deux ou trois mois d'arrêt de travail et débouchera sur un licenciement. Je pourrais d'ores et déjà opter pour cette solution mais j'aime mon métier, je travaille dans l'humain, au contact des gens, à leur domicile, et je sais que je leur apporte de la joie et de l'espoir. Nos échanges, au combien gratifiants, m'enrichissent et me fortifient. Donc il n'est pas question pour l'instant de les laisser tomber. Nous allons faire encore un petit bout de route ensemble.

commentaires

Paul Bocuse est mort

Publié le 21 Janvier 2018 par Thaddée dans Lugdunum à tous les temps, Une vie comme les autres

2015 - Le restaurant gastronomique L'Auberge du Pont de Collonges, à Collonges-au-Mont-d'Or

2015 - Le restaurant gastronomique L'Auberge du Pont de Collonges, à Collonges-au-Mont-d'Or

La nouvelle est tombée dans la journée d'hier : le célèbre et mondialement connu cuisinier Paul Bocuse est mort à l'âge de 91 ans. A cette occasion je vous invite à découvrir ou retrouver l'article que j'avais consacré, le 28 juillet 2015, à son restaurant situé à Collonges-au-Mont-d'Or, de style oriental, en face de l'île Roy.

Napoléon - chambre de la maison Bou (Valence, Drôme)

Mon père avait beaucoup d'admiration pour Paul Bocuse, le grand nom de la gastronomie lyonnaise. Il aimait beaucoup aussi Napoléon Bonaparte, le Facteur Cheval et le Douanier Rousseau. Maman, c'était Antoine de Saint-Exupéry.

commentaires

Roman, boulot, Félix - La vie quoi

Publié le 20 Janvier 2018 par Thaddée dans Journal d'un écrivain, Une vie comme les autres

Roman janvier 2018

Roman commencé le dimanche 7 janvier 2018 à 08:20 - Première partie terminée le dimanche 14 janvier 2018 - Deuxième partie commencée le dimanche 14 janvier 2018

  • Restaurer le nom d'origine des personnages
  • Revoir la distance totale du souterrain : 100 km / 1 heure. En direction du Sud. Boussole ?
  • Développer la description et l'importance du jeune garçon F.
  • Musc - à faible dose, a une odeur animale et boisée, avec de vagues relents de sécrétions sexuelles et d'excréments
  • Fouiller la description des tunnels, matériau, couleur, etc
  • M'appuyer sur mes souvenirs et mon imagination plutôt que d'aller chercher sur le Web des photos et des documents
  • Faut-il entrer dans le détail des mécanismes de soumission ? - Je ne pense pas. Nous voyons le résultat en direct, c'est bien plus fort qu'une tonne d'explications.
  • Ils sont cinq à la fin de la première partie
  • Il faut qu'ils se battent, ce sont des durs !
  • Ils creusent sous la grille, pas à côté, c'est bien plus simple. Revoir le temps que ça prend.
  • Pourquoi ne récupèrent-ils pas d'outils quand ils peuvent ?
  • Le petit gars F. va donc chercher des secours, pas des outils

 

  • Développer leur errance à la recherche d'une issue quand ils quittent le F. L.
  • Décrire physiquement B.
  • "Je" ne suis pas insensible. Préciser.
  • Technique des points de pression pour endormir l'adversaire
  • Un point vital, dans les arts martiaux, est une zone du corps humain particulièrement vulnérable sur laquelle une frappe ou une pression sont susceptibles de provoquer des dégâts importants, mettant l'adversaire hors de combat. L'art d'attaquer ces points vitaux ...
  • Il ne le tue pas, il le fait tomber en syncope
  • Me trouver un nom, trouver le moyen de me décrire via le regard de quelqu'un d'autre
  • Attention à ne pas livrer toute la substance du mystère avant terme
  • Intercaler les extraits d'interrogatoire à petites doses
  • Micro organismes ? - Non.

Après Dieu, le déluge ou quelque chose comme ça. On entrait dans le sixième ou septième jour, il me semble aujourd'hui qu'on n'avait encore rien vu.

© TS - Roman janvier 2018

↑ Diodon, petit poisson carnivore

Page 30 : Après l'événement crucial qui scinde en deux parties le roman, j'introduis un personnage qui peine à prendre sa place. De nombreux paragraphes sont écrits, qui partent dans tous les sens et m'éloignent du climat très particulier qui faisait loi jusqu'ici. Je tâtonne. Je piétine. 

Samedi 20 janvier 2018 - Ce matin, j'ai recouvré mon calme et ma lucidité. Trop d'obstacles encombrent le cours du récit. Je reviens en arrière. Je raccroche les wagons sans trop de mal. Quelques lignes seulement sont écrites, mais qui coulent de source après pas mal de faux pas.

Le nouveau personnage s'impose en douceur. Il a trouvé son identité. Mais je sens bien que moi aussi je m'essouffle, comme eux, dans mon roman. C'est toujours aussi dur de vivre deux vies : la vie réelle avec sa cohorte d'obligations, et ma vie parallèle avec ceux qui naissent de mon imagination.

Roman, boulot, Félix - La vie quoi

Ma vie professionnelle

A ce jour, 20 janvier, je ne sais pas si je vais donner suite. Je manque de temps pour me lancer dans les développements d'un texte long. 

Ces trente pages et quelque de rédaction tendent à me rassurer : je sais encore écrire. J'aime encore écrire. L'écriture, est la sève de mon existence. Mais il me faudrait être plus disponible pour elle, et je ne le suis pas.

Ce mardi, j'ai rendez-vous à la Médecine du Travail. Mes problèmes récurrents de lombalgie me font courir le risque de perdre mon boulot. Soit on me trouve un poste de travail adapté, mais j'en doute. Soit c'est le licenciement. 

Comment pourrais-je me sentir disponible avec ce qui me pend au nez ? - C'est toute ma vie qui va s'en trouver changée.

Alors, vous qui avez appris à me connaître à travers mes articles et mes commentaires, auriez-vous des idées de reconversion à me soumettre ? - Sachant que je projette de quitter Lyon pour m'installer à Sète.

Je vous remercie d'ores et déjà de vos réponses. 

Roman, boulot, Félix - La vie quoi

Des nouvelles de Félix

Quant à Félix, il mange désormais des croquettes spécialement conçues pour venir à bout des problèmes de thyroïde, parce qu'il n'avalait plus ses cachets, ou bien les vomissait. Au quatrième jour du changement de son régime alimentaire il est toujours très content de ses nouvelles croquettes qu'il réclame à cor et à cris.

 

L’autre solution consiste à irradier la glande thyroïde avec de l’iode radioactif. Cette solution est définitive dans 90% des cas. Très peu de cliniques vétérinaires sont équipées pour cette intervention. Il s’agit par ailleurs d’une intervention onéreuse et une quarantaine du chat est obligatoire (urine et selles radioactives).
Après stabilisation médicale le pronostic est très bon. Le chat peut vivre de nombreuses années, en bonne santé.

un amour de chat

On m'a parlé de ces rayons, qui réglaient définitivement le problème d'hyperthyroïdie. Ca se passe à Paris. En une semaine, il serait guéri. Mais le scanner, l'échographie, le traitement, me reviendraient à 2000 euros. Souhaitons que nous n'ayons pas à recourir à ces extrémités qui le stresseraient horriblement et moi, me mettraient sur la paille.

commentaires

Arlequins de Provence

Publié le 3 Janvier 2018 par Thaddée dans Une vie comme les autres

Le calisson (de la langue d’oc calissoun) est une confiserie faite d'une fine pâte de melon confit (ou d'autres fruits confits) et d'amandes broyés ensemble, nappée de glace royale et posée sur un fond de pain azyme. Cette friandise souvent parfumée à la fleur d'oranger et en forme de navette est une spécialité d'Aix-en-Provence depuis le xve siècle.

Wikipédia | Calisson

Arlequins de Provence

Hier matin j'ai repris le travail. J'avais beaucoup le trac. Et puis aussi pas très envie ... Mais j'ai retrouvé mes chères clientes et ce matin la fille de l'une d'entre elles, après m'avoir donné une carte de vœux dessinée de sa main, m'a offert des Arlequins de Provence, qui sont des calissons aux fruits : cerise, citron et poire (j'en ai déjà mangé un ;-)

Arlequins de Provence

Nulle part sur le Web vous ne trouverez de calissons présentés dans cette jolie petite boîte en carton rose, c'est pour cette raison que j'ai tenu à prendre quelques photos. Ca me donne surtout l'occasion de dire qu'eh bien ... c'est plutôt sympa d'avoir repris le travail, même si physiquement c'est encore un peu difficile, le moral va mieux.

commentaires

Quitte ta robe de tristesse

Publié le 26 Décembre 2017 par Thaddée dans Une vie comme les autres

A la messe de Noël, le prêtre nous a parlé de la robe de tristesse que nous portions. Robe de tristesse, parce que depuis plusieurs semaines il fait gris sur la région lyonnaise. Parce que nous vivons dans l'effroi. C'est dur pour le monde qui nous entoure : terrorisme, misère, catastrophes naturelles, accidents mortels ... C'est dur pour nous : les médias ne nous laissent pas respirer. De nos jours, il nous est interdit d'être heureux sous peine de passer pour des insensibles et des égoïstes. Nous réjouir à l'heure des Fêtes de fin d'année, cela paraît presque indécent. N'avons-nous pas l'obligation d'être réceptifs au malheur universel ? Est-il seulement imaginable de nous sentir bien dans nos petits souliers quand partout coulent les larmes et le sang ?

Et pourtant.

N'avons-nous pas le droit de nous sentir soulagés que le mauvais sort n'ait pas frappé nos familles ? N'est-ce pas tout simplement humain, de nous sentir joyeux en retrouvant un frère, une sœur, un petit-enfant ?

La dame en rose

 

Hier matin, j'ai écrit un article qui faisait état de mon mal-être, et même de mon déchirement tant le monde est vide autour de moi depuis que maman nous a quittés. D'ailleurs je n'ai pas encore eu le courage de répondre aux mails que certains d'entre vous m'ont gentiment écrits. J'ai du mal à communiquer. Je suis tout juste en mesure de transmettre les émotions, les sentiments qui m'étreignent et meurtrissent mon cœur en cette fin d'année. Dans ma boîte aux lettres ce matin, pas une seule carte de vœux. Je n'y ai trouvé que mon planning du mois de janvier, envoyé par la boîte où je travaille. Je suis dans l'incapacité de décrire l'amertume et le désarroi que suscite la cruelle réalité de l'abandon qui me frappe en ces jours festifs où la solitude est ma seule compagne. S'il n'y avait pas mes zanimo ...

Mais ce matin je veux quitter ma robe de tristesse, parce qu'il me faut bien reconnaître que tout n'était pas aussi noir dans la journée d'hier. En sortant de chez moi hier matin, j'ai croisé une dame en rose qui m'a adressé le plus beau des sourires en me souhaitant Joyeux Noël. Un peu plus tard je l'ai retrouvée, les bras chargés de fleurs, et là encore elle m'a donné son merveilleux sourire. En ce jour de Noël, pour la première fois depuis des semaines, le ciel était bleu. Le soleil me réchauffait doucement. Je porte cette dame rose dans mon cœur. Et je veux que ce soit elle, qui m'accompagne tout au long des Fêtes, pour me dire et me répéter qu'au fond, tout n'est pas si noir, tant qu'une inconnue vous sourit, et ne vous veut que du bien.

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>