Sibylle est mon nom

par Thaddée  -  2 Septembre 2018, 10:42  -  #Une vie comme les autres, #Poésie Toutan, #Lecture Au coin du feu

J'avoue. J'ai complètement déserté les blogs ces derniers temps. Peut-être un trop-plein de travail et de vie ? Peut-être aussi, me suis-je rendu compte des limites du blog, sur lequel on ne peut pas tout dire quand il s'agit de choses trop personnelles, trop intimes. J'ai eu beau chercher l'angle d'attaque, je ne vois toujours pas en quoi ma découverte récente du seersucker* pourrait vous intéresser. Et même si les choses apparemment les plus superficielles contribuent elles aussi à construire et renforcer l'identité de tout un chacun, je n'ai pu me résoudre à publier cet article, dont on aurait pu penser qu'il était vraiment très artificiel et gratuit. A vrai dire j'en ai rédigé plusieurs qui sont restés à l'état de brouillons. Je ne veux en extraire aujourd'hui qu'un poème, Identity crisis,  écrit le jeudi 23 août 2018. Il sera question, tout au long de ce billet, de littérature.

* Le seersucker est un tissu gaufré en coton d'origine indienne

L'hermaphrodite
A des envies
Inavouées

 

Pouvoir viril
Quand il est il

 

Volants dentelles
Quand il est elle

 

Et tel est-il
Hermaphrodite

 

Qu'on ne sait pas
Vraiment qui c'est.

 

© Thaddée, 23 août 2018

Je n'ai pas le temps de beaucoup lire et je privilégie dans l'ensemble les textes courts, nouvelles et poésie. Tous les jours, voire plusieurs fois par jour, je passe à la boîte aux livres recenser les ouvrages qu'on y a récemment déposés. C'est ainsi que j'ai pu mettre la main sur une petite anthologie de poésie française qui m'a permis de renouer avec Du Bellay, Ronsard, Molière, La Fontaine, Victor Hugo, Alfred de Vigny, Mallarmé, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud ... mais aussi rencontrer Renée Vivien qui, à l'instar de Sapho, était amoureuse des femmes, et savait si bien l'exprimer. Une profonde mélancolie qui ne pouvait que me toucher ... A la fac j'avais une amie qui ne jurait que par elle. Il m'aura fallu quarante ans pour comprendre et ressentir la même chose. Il faut parfois les deux tiers d'une vie, et même davantage, pour toucher du doigt l'essentiel, enfoui sous des tombereaux de mal être et de déni.

 

Et puis en sortant du travail, vendredi, j'aperçois un petit chien beige, une sorte de petit Yorkshire terrier, qui court vers moi, sur trois pattes, des fins-fonds de la campagne environnante et me suit vaillamment jusqu'à la route, bien que je l'exhorte à rester là.

 

C'est le poème que j'aurais pu écrire ... Malheureusement je n'aurai réécrit que la fin car je ne suis pas repartie avec le petit chien. Je ne pouvais pas. J'étais à scooter. Et je l'ai supplié de retourner là d'où il venait, dans la douce campagne à l'abri des voitures, mon petit chien sans collier. Dès mon arrivée à la maison je consulte les dernières annonces de Pet Alert, voir si quelqu'un n'a pas signalé sa disparition, la disparition d'un petit chien beige à trois pattes ... Je ne trouve rien qui corresponde. Et je me demande si mon Félix aurait aimé que je lui ramène un petit chien qui ressemble à notre Oscar, et je me demande si le petit chien, mon Tony, aurait aimé vivre avec mon Félix. Allez savoir, allez comprendre ...

Passez toutes et tous un dimanche agréable. Je vous embrasse.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
M
Moi non plus je n'ai pas trop le temps d'aller sur les blogs en ce moment. C'est marrant, cette histoire de chien. Il y a quelques semaines, j'ai moi-même rencontré un jeune chien genre berger allemand qui avait l'air perdu ou abandonné... Il était tard et la mairie était fermée. Et je ne l'ai pas revu le lendemain.
Caresse à Félix
Répondre
M
Tes mots sont superbes et découvrir ainsi de nouveaux poètes est une belle chose. Je pense comme toi que certains mots nous émeuvent davantage quand on atteint un certain âge. En règle générale je n'aime pas les blogs où les gens s'étalent trop longuement et d'ailleurs je ne le fais pas moi-même :) mais de temps en temps si ça fait du bien à la personne je prête volontiers une oreille attentive car cela fait du bien aussi d'être généreux. Ce petit chien était-il abandonné ? Tu ne le sauras pas. Peut-être s'ennuyait-il tout simplement de son maître ? Pour info le "seersuker" était la grande mode dans les années 80. Très commode car infroissable et toujours impeccable, fin et léger pour l'été et des camaïeux de couleurs que j'aimais beaucoup et en plus un tissu aussi bien féminin que masculin, mes fils en avaient des bermudas et des chemises !! bisous et contente de te retrouver, comme tu es ma chère Thaddée.
Répondre
V
coucou ce poème sur le petit chien est très émouvant ; il me parle vraiment ; bien sûr sur les blogs dire des choses intimes devient pblic et on peut y perdre son dentité quand son intimité fait le tour du net ; car c'est le paradoxe ; on écrit seule face à l'écran ; et aussitôt on perd ce qu'on vient d'écrire ; bisous, et bon courage
Répondre
K
Contente de lire tes nouvelles ma chère Thaddée... Les choses trop perso trop intimes, on ne peut pas vraiment en parler sur les blogs même si on arrive à deviner certaines choses.
J'ai toujours aimé la poésie. Oui, il faut parfois que le temps passe sur nous pour avoir un autre ressenti...
Ce petit chien beige à 3 pattes a dû te trouver sympa...
Gros bisous du dimanche soir.
Répondre
C
Coucou Thaddée. Je vois très bien ce qu'est le seersucker et j'aime beaucoup ce tissu qui fait froissé, tout en ne l'étant pas. Je trouve qu'il fait chic-décontracté. Pardon pour mon message mais je commençais à m'inquiéter. J'aime beaucoup ton petit poème. Quant à la poésie ... pas très poète ... c'est pas trop mon truc ;-) mais j'aime beaucoup les petits poèmes. Bonne soirée. Bises et caresses au petit clan fidésien.
Répondre
Z
Je commençais à m'inquiéter de ton "silence" mais en fait il t'a permis de belles rencontres avec toi-même et la poésie qui nous ouvre beaucoup de portes et fait céder des digues.
Quel dilemme , ce petit chien, je ne sais ce que j'aurais fait par peur de de perturber mes 2 fragiles petites fées .
Je t'embrasse Thaddée et suis heureuse d'avoir eu de tes nouvelles.
Répondre
J
tu as réussi à capter notre attention malgré tes "incertitudes". La poésie est une chose que j'ai découverte dans mon age adulte! Un peu par force, puisque le programme de Propédeutique du temps de mon arrivée à la Fac, prévoyait "la poésie française" point barre!! Cela m'a permis de redécouvrir les trésors de notre belle langue française. Ton hermaphrodite est captivant puisque c'est la musique des mots!. Quant à ton petit chien à trois pattes c'est avec émotion que tu as du le quitter.... j'éprouve moi aussi beaucou d'attirance pour les chiens en ce moment....malgré ma vie de maman-à-chats!! Mais je ne peux me le permettre car je suis vieille....Je t'embrasse
Répondre
N
Un été particulièrement éprouvant....
un automne qui s'annonce morose.....
ah la poésie ...... douce évasion , je me dis aussi que je devrai y replonger, le nez, relire les poétes aimés, s'obliger .........

le temps qui passe de plus en plus vite "les souvenirs et les regrets aussi ......"

Caresses à Félix
Répondre
E
De beau poème je rajoute à mon défi " Ecrivains " avec ton lien bonne journée bisous

http://plume-de-poete.over-blog.com/2018/08/defi-n-15-les-ecrivains-d-antan-et-d-aujourd-hui.ou-parler-d-un-livre.html
Répondre
J
Ton article est - au contraire - plein de ressentis et de sentiments.
Pas du tout gratuit. Il est de ces périodes où l'on ressent plus particulièrement le présent qu'il faut vivre et parfois endurer. L'été n'a pas été rose au niveau moral ici non plus mais on continue et on gère, le moins mal possible. Et aussi pour ceux dont on a la responsabilité.
J'aime beaucoup les poèmes choisis.
Oui je te comprends pour le petit chien, quel dilemme.

Qui ait pour Félix ? ... Les voies félines sont impénétrables.
Le meilleur Dimanche possible.
Répondre
T
Coucou Jean-Marc, oui par moments on vit au présent et ça laisse peu de place au blogging, on s'implique à fond dans le quotidien, cette rencontre avec le petit chien qui m'a vraiment touchée, je n'arrête pas d'y penser, mais aussi cette cliente qui vient de perdre son plus jeune fils dans un accident, ça m'a drôlement secouée parce que je le connaissais ... Tu sais Félix adorait son chien Oscar, ils étaient inséparables, il a mis deux ans à se remettre de sa mort, mais tous les chiens ne supportent pas les chats. A toi aussi un bon dimanche reposant, par températures clémentes, avec tous tes petits qui sont une consolation quand on voit tous ces animaux abandonnés, perdus, accidentés ... Heureusement qu'il y a des gens pour les retrouver, signaler leur disparition, les accueillir quelquefois, quand ils peuvent, et heureusement qu'il y a des associations comme la vôtre qui s'investissent dans le devenir de ces petits êtres fragiles qui ne demandent qu'à être aimés.